alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Les enfants du temps (Weathering with you - Tenki No Ko)


Japon / 2019

08.01.2020
 



L’ENFANT DE LA PLUIE





« Tokyo, ça craint. »

Makoto Shinkai appartient à la nouvelle génération de réalisateurs japonais espérant prendre la relève d’Hayao Miyazaki. Techniquement, il en a tous les atouts. De ces tons pastels aux effets visuels, Les enfants du temps confirme son style, pour ne pas dire sa patte, alliant une forme de réalisme et le champ des possibles que permet le genre animé. On peut même être émerveillés devant les reflets et les jeux de transparences.

Spirituel et surnaturel, croyance et voyance se mélangent ainsi dans cette romance sacrificielle entre deux adolescents. Dans un Tokyo à la Blade Runner, la pluie ne cesse de tomber. Les enfants du temps pourrait alors est une allégorie du dérèglement climatique, autour d’un scénario bien ficelé, multipliant les rebondissements autour d’une multitude de personnages. Pourtant, le récit semble complexe, il se rapproche davantage des films de Hirokazu Kore-eda avec ses personnages marginaux, exclus du système, et cette famille sans liens de sang qui se compose par nécessité.

« Les prêtresses du temps sont toujours soumises à un destin tragique. »

Entre soleil et averses, bonheurs et drames, une histoire d’amour se crée, même si elle est condamnée d’avance. Malgré les poussées hormonales et les colères enfouies, tout cela reste chaste et moral. Comme pour Your Name, Makoto Shinkai poursuit son appétence pour les histoires romantiques malmenées par les malentendus, les quiproquos et les erreurs de jeunesse. Ici encore, il s’agit de réparer les fautes et de trouver un sens à sa vie.

Les enfants du temps est une teenstory aux couleurs pops qui s’inscrit malgré tout dans un genre de plus en plus en vogue : la collapsologie, et même la cli-fi (climatic fiction). Cette pure « fantasy », mixée de social, d’émotion, d’idéal et d’action, réussit à nous captiver durant près de deux heures. Pourtant…

« Tant pis pour le ciel bleu, c’est toi que je veux »

On est assez mal à l’aise avec le final. Au nom du romantisme, l’histoire dévie vers un Romeo et Juliette par-delà les nuages. Et pour que le film ne soit pas complètement plombé par son aspect tragique, Makoto Shinkai reprend le mythe d’Orphée avec un happy end. Malheureusement, en transigeant ainsi avec la réalité, il ouvre la voie à une interprétation ambiguë. Plutôt que de se battre contre le déluge, ou toute forme de catastrophe naturelle ou humaine, contre cette apocalypse climatique annoncée, il prône une vie assez égocentrée et existentialiste. Vivons au présent et pour soi, même si le monde s’effondre autour de nous. La fine équipe, solidaire durant tout le film, retrouve le bonheur dans l’individualité, acceptant la montée des eaux et la fatalité. En livrant un message presque climatosceptique et résigné, le cinéaste fait de ces battants des résistants ayant baissé les bras face aux temps incertains qui arrivent.
 
vincy

 
 
 
 

haut