Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
La Llorana


Guatemala / 2019

22.01.2020
 



TEARS FOR FEARS





« Vous devez paraître irréprochables. »

Jayro Bustamente s’affirme film après film comme l’un des cinéastes latino-américains les plus engagés et les plus passionnants de ces dernières années. Après Ixcanul et Tremblements, sorti il y a quelques mois à peine, le réalisateur guatémaltèque poursuit sa voie dans un cinéma à la fois politique et fantastique, mélodramatique et psychologique.

Avec La Llorana, il s’attaque tout autant à cette élite bourgeoise, catholique, ultra-conservatrice, colonialiste dans l’âme, et à un pouvoir corrompu, tyrannique, méprisant les classes sociales inférieures et exterminant les peuples autochtones.

Le film réagit ainsi à une double déflagration, populaire et familiale, publique et intime. Pour la libération, le réalisateur enferme le spectateur dans une forme de folie et dans lieux clos : un tribunal, une ambulance, et surtout une vaste maison, aussi feutrée qu’assiégée.

On étouffe, et c’est bien l’objectif. A défaut d’aller en prison, le général, et sa famille, sont emprisonnés chez eux. L’atmosphère n’est pas sereine. L’arrivée d’une belle domestique inquiète plus qu’elle ne rassure. Son prénom, Alma, signifie Âme. Personne réelle ou spectre hantant ? Dans ce pays de croyances – les esprits d’antan ou le Christ –, de transes et de prières qui appellent la soif, les pleurs du peuple, les fantômes des victimes et les révélations oniriques vont amener chacun à une prise de conscience et une culpabilité sincère qui serviront à « payer » pour le crime d’un homme inflexible, dont les actes ont été terribles. Il faut tuer le monstre qui nous pourrit le pays et la maison, soit un général droit dans ses bottes, presque sénile, paranoïaque.

Le dictateur

Il est évidemment question d’une société à deux vitesses, de l’injustice subie, et la domestique mystérieuse et silencieuse, jolie naïade mythologique, ne va être que le déclencheur de la mécanique infernale, où l’épouse, pieuse, la fille, écartelée, et la petite fille, insouciante, vont être amenées à trahir leur propre camp, ayant compris que les fautes du père vont les détruire.

Dès le procès, la parole du peuple est libérée. Elle est effrayante, fracturant le pays entre ces blancs chrétiens racistes et ces paysans innocents hostiles. Petit à petit, cohabitant avec le dictateur génocidaire, le mal va pourrir le foyer. Le corps de la mère lâche. Les insomnies gagnent du terrain sur la nuit. Les hallucinations se multiplient. Avec subtilité et sans trop d’effets, le réalisateur parvient à construire une ambiance et un récit qui illustre, et même traduit, les tourments intérieurs et les peurs de chacun.



La Llorana est une déclaration d’amour aux peuples ancestraux de ce petit pays d’Amérique centrale, ces descendants de Mayas. C’est une lettre de pardon où chacun doit expier ses péchés. Avec ses travellings arrières élégants, son esthétique sombre, et ses séquences aquaphiles, le réalisateur enveloppe cette vengeance - la revanche des morts sur leur bourreau – d’un voile qui flirte avec le paranormal.

« Le Guatemala est malade de pleurer ses disparus. » Des larmes qui ne sortent pas aux hurlements de douleurs psalmodiés, des robinets qui s’ouvrent sans qu’on leur demande à cette piscine où on s’immerge pour se couper des bruits du monde, l’apocalypse n’est pas loin, entre invasions de grenouilles et revenants qui zonent. Le passé ressurgit dans les rêves et les plaies s’élargissent. Subrepticement, le réalisateur désagrège ce foyer en apparence si solide, mais dont les fondations étaient pourries. Mais en arrière-plan, c’est aussi le patriarcat et la domination masculine qui sont ébranlées par les mots, les plaintes et les actes des femmes, qui s’unissent dans un grand élan de sororité pour chasser ces hommes démoniaques.
 
vincy

 
 
 
 

haut