Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La bonne épouse


France / 2020

11.03.2020
 



(IN)SOUMISSION





« Je veux bien être ta femme mais pas un hologramme. »

C’est culotté, pour ne pas dire foutraque cinématographiquement. Martin Provost s’essaie, avec La Bonne épouse, à un mélange des genres, avec plus ou moins d’inspiration.

On apprend ainsi qu’il existait des écoles pour faire de bonnes ménagères. Mais le vent de libération de la femme à la fin des années 1960 aura eu raison de ces institutions où la femme n’existe que pour l’homme.

A travers un récit d’émancipation, où trois femmes pas vraiment puissantes et bien seules vont devoir s’affranchir de leur culture et de leur éducation, le réalisateur se lance dans un plaidoyer pour l’égalité des sexes, dont on ne peut que se réjouir.

Une bourge, une religieuse et une prolo sont amenées à sauver leur école de jeunes filles bien élevées, qui commencent pourtant à digérer le deuxième sexe de Simone De Beauvoir, les conseils de Ménie Grégoire sur RTL, et la révolution sexuelle amorcée par Brigitte Bardot. Il faut dire que les trois « profs » ne sont pas des modèles, tant elles souffrent de manque affectif et sont frustrées sexuellement.

A farce forcée

A l’esclavagisme et la soumission, elles vont répondre par l’autonomie et l’indépendance. Après tout, les bonnes mœurs varient avec l’air du temps. Provost, avec une esthétique théâtrale proche de certains films de François Ozon et des sitcoms, flirte avec la farce (Binoche en fait légitimement des tonnes en femme coincée, et ça lui va bien, Lvovsky a des allures de Sœur Marie-Thérèse des Batignolles échappée de Fluide Glaciale, et Moreau est exquise en vieille fille bienveillante). Il alterne avec une dramaturgie assez classique façon vaudeville, une chronique de l’adolescence et une sorte de mélo romantique un peu niais et poétique. Cette dernière partie, avec Edouard Baer, pourtant impeccable dans son personnage d’homme amoureux et moderne, plombe un peu le rythme et le ton enjoué de La bonne épouse.

Tout le monde (sur)joue l’outrance mais chacun reste dans sa case. On peut craindre le ridicule à certains moments (notamment cette fin un peu vulgaire et mal filmée, qui se veut un hommage à Jacques Demy). « Sainte ou catin, moi je veux jouir ! » entendons-nous. On ne peut contester ce droit d’être une femme (et pas un hologramme) mais cela fait mal aux oreilles en terme de qualité d’écriture. Trop didactique, cet épilogue métaphysique fait dérailler le film et nous laisse sur un bas côté avec une impression d’avoir raté le virage formel que Provost voulait nous faire emprunter.

On peut aussi se réjouir de certaines autres déviances cinématographiques comme ce reportage d’une émission de télé sur l’école, qui s’amuse de sa propre parodie, ou les quelques gags vieux comme le cinéma, mais qui fonctionnent.

A défaut d’être un bon film, La bonne épouse surprend parce qu’il n’est pas si sage, malgré ses apparences.
 
vincy

 
 
 
 

haut