Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La daronne


France / 2020

09.09.2020
 



LA RIPOUX





« La galérance, elle est finie ! »

La Daronne est une comédie policière réjouissante et divertissante. Jean-Paul Salomé a retrouvé avec Isabelle Huppert l’actrice qui lui manquait dans es récents films. Le réalisateur de Belphégor et d'Arsène Lupin, blockbusters en costumes et avec effets visuels d’il y a vingt ans, s’attaque ici à un sujet plus contemporain, avec un Paris klapischien (multiculturel, entre Belleville et Barbès) et un portrait ambivalent d’une femme moderne.

Isabelle Huppert a un job de traductrice (français-arabe) auprès de la brigade des stups. Elle est au cœur des écoutes, mais n’a rien d’un flic (elle ne sait même pas mettre un gilet pare-balles). C’est aussi la fille d’une mère qui perd un peu la tête dans son Ehpad coûteux. Et une mère monoparentale. Son existence est assez morne et lui pèse. Aussi, quand par un hasard de circonstances, elle se retrouve avec une énorme quantité de cannabis, elle se piège dans un dilemme. L’argent risqué versus la vie honnête. Elle devient La Daronne, aussi chic qu’Isabelle Adjani dans Le monde est à toi, et retrouve ainsi ses racines : un feu mari aventureux et flambeur, des parents qui ont eu la belle vie…

Patience est son nom. Et pourtant elle en manque. Elle en a marre de tout. Elle ne profite pas du présent et étouffe de son passé. On pourrait presque y voir le tableau d’une femme au bout du rouleau, entre ultra-moderne solitude et pression capitaliste broyant l’existence. Isabelle Huppert retrouve ici un rôle à sa hauteur, et pour la première fois depuis Huit femmes, une comédie qui valorise son talent à manier la dérision. Si le film est un mélange de genres (comédie, policier, drame), elle apporte une tonalité qui lui permet d’être cohérent de bout en bout. Elle est le pilier et les murs porteurs de ce scénario assez banal mais bien cousu.

L'amour du risque

Cette comédie un brin sociale et décalée vaut essentiellement pour la comédienne, partagée entre flics et voyous. On ressent une véritable empathie pour elle, mais, avant tout, elle parvient à nous faire accepter la nécessite de son action hors-la-loi. « On a tous envie d’avoir une vie un peu plus douce ». Le plus intéressant est ce moteur plus intime et moins cartésien qui la pousse à trafiquer avec dealers et pieds nickelés. Ce désir d’adrénaline, ce goût du risque dans le sang, cet amour du danger, tous trois imperceptibles mais bien palpables.

Dans ce monde de mecs un peu branques, elle pousse le film dans ses retranchements : c’est pour elle qu’on s’inquiète, et l'intrigue n'a plus d'autre intérêt. Justement, le final offre une belle fenêtre d’ouverture sur la force des sentiments. L’excellent Hippolyte Girardot incarne merveilleusement son supérieur hiérarchique (et amant), à la fois efficace, effacé et discret. Il est aux premières loges pour la coincer. Mais quand on est amoureux d’une daronne comme elle, rien n’est simple. Et c’est bien toutes ces ambiguïtés qui singularise le film. Dans la lignée des Ripoux, La Daronne relève le niveau du genre dans le cinéma français. Huppert n’y est évidemment pas pour rien.
 
vincy

 
 
 
 

haut