Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary


France / 2020

14.10.2020
 



LA FILLE DES HAUTES PLAINES





Mené tambour battant, Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary est un film d’aventures à hauteur d’enfants s’adressant avec bonheur aux spectateurs de tous âges. Cette version fantaisiste des jeunes années de la célèbre “Calamity Jane” (faute de récits historiques fiables, ceux de la principale intéressée étant ouvertement inventés) combine western coloré, récit initiatique et portrait malicieux d’une héroïne captivante, confrontée à des enjeux qui n’ont pas pris une ride.

Ce qui séduit en effet dans le second long métrage de Rémi Chayé, c’est la manière dont le film dépeint la vie quotidienne de l’époque, et notamment la condition féminine. Dans la première partie du récit, qui est probablement la plus réussie, Martha prendre peu à peu conscience du fait qu’être une fille la cantonne à un rôle subalterne et étriqué, la contraignant à ne jamais être elle-même. Car, là où ses amies ne pensent qu’à se marier et devenir de parfaites mères de famille, la jeune fille rêve de voyages et de liberté, et envie les garçons qui peuvent chevaucher joyeusement dans les vastes paysages. Surtout, elle ne supporte pas ce regard condescendant qu’ils portent sur elle juste parce qu’elle est une fille.

Le scénario, qui peut sembler un brin classique dans ses enjeux et dans sa construction, avec ses multiples gags et rebondissements parfois un peu mécaniques, gagne en puissance lorsqu’il fait en filigrane le récit de cette émancipation. On suit ainsi le parcours de la future Calamity, entre rejet des stéréotypes traditionnels (vestimentaires bien sûr, mais pas seulement) et découverte du goût de la liberté. En cela, le film fait directement écho aux enjeux contemporains en rappelant qu’il n’y a pas de rôle, ni de comportement plus spécifiquement dévolus aux filles, et que chacune vit sa féminité comme elle l’entend.

Visuellement, le film est d’une grande beauté, faisant la part belle aux plans larges et aux vastes paysages “technicolor” servis par une esthétique très affirmée (larges aplats de couleurs, stylisation des détails, absence des traits de contour…) On est séduit par la manière dont le réalisateur parvient à introduire des moments de calme, presque de contemplation, au milieu d’un récit par ailleurs assez frénétique. La chevauchée sur la plaine sous un magnifique ciel étoilé, pur moment de bonheur et de liberté mêlés, est ainsi l’une des séquences les plus fortes du récit, qui marque à la fois le point d’orgue dans l’émancipation de Martha Jane, et l’apogée du style de Rémi Chayé. On peut déplorer que la seconde partie ménage moins de ces moments de grâce, cédant aux nécessités d’un rythme trépidant censé plaire au plus grand nombre, mais cela n’enlève rien à la beauté envoûtante de cette parenthèse enchantée en harmonie avec le cosmos. Ne serait-ce que pour elle, et pour la manière dont le film érige Calamity Jane en grande héroïne moderne, il faut se précipiter pour voir le film.
 
MpM

 
 
 
 

haut