Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Pixar  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Monsters Inc. (Monstres et cie)


USA / 2001

20.03.02
 



LE ROND, L'HIRSUTE ET LE GLUANT

Le livre Bye Bye Bahia



"- J'ai hâte d'avoir le DVD en cassette !!"

Autant le dire tout de suite, il est difficile à la vision de Monster Inc de ne pas laisser poindre une petite note de déception. Non pas que ce nouveau film infographique soit raté, il bénéficie au contraire de toutes les qualités qui ont fait la renommée internationale des studios Pixar, mais il n'intègre pas l'évolution que l'on serait en droit d'attendre de la part d'une équipe de créatifs qui a fait preuve depuis plus d'une dizaine d'années d'une puissance imaginative considérable. Lasseter et ses sieurs n'ont pas perdu la main quand il s'agit de mettre en scène une séquence de pure comédie burlesque, leur regard critique et railleur qui leur permet de retranscrire dans le mouvement de leurs petites créatures farfelues et virtuelles les plus authentiques traits de notre humanité. En poussant leurs logiciels dans leurs derniers retranchements ils parviennent même à atteindre des sommets de dynamisme de l'image lors d'une séquence finale virtuose constituée de claquements de portes dignes des poursuites des personnages de l'âge d'or de la Warner et des maîtres du cartoon passés à la postérité :Tex Avery et Chuck Jones. Seulement voilà, il y a cet agacement de voir que bien qu'ayant rangé leurs précedents produits dérivés dans leur coffre à jouet, les créateurs de Toy Story n'ont pas su quitter leur chambre d'enfant mais ont juste glissé sur le parquet du côté du placard. Sécurité marketing pour satisfaire le business Disney? Ou simple difficulté à franchir un seuil? De Knick Knack à Tin toy, le jeu et l'enfance est la marque de fabrique de Pixar. Si l'univers des petits ne les empêche pas de raconter des histoires qui touchent les plus grands de par leur profondeur et leur universalité, il pourrait bien en revanche nuire à leur développement artisitique.

Pete Docter souhaite nous montrer des monstres? Soit, mais pourquoi ceux ci doivent ils nécessairmeent ressembler autant à de vulgaires joujoux - néanmoins hautement sympathiques? Le savoir faire a ses limites et nos amis semblent finir par en être prisonniers. Le design des personnages est criticable. Bob? Un œil et deux pattes, Sulli? Une grosse peluche tachetée évoquant un vague mélange de nounours et de bête de la belle version Disney. On a connu plus marquant. La tendance se renforce quand apparaissent les personnages seçondaires… Protoplasmes informes sur lesquels quelques yeux et membres divers paraissent avoir été plantés de manière plus ou moins aléatoire par un logiciel conçu par Monsieur Patate lui même. Le jeu des animateurs est bien là. Mais l'ambition innovatrice non. Le design poli du bestiaire de Monster Inc. souffrira énormément de la comparaison avec L'étrange noël de Mr Jack de Henry Selick et Tim Burton, qui avaient su concilier l'humour poétique et la pertinence plastique. A la rigueur même les créatures diaboliques du premier Toy Story révélaient un véritable engagement dans la recherche formelle. Ici tout devient fortement redondant, uniformisé, au point que même la petite Bouh et les autres enfants finissent par ressembler eux mêmes à des poupées peu crédibles (les joueurs d'échec du court métrage Geri's game étaient pourtant prometteurs en matière d'innovation sur les expressions humaines).
Les efforts de l'équipe de Pixar sont peut être beaucoup plus visibles dans les espaces en mettant en place des décors particulièrement bien rendus et éclairés.

Monsters Inc reste en tout cas un divertissement hautement recommandable. Il comporte son lot de rires, d'émotions et de rêves qui ne peuvent qu'engendrer un plaisir de spectateur bien réel. Il y aura pourtant un parallèle à faire entre "For the birds", le nouveau court métrage hilarant de Pixar, projeté en ouverture de Monsters Inc. Certes le format condensé se prête plus à l'audace et à l'efficassité, mais il renvoit néanmoins irrémédiablement le long métrage qui suit au stade de l'académisme précoce. For the birds est une promesse qui pousse à l'optimisme. Promesse qu'en faisant abstraction de la lourdeur de la production numérique et des contraintes du marché, l'équipe de chez Pixar possède toujours cette fraîcheur qui leur laisse envisager la possibilité de nous surprendre encore.
 
petsss

 
 
 
 

haut