Steve Jobs est assurément meilleur que l'autre biopic sur le boss d'Apple, Job. Tragédie en trois actes dans un théâtre d'ombres, où la manipulation et la trahison sont les moteurs, le film de Danny Boyle écorche le mythe du génie visionnaire...



Alvin et les Chipmunks: A fond la caisse
Anomalisa
Chocolat
Dirty Papy
Dofus - Livre 1: Julith
La marcheuse
La tierra y la sombra
Le chanteur
Le temps des rêves
Les Tuche 2: le rêve américain
Mad Love in new york
Mini et les voleurs de miel
Point Break 3D
Préjudice
Steve Jobs



Mustang
Le fils de Saul
Demain
Star Wars, épisode VII : Le Réveil de la Force
L'étreinte du serpent
Tangerine
Snoopy et les Peanuts: Le Film
Mistress America
Le garçon et la bête
Carol
Les chevaliers blancs
45 ans
Made in France
Tout en haut du monde
Spotlight



007 Spectre
Hunger Games: La Révolte, partie 2
Le Pont des espions
Mia Madre
Comment c'est loin
Un + Une
Le grand jeu
Au-delà des Montagnes
Hector
Joy
The Big Short: Le Casse du Siècle
Je Compte Sur Vous
Arrêtez-moi là
La Fille du patron
Les 8 salopards
A second chance
Bang Gang (Une histoire d'amour moderne)
Creed: L'héritage de Rocky Balboa
Night Fare
Chorus
Danish Girl
J'avancerai vers toi avec les yeux d'un sourd
Le Convoi
Legend
Jane Got a Gun
Mysterious object at noon
Les délices de Tokyo (AN)






 (c) Ecran Noir 96 - 16


Sony  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 297

 
Spider-Man (Spiderman)


USA / 2002

12.06.02
 



DIVERS-TISSEURS





"- On a bien eu Julia Roberts en string, qu'on me mette ce guignol à la une !"

Jolie fin ouverte qui ne peut que laisser entendre que l'homme araignée ne se limitera pas à un seul tour de Manhattan, Sony semble tenir là une solide franchise propre à remplir son coffre fort. Opportunisme? Assurément, les nouvelles technologies du graphisme assisté par ordinateur sont du pain bénit pour porter à l'écran les aventures de la pleïade de super-héros qui foisonnent dans la littérature populaire américaine. Autant d'exploits homériques aujourd'hui envisageables et susceptibles de combler l'appétit de spectateurs blasés toujours demandeurs d'inédit. L'intelligence de la production ne résidera pourtant pas dans son investissement en effets spéciaux, encore que l'aspect soit important pour la viabilité du projet, mais dans ses choix humains: Sam Raimi et le casting.
Suivant le modèle de ses prédécesseurs, Burton pour Batman, Synger pour X-Men, Sony a donc collé à la tâche le réalisateur de Evil Dead. Riche idée, l'homme n'est pas seulement un enfant des comics et fan de Spider-Man (culture qui a amplement inspiré son cinéma dans ses cadrages serrés et sur-expressifs), il est aussi un habitué des personnages éclopés et autres loosers qui finissent par faire reconnaître leurs droits. C'est justement la thématique maîtresse de ce premier opus, que le cinéaste développe plutôt brillamment en renouvelant quelquepeu le genre. Car le côté barbant avec ces transpositions à l'écran de justiciers bodybuildés, c'est le shéma d'introduction qui suit souvent le même principe inexorable lors du premier chapitre. Qui était le vengeur masqué avant d'être en situation de réaliser ses exploits qui le rendront célèbre, comment en est-il arrivé là ? On démarre à zéro et on fait les présentations. Un peu redondant à la longue… Sam Raimi parvient pourtant à nous faire avaler la pilule grâce à son traitement bien senti de l'adolescence. Entre campus et home sweet home, les scènettes s'enchaînent avec un savant dosage en laissant le temps à chaque protagoniste de dessiner ses contours. Le mérite revient aussi essentiellement à Tobey Maguire, qui incarne avec une totale crédibilité l'ado emprunté et pas encore déniaisé, qui connaitra un fabuleux destin. Pas franchement canon, le jeune acteur américain n'a pas la belle gueule joker censée excuser l'absence de talent. C'est par son jeu qu'il arrive donc à se rendre touchant et a asseoir son charisme. Découvrant progressivement l'étendue de ses pouvoirs, l'adolescent s'affirme et confirme son passage vers l'âge adulte, tissant sa toile inexorablement autour de la belle Kirsten Dunst. Sans se scotcher au plafond -nous n'en avons pas le pouvoir- la fable demeure bien tournée.

On émettra en revanche quelques réserves sur l'inévitable duel du bien contre le mal, qui s'enclenche dans la deuxième partie du film. Le rythme s'accélère par nécessité et les antagonismes deviennent rapidement confus et passablement inintéressants. Le méchant de service est pourtant bien expédié par l'expérience de Willem Dafoe. L'énigmatique acteur réserve d'ailleurs un stupéfiant numéro de schizophrène par miroir interposé, qui apparaitrait pour un peu comme un effet spécial plus bluffant que les figurines de synthèses qui se baladent entre les immeublent ou la multitude de détonations pyrotechniques.

Bien que d'une facture très démonstrative (120 M de $ à éponger tout de même), Spider-Man tend en conclusion à rompre la facheuse tendance à la surenchère épileptique et à la régression intellectuelle intensive qui oriente la plupart des superproductions de ces dernières années. Œuvre sympathiquement habitée par ses interprètes, son ambition se limite à vous divertir sans vous coller un mal de crâne carabiné. Ca tiendrait déjà presque du miracle de nos jours...
 
petsss

 
 
 
 

haut