Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


UIP  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
The Terminal


USA / 2004

15 septembre 2004
 



MINORITY AIRPORT





« Tant que je garde mon sol propre, la tête baissée, ils n’ont aucune raison de m’expulser… »

Avançant dans l’âge, Steven Spielberg n’a cessé au cours de ces dernières années de chercher à faire évoluer son cinéma, variant les genres mais surtout ses intentions. Cette quête de maturité et de sens ne se poursuit pas sans que quelques contradictions apparaissent de ci de là dans le prolongement d’une filmographie fertile, dessinant en définitif les limites du golden boy au-delà desquelles son talent peine à donner la pleine mesure de son efficacité. Car défendant ses goûts, mais aussi sa réputation de sommité du divertissement universel, l’homme oriente bien souvent ses choix de réalisation en tentant de concilier l’aspect spectaculaire de ses projets avec le prestige de leur sujet (au point de coiffer désormais systématiquement sa casquette unique de producteur dés qu’il s’agit d’entertainment pur mais aussi d’intimisme peu exubérant). Dans l’absolu, le point de départ de The Terminal, un fait divers extraordinaire assez proche dans sa tournure kafkaïenne de la Quatrième Dimension, représente à priori un condiment familier parfaitement adapté au régime auquel se contraint Spielberg. Sauf qu’au final l’entreprise peine à trouver un dynamisme digne de la signature du prodige. Trop ancrée dans la réalité, boulet décidément ingérable pour le réalisateur, l’anecdote véridique aura raison de la fantaisie de Spielberg, qui se retrouvera, lui gamin passionné d’aéronautique, comme un avion sans aile (les transporteurs étant tous posés sur la piste). Cloué au sol, le metteur en scène enfin adulte, en tout cas jouant les patriarches débonnaires, essaiera bien de donner le change avec son joujou de luxe, un set ultra luxueux reconstituant un aéroport plus vrai que nature (on se serait passé des marques réelles, surtout après avoir vu la pub envahissante fustigée dans Minority Report, bien la peine…) mais dans lequel la frénésie courante des flots de voyageurs a été largement atténuée. Insuffisant pour bâtir un film, le challenge est autre pour Spielberg, réaliser une pure comédie. Etrangement cela n’est pas une mince affaire pour ce spécialiste du divertissement qui est loin de manier l’humour avec la désinhibition démesurée d’un Blake Edwards, pour n’en citer qu’un. Il faudrait remonter à 1941 pour trouver une comédie ouvertement revendiquée comme telle dans l’oeuvre spielbergienne. En ces temps là, le californien était plus attiré par la lecture de M.A.D. que par le visionnage d’archives historiques. 1941 se résume à une immense farce potache, expérience parfaitement jouissive que le réalisateur aurait bien du mal à réitérer après les oscars. Hélas pour lui faudrait-il se demander ? Assurément. Le fait est que, coupé de toute dynamique rythmée, de toute innocence rêveuse, Spielberg s’enfonce invariablement dans le sentimentalisme poisseux et est incapable de formuler une verve percutante, de bâtir une satire engagée. Catch me if you can trouvait son salut dans la vitesse de déroulement de la fuite de son personnage principal, The terminal perd son intérêt dans l’inertie de son action en huis clos (surveillance vidéo statique du préposé au maintien de l’ordre, le cul vissé dans un fauteuil). Cela se traduira par des gags mous façon scout, comment survivre en terre inhospitalière avec une alimentation à base de gâteaux apéritif, ou par le comique usant de répétition (remplacer la peau de banane par un coup de serpillère).
Le script frileux n’aide pas, actuel, mais pas franchement au fait des derniers événements post 11 septembre, il circonscrit l’intrigue à une absurdité bureaucratique finalement universelle sans se soucier d’un quelconque repli protectionniste d’une nation américaine en proie à la paranoïa républicaine vis-à-vis de l’étranger (pas de soutien ici à Kerry donc). La prétention de Spielberg ne semblait pas être cette fois-ci de toucher la conscience de ses contemporains, mais de les émouvoir (à défaut d’être en mesure de les faire franchement rire) avec ce savoir faire touchant que cultivait naguère Capra quand il représentait la société des petites gens. Sauf qu’aujourd’hui la méthode ne peut plus faire raisonnablement recette, les protagonistes de The Terminal débordent de gentillesse contrainte, jusqu’aux plus mal intentionnés, désamorçant toute tension même lors de séquences dramatiques, s’interdisant toute critique pour laisser le champ libre à un amusement quelque peu suranné et encombré d’invraisemblances peu digestes (comment ne pas trouver un traducteur dans une ville aussi cosmopolite que la Grosse Pomme et à l’ère d’Internet ?). Parfait représentant de ce positionnement peu concluant, Tom Hanks dans la peau de l’exilé de service échoué non pas sur une île déserte mais en plein no man’s land surpeuplé. Expérimenté dans la survie, il campe son personnage avec un sens de la débrouillardise équivalent à celui du livreur de chez Fedex, mais sa naïveté confondante jusqu’à la motivation de son voyage qui évoquerait quasiment Forrest Gump (un destin qui se résume à une boîte de cacahuètes), renvoie à la propre ignorance (cliché du pays de l’est totalement arriéré qui date) des auteurs de l’histoire.
Bref, l’ensemble est emprunté et pourrait largement s’autoriser une véritable échappée romantique quand la belle Catherine fait son apparition. Ce serait oublier que Spielberg ne compte jamais sur les femmes pour développer la structure de ses films (n’est pas Truffaut qui veut…), à un point où l’aversion en deviendrait même préoccupante. Ingrates et inaccessibles, les caricatures féminines du film ne distilleront essentiellement que frustrations et trahisons à leurs prétendants sous doués. L’amour même idéalisé de façon enfantine (le mariage arrangé du personnel) n’est pas le cœur de cette histoire trop pure dans ses aspirations pas plus qu’il ne l’est dans le cinéma de l’américain à la libido limitée.

La magie Spielberg n’opère pas dans le présent où la rhétorique de ses effets de style habituels se transforme en autant de maladresses. The Terminal démontrera les difficultés que le réalisateur éprouve à composer avec la rigueur du concret qui ferait presque passer son art de la sublimation pour une supercherie à faible portée (laborieuse réhabilitation de l’american dream à l’ancienne).Une incursion en territoire balisé risquée qui se solde malheureusement par un résultat mineur aux défauts évidents.
 
PETSSSsss-

 
 
 
 

haut