Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
Vidocq


France / 2001

19.09.01
 



LA REVOLUTION AVORTEE





"Lâchez-moi ! Je dois m'assurer qu'il est vraiment mort !"

Est-il nécessaire de dire qu'on attendait beaucoup du "Premier film tourné en caméra Haute Définition" ?. C'était pourtant déjà le cas de La vierge des tueurs" de Barbet Schroeder l'an passé. Quand bien même, et à la vue de ce spectacle, il est de toute façon difficilement imaginable qu'un jeu de passe-passe technique avant-gardiste sauve une oeuvre qui manque cruellement de coordination scénaristique. Le somptueux navire annoncé prend l'eau à la vitesse de son ambition. L'entreprise se transforme soudain en un beau gâchis dirigé avec une maladresse inattendue par le petit Mozart des effets spéciaux, qui, s'il manie la palette graphique de main de maître, improvise complètement dans une mise en scène malheureuse. À trop calquer le modèle hollywoodien, on aurait tendance à oublier qu'en France, la réalisation est aussi synonyme de mise en scène. La rythmique est épuisante, cousue de scènes découpées en pièces multiples, agencées bout à bout pour "accélérer" l'action, lui insuffler un vent épique inefficace et artificiel. Les raccords bancals qui s'en découlent défigurent, car trop ou trop peu travaillés, l'atmosphère terriblement mouvementée voulue par Pitof dans les scènes de poursuites. On nous présente souvent, même s'il n'est pas bon d'y prêter toujours référence, un tournage "Dogmatique" à l'épaule, abusant des (très) gros plans, le tout perdu dans la rigueur et la "stabilité" d'un tournage pourtant de facture classique. Fort heureusement, et Pitof peut s'en féliciter, il cherche une voie nouvelle dans la chorégraphie des combats, peu nombreux finalement dans le film, sans surfer sur la vague actuelle des références à Matrix. Point de kung-Fu en ces lieux. Ouf. Reste, on s'en doutait, un travail de titan véritablement soigné sur la conception des décors, costumes, lumières, etc. Caro y pose sa patte, avec dextérité et réel talent, un talent réservé et un Caro dans l'ombre d'ailleurs depuis son travail sur La cité des enfants perdus, effacé par la réussite de son ancien complice Jean-Pierre Jeunet.
En réalité, la tare véritable de Vidocq, celle qui dévore véritablement le noyau central du film, que défendent pourtant avec ferveur et réelle sincérité les acteurs (Dussollier surtout, est exceptionnel), c'est la panne de scénario.
Grangé est un écrivain doué pour instaurer une atmosphère angoissante à souhait, malsaine et suintante à merveille, il nous l'avait déjà prouvé dans Les Rivières Pourpres. Mais comme dans ce dernier, il fait malheureusement preuve dans Vidocq d'un manque cruel d'imagination dans les dernières minutes de l'histoire, primordiales puisqu'elles nous mettent face, comme dirait Dussollier, "au temps de la vérité".
Le retournement de situation final, puisqu'il y en a un, est accablant, poussif, et surtout, incompréhensible, opposé aux fondements même du film.

Et si le film le plus attendu de la rentrée était aussi le plus mauvais ?
 
romain

 
 
 
 

haut