Benoît Magimel brille en père d'un fils qui devient fille dans Lola vers la mer. Toujours prompt à prendre des risques, l'acteur a beaucoup tourné ces temps-ci. On l'a vu dans Nous finirons ensemble, Une fille facile, et on l'attend dans le prochain film de Nicole Garcia, Lisa Redler. Il est aussi attendu chez Samuel Doux (Dune Dreams), Bruno Dumont (Par ce demi-clair matin), Emmanuelle Bercot (De son vivant, dont le tournage reprendra au printemps) et Florent-Emilio Siri.



Mathieu Amalric
Fanny Ardant
Ariane Ascaride
Daniel Auteuil
Christian Bale
Michel Blanc
Damien Bonnard
Dany Boon
Guillaume Canet
Michael Cohen
Toni Collette
Daniel Craig
Matt Damon
Jean-Pierre Darroussin
Anaïs Demoustier
Adam Driver
Jean Dujardin
Chris Evans
Louis Garrel
Eva Green
Jessica Hausner
Scarlett Johansson
Ladj Ly
Benoît Magimel
Terrence Malick
Robert De Niro
Al Pacino
Robert Pattinson
Vincent Perez
Denis Podalydès
Melvil Poupaud
Antoine Reinartz
Martin Scorsese
Emmanuelle Seigner
Michael Shannon
Emma Thompson
Karin Viard
Ben Whishaw
Alice Winocour
Michelle Yeoh



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Kirsten Dunst
Sophie Marceau
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche





 (c) Ecran Noir 96 - 19

© Bac Films   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 2803Cote : 54 %

 
LE NOUVEAU ROMANTIQUE





Brun ténébreux. Ou tête à claques. Garçon séduisant. Ou gamin arrogant. Tourmenté, faussement. Ou vraiment, fougueusement, comédien. Louis Garrel, fils de Philippe Garrel mais pas d’Isabelle Huppert, comme il l’écrit sur son site, a été touché par la grâce du jeu selon certains. Ou ne fait que reproduire, verbe qui colle terriblement à notre époque, l’allure, les gestes et les provocations de ses modèles. Parmi eux, la filiation avec Jean-Pierre Léaud, son parrain, semble presque trop évidente...

Adoré de la critique cinéphilique élitiste, fidèle vedette des festivals, déjà césarisé, le jeune Garrel transporte sa beauté incandescente, farouche, dérangeante à travers des films très auteuristes. Qu’on l’aime ou pas, il marque les esprits avec des rôles peu convenus et son naturel devant la caméra, mélange d’improvisation et de maîtrise corporelle. Si son père l’emploie dès son enfance dans ses films, il fait ses débuts face à Jane Birkin, dans Ceci est mon corps. Titre justement choisi. Garrel est un corps. Malléable, élastique, charismatique. Il occupe le champ. Se fout à poil ou gigote dans tous les sens. Il est en perpétuel mouvement. Si son personnage croit avoir perdu la foi, l’acteur, lui, a bien trouvé sa voie. Il aime ces personnages qui se rebellent contre un avenir fataliste, se révolte facilement et confortablement contre un ordre préétabli. Bourgeois, Louis Garrel adore incarner une jeunesse qui se rêve révolutionnaire et libre.

Ironiquement ce sont d’ailleurs deux films évoquant l’utopie de Mai 68 qui vont le révéler. Bernardo Bertolucci choisi un trio explosif, et qui, d’ailleurs, s’imposera au cinéma dans les années à venir, pour composer son triangle amoureux et échangiste dans Innocents (The Dreamers). Mai 68 dans une bulle sexuelle et fusionnelle : et si ça n’avait été que ça. On retient là encore les corps. Nus et alanguis. Ceux d’Eva Green, Michael Pitt et Louis Garrel. Deux ans plus tard, Philippe Garrel l’insère de nouveau dans les événements de 68 avec Les amants réguliers. Il y croise Clotilde Hesme, sa future partenaire des Chansons d’amour. Affiche en noir et blanc, très Nouvelle Vague. Une histoire d’amour passionnelle pour s’évader d’une vie ennuyeuse. La folie calculée de Garrel ne viendrait-elle pas prendre sa source dans cette frayeur de la routine et de la normalité ?

A travers sa filmographie on note surtout que Louis Garrel s’inscrit dans un décor : Paris, et plutôt celui des arrondissements chics ou bobos. Il inspire une jeunesse tranquille, française, classique. Mais il en explose aussi les cadres et les verrous avec ses désirs amoraux, son anticonformisme puisé justement dans ces années 60. Car Louis Garrel, malgré son apparente juvénilité, est enraciné dans une culture dépassée : celle d’un cinéma d’auteur qui ne parle plus au grand public, celle d’une époque – la nouvelle vague, la libéralisation des mœurs, les yé-yés – révolue, à défaut d’avoir été si révolutionnaire. Est-ce que cela inquiète les modernes ou rassure les inquiets ? Il a encore cette élégance qui a disparu, cette théâtralité qui n’est plus assumée...

Avec son pygmalion Christophe Honoré, Garrel se fraye un chemin plus malin qu’innocent avec des films comme Ma mère où il se débauchera dans une relation oedipienne, et aussi Dans Paris où il flâne et flirte de filles en conquêtes, ou enfin dans Les chansons d’amour, passant d’un amour défunt à des feintes amoureuses pour conclure avec un jeune homme irradiant de charme. Il y chante, il y danse, et réussit même à réguler son « italianité », cette instabilité parfois énervante.

François Ozon l’a même enrôlé dans un moyen métrage, Un lever de rideau, parce qu’il « parle très vite et avale souvent les mots.» En transe physiquement, transi amoureusement, Louis Garrel choisi d’aimer sa partenaire et réalisatrice d’Actrices, femme plus mûre, et tout à fait italienne, Valéria Bruni-Tedeschi. A 25 ans, le « fils de » est à la frontière entre son adolescence cultivée et son âge adulte espéré. Il est à l’aube de sa « carrière ». Avoir la vocation, l’ambition, l’intelligence et même l’érudition ne suffisent plus. Dans un cinéma de plus en plus parcellisé, Louis Garrel, enfermé dans une chapelle, pourrait aussi étouffer, lui, qui dans chaque film, a besoin de sortir, s’aérer les poumons, respirer et embrasser qui vous voudrez...

vincy


 
 
haut