Sara Forestier passe derrière la caméra pour son premier long métrage M, un film bancal, imparfait, naïf, fragile mais empli d'une irrépressible envie de faire du cinéma. La jeune comédienne a fait du chemin depuis L'Esquive et son prix de jeune espoir féminin en... 2004.



Ben Affleck
Halle Berry
Cate Blanchett
Sandrine Bonnaire
Jeff Bridges
Pierce Brosnan
Henry Cavill
Jackie Chan
Suzanne Clément
Daniel Craig
Benedict Cumberbatch
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Gérard Depardieu
Emilie Dequenne
Emmanuelle Devos
Albert Dupontel
Vincent Elbaz
Adèle Exarchopoulos
Colin Farrell
Colin Firth
Eva Green
Chris Hemsworth
Tom Hiddleston
Anthony Hopkins
Jeremy Irons
Nicole Kidman
Diane Kruger
Shia LaBeouf
Benoît Magimel
Kad Merad
Ezra Miller
Julianne Moore
Julianne Moore
Liam Neeson
Vincent Perez
Joaquin Phoenix
Mark Ruffalo
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Channing Tatum
Mélanie Thierry
Karin Viard
Michelle Williams
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz





 (c) Ecran Noir 96 - 17

   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 771Cote : 53 %

 






Clémence Poésy. Tout un poème.



Première strophe : l'enfance de l'art



Née en 1982 d'un père directeur d'une compagnie théâtrale (Monsieur Guichard) et d'une mère professeur de français nommée Poésy, Clémence monte sur les planches à 14 ans. Elle complètera son cursus de comédienne en intégrant le Conservatoire National.



La Poésy joue ensuite pour la télévision pour « Tania Boréalis » ou « La vie quand même ») avant d’entrer dans le monde du cinéma avec » L'Eté d'Olga « (2002), puis dans la comédie «Bienvenue chez les Rozes « (2003) où elle se fera remarquer en fille de Carole Bouquet.



Deuxième strophe : Poésy in English



Puis la Miss Poésy s'en va en Angleterre. Jackpot : elle campe Mary Stuart, reine d'Ecosse dans l’épopée de la BBC de Gillies MacKinnon «Gunpowder, Treason & Plot ». Premier rôle anglophone (la demoiselle est bilingue), et en costume. En vraie reine, elle sera élue Meilleure Actrice au Festival International de Biarritz en 2004.



En 2005, Clémence, avec ses longs cheveux blonds, son air félin, son regard bleu lointain et un peu étrange incarne une parfaite Fleur Delacour, et affronte Harry Potter lors du Tournoi des Trois Sorciers dans le film de Mike Newell, «Harry Potter et la coupe de feu », l’adaptation du best-seller de JK Rowling.

Ironie du sort, elle qui est parfaitement anglophone doit reprendre un fort accent français. C’est donc en apprentie sorcière (avec de très jolis costumes) qu’elle accède à une notoriété internationale. Sorcière bien aimée car elle devrait incarner à nouveau ce rôle dans « Harry Potter et les reliques de la mort »…



Clémence utilise aussi la langue de Shakespeare pour être dans le téléfilm de Lili Zanuck , « Revelations » ,pour la NBC.



Elle se fera ensuite remarquer dans des films et téléfilms, adaptations de grands classiques de la littérature française et russe…



En 2006, elle est l’amour du Grand Meaulnes (Nicolas Duvauchelle), Yvonne de Gallais, dans l’adaptation du roman éponyme « Le Grand Meaulnes ». Gracile danseuse, passionnée , elle est l’incarnation de la féminité de l’époque et fait rêver le petit chanteur -devenu grand- Jean-Baptiste Maunier, toujours aidée de son physique classique et de magnifiques robes. Pretty Poésy reçoit un Swann d’or pour ce rôle.



En 2007, on l’a vue aussi dans « Les Amants du Flore », très bon téléfilm sur les vies de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre aux côtés de Loránt Deutsch, et d’Anna Mouglalis.



Autre époque, autres costumes : elle est Natacha Rostov, l’objet de tous les désirs dans le téléfilm pan européen «Guerre et Paix », diffusé l'hiver 2007.



Troisième strophe : la troisième partie du monde de Poésy.



Cependant, la Poésy ne fait pas que dans l’adaptation d’œuvres littéraires et rôles à costumes. Ce n’est pas parce qu’on a un teint de porcelaine, un air de jeune fille en fleurs et des fossettes que l’on ne peut pas jouer les femmes modernes !



Fin 2007, elle est raide dingue du voyou Vincent Elbaz dans « le Dernier gang» (sur le gang des postiches), un film noir. La Bonnie de Clyde n’a qu’à bien se tenir.



En 2008, dans « La troisième partie du monde », elle bascule dans le clan des femmes fatales. Malgré elle. Dans ce thriller métaphysique, son personnage,Emma, aima des hommes qui tous disparaissent de façon étrange…



Clémence est aussi à l'affiche de « Sans moi », un drame français. On la verra aussi à l’international dans « In Bruges » comédie dramatique où elle donne la réplique à Colin Farrell et dans «Tender interface ».

La Poésy a de l'avenir : Clémence s’écrit une belle carrière.

Claire


 
 
haut