Daniel Day-Lewis est évidemment impeccable, formidable, parfait dans le rôle de Reynolds Woodcock. Phantom Thread sera (peut-être) son dernier film. L'acteur triplement oscarisé a en effet décidé de jeté le dé (à coudre) et de prendre sa retraite. A s'investir pleinement dans ses personnages, ils se sent lui aussi hanté par trop de fantômes et ne supporte plus la souffrance qu'il s'inflige.



Woody Allen
Paul Thomas Anderson
Angela Bassett
Gael Garcia Bernal
Sandrine Bonnaire
Suzanne Clément
François Cluzet
Clovis Cornillac
Daniel Day-Lewis
Jamie Dornan
Jean Dujardin
Clint Eastwood
Zac Efron
Marina Foïs
Jake Gyllenhaal
Josh Hartnett
Ethan Hawke
Chris Hemsworth
Hugh Jackman
Tchéky Karyo
Mathieu Kassovitz
Naomi Kawase
Diane Kruger
Michèle Laroque
Melanie Laurent
Vincent Lindon
Benoît Magimel
Kim Min-hee
Helen Mirren
Masatoshi Nagase
Liam Neeson
Charlotte Rampling
Jean-Paul Rouve
Steven Spielberg
Meryl Streep
Juno Temple
Mélanie Thierry
Justin Timberlake
Marine Vacth
Forest Whitaker
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 2336Cote : 50 %


 
L'ATTACHANTE





Natacha Régnier a l'apparence de ces femmes un peu fragiles, avec une peau de porcelaine, des yeux embués d'émotion, la nuque haute, droite, rigide. L'air désinvolte, on la sent liquide, exténuée, écrasée par tous ces coups qu'elle reçoit psychologiquement. Tel est du moins ce qui transparait de ses rôles. Mais elel avoue qu'elle a eu longtemps une estime de soi "assez pourrie". Manipulatrice toujours piégée, amoureuse immature, belle de jour et froide la nuit, à la recherche de la chaleur, d'un bonheur. En cela, son itinéraire un peu singulier, auteuriste, psycho-socio-dramatique se rapproche de celui de Sandrine Bonnaire.

Il y a quand même un brin de sado-masochisme - peut-être pour se prouver une certaine liberté, pour garder un vrai désir, pour rester en osmose avec le scénario et la vision du réalisateur - dans ses choix. Des rôles durs et étonnamment destructeurs pour une jeune fille innocente et sage. Elle aime découvrir d'autres territoires; après le cadeau de Zonca qui la révéla au monde entier dans une vie pas si rêvée d'anges rebelles, elle enchaîna avec Ozon (en femme de mauvaise influence, amante tordue, et initiatrice sexuelle) et Fontaine (en bourgeoise élégante). Zonca la voyait violente, Fontaine l'imagine attentive. "Dans un diner, j'étais plus celle qui regardait et ecoutait que celle qui prenait la parole."

Elle voit son métier comme un jeu. Un rôle est une sorte de déguisement. Plutôt déterminée, elle avance à petits pas, se mélange à des castings intéressants, se confronte à des regards intérieurs (Bonitzer, Mouriéras), fréquentant ainsi les Festivals. Elle n'est pas star, et se veut avant tout comédienne reconnue pour son travail. Très tôt, elle a fait des études de théâtre. "Il y a en moi une espèce de foi naïve, une capacité inébranlable à suivre mes propres instincts, ne démarche très solitaire qui ne m'a pas quittée."
Elle explore les failles de ses personnages, aiment déjouer les apparences et surprendre le spectateur. Ces rôles sont toujours ambivalents. À son image : pudique et bonne vivante, timide et déterminée, manquant de confiance et résistante.
Non contente de nous surprendre, elle s'autorise de pousser la chansonnette sur un album qui fait un triomphe, celui de Yann Tiersen, le compositeur du film Amélie Poulain. Elle met le cinéma en veilleuse durant deux années, le temps de faire la tournée. "La musique n'est pas tellement mon langage. C'est plus dans la psychologue, dans l'épaisseur et la diversité des personnages qu'on peut me proposer au cinéma, que j'ai envie de m'exprimer." En revanche, la maternité lui permet de s'épanouir, de rayonner, de l'intérieur : "devenir mère m'a donné beaucoup plus d'humour face à la vie, plus de joie, d'entrain." Elle rêve donc de tourner une vraie et belle comédie! Régnier ne règne pas mais elle a le potentiel d'une belle princesse du cinéma francophone. Alors elle voyage chez Bourdieu, Belvaux, Limosin et même Jacquot (pour la télévision). Univers hypervariés qui la conduiront jusqu'au Kirghizstan, découvrir Le coffre des secrets. Mais quels sont les siens?

Vincy


 
 
haut