Angelina Jolie revient plus "maléfique", charismatique, magnétique que jamais. Quatre ans qu'on ne l'avait pas vue au cinéma (et encore Vue sur mer n'a été vu par personne). Donc cinq ans après son dernier succès, le premier Maléfique, la star de Guerlain a enchainé ses derniers mois les tournages chez Disney: Come Away (d'après Peter Pan) et le prochain Marcel, Les Eternels. On la verra aussi dans un thriller-western d'époque assez dark, Those Who Wish Me Dead.



Woody Allen
Charles Berling
Leyna Bloom
Sandrine Bonnaire
Carole Bouquet
Sonia Braga
Guillaume Canet
François Civil
Anaïs Demoustier
Mati Diop
Xavier Dolan
Mélanie Doutey
Mélanie Doutey
Elle Fanning
Elle Fanning
Valéria Golino
James Gray
Adèle Haenel
Christophe Honoré
Angelina Jolie
Tommy Lee Jones
Vincent Lacoste
Jude Law
Ang Lee
Jennifer Lopez
Fabrice Luchini
Chiara Mastroianni
Ruth Negga
Robert De Niro
Michelle Pfeiffer
Joaquin Phoenix
Brad Pitt
Jean-Paul Rouve
Will Smith
Philippe Torreton
Liv Tyler



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Kirsten Dunst
Sophie Marceau
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 90Cote : 56 %


 
L'HOMME QUI ETAIT BIEN LA





Billy Bob Thornton offre une composition étonnante dans The Barber. L'acteur s'impose avec force dans le rôle d'un homme qui n'existe pas, ou à peine. Il parvient à rendre suggestif un visage impassible et à dissimuler son grand corps dégingandé : le personnage se fond dans le décor malgré une stature imposante et un visage taillé à la serpe.
Son interprétation a été largement saluée, et cet acteur, qui était finalement assez peu connu en France, arrive sur le devant de la scène. Billy Bob Thornton n'en est pourtant pas à ses débuts : son parcours est aussi riche que divers, même si sa carrière cinématographique ne s'est véritablement envolée qu'à partir des années 90s pour connaître aujourd'hui un véritable foisonnement. Scénariste, réalisateur, producteur, acteur protéiforme : Billy Bob Thornton est un touche à tout. Comme Billy Wilder le lui avait confié, son physique n'est pas celui d'un jeune premier, ni véritablement celui d'une gueule abonnée aux rôles marqués, sa contrainte était donc de chercher sa place par ses propres moyens, notamment par l'écriture.

Thornton est né Hot Springs, dans l'Arkansas le 4 Août 1955. Il a commencé par être musicien, en jouant de la batterie et en chantant dans un groupe qui s'appelait " Tres Hombres ". Mais en 1981, il s'installe à Los Angeles avec un ami d'enfance, Tom Epperson, afin d'entamer une carrière d'acteur et de scénariste. Les débuts sont difficiles : les scénarios qu'il écrit avec Epperson sont rejetés par les studios, et la situation est telle qu'il finit même par être hospitalisé pour malnutrition. Ses rôles dans des séries télévisées (The Outsiders et Hearts Afire) l'ont aidé, mais c'est surtout avec One False Move, en 1991, son premier scénario (écrit avec Epperson) accepté et réalisé que sa carrière démarre. Après ce rôle de dealer assassin, il enchaîne les second rôles au cinéma dans des productions parfois importantes et remarquées (Proposition Indécente, Dead Man). Parallèlement, il continue sa carrière de scénariste, en solo ou avec son acolyte Tom Epperson.
Sling Blade, en 1996, marque un tournant dans sa carrière : peut-être parce qu'il était déçu des rôles qu'on lui proposait, Billy Bob Thorton s'offre un rôle de composition qui tend vers la performance d'acteur : son personnage de débile léger, libéré après 25 ans d'hôpital psychatrique, évoque parfois le Lenny de Steinbeck ; Billy Bob donne à son personnage une démarche étrange et une bouille lippue qui restent dans les mémoires. Le film est important, d'abord parce que c'est son premier comme réalisateur (il en est aussi l'interprète et le scénariste, avec Epperson). Ensuite parce qu'il a été reconnu et récompensé. L'implication physique de l'acteur est sincère et remarquée : il est nominé à l'oscar du meilleur acteur. Il obtient parallèlement l'Oscar du meilleur scénario d'adaptation. Grande classe.
Après ce film, Billy Bob Thornton intensifie son activité dans tous les domaines : en tant qu'acteur, il apparaît très souvent, parfois dans des productions à gros budget pas forcément réussies (U Turn, Primary Colors, Armaggedon, The Alamo...). Franc, il avouera après le tournage du blockbuster de Michael Bay, avoir accepté le film pour le cachet et devant le peu d'intérêt de l'expérience n'être pas prêt à renouveler ce type d'aventure. Trop entier, trop décallé aussi, il ne cadre pas avec le jeu narcissique du succès à la sauce hollywoodienne. Les retombées de son exposition médiatique le laisseront perplexe et vaguement amusé. Dire qu'il ne cultive pas son image serait faux. Ses racines plantées dans le sud profond, son vécu font simplement que celle ci ne parvient pas à s'accommoder des standards attendus. Il se considère un peu comme un " freak ", enviant les idoles séduisantes (son partenaire d'un film Val Kilmer) mais se félicite de pouvoir mener avec une marge de liberté non négligeable une carrière imprévisible.

En 1999, il retrouve un rôle un rôle d'attardé mental dans Un Plan Simple, de Sam Raimi. Sa composition, peut-être plus fine et nuancée que dans Sling Blade, lui vaut une nouvelle nomination aux Oscars. Parallèlement, il continue sa carrière de réalisateur (De si jolis chevaux, dont il est également le producteur) et de scénariste : on peut citer notamment le brillant et malin Intuition (The Gift), encore réalisé par Sam Raimi. On peut ici remarquer une autre caractéristique Billy Bob Thorton : la fidélité (fidélité professionnelle, car pour ce qui est de sa vie sentimentale, il en est à son cinquième mariage). Il semble s'être peu à peu fondu dans une " bande ", un groupe d'acteurs et de cinéastes avec lesquels les collaborations se succèdent : on peut citer notamment Sam Raimi, Robert Duvall, Cate Blanchett, et bien sûr Tom Epperson. Des artistes. Des exigeants. Des perfectionnistes. Des touche-à-tout aussi. Tout en étant respectés.

Si, comme acteur, Billy Bob Thorton a le plus souvent excellé dans des seconds rôles, les frères Coen lui offrent un premier rôle mémorable qui achève d'installer sa notoriété. Il est d'ailleurs d'ores et déjà nominé aux Golden Globes et aux AFI Awards pour son interprétation de Ed Crane dans The Barber. Billy Bob Thornton ne devrait pas s'arrêter là : l'ex-mari d'Angelina Jolie enchaîne sans scurpules bons et mauvais films, personnages déjantés (excellent Père Noël politiquement incorrect dans Bad Santa) et rôles dramatiques, au bord de la crise de nerfs. Il peut jouer un immonde salaud, il rachètera toujours son personnage. En raciste dans Monster's Ball on parvient à s'appitoyer pour son sort quand il fait éclater son humanité en tombant amoureux (et en la baisant avec panache) de Halle Berry. Sous la carapace et les tatoos, il y a un gamin au coeur tendre. On le jurerait!

benjamin, vincy


 
 
haut