Margot Robbie aime les personnages à caractère. Avec Moi, Tonya, elle mérite amplement sa nomination aux Oscars. Elle est attendue dans deux biopics (Goodbye Christopher Robin, Mary Queen of Scts), en narratrice de Pierre Lapin, dans deux thrillers (Dreamland, Terminal). Et probablement dans le prochain Tarantino en attendant Suicide Squad 2.



Woody Allen
Paul Thomas Anderson
Angela Bassett
Sandrine Bonnaire
Suzanne Clément
Clovis Cornillac
Daniel Day-Lewis
Jamie Dornan
Jean Dujardin
Clint Eastwood
Zac Efron
Marina Foïs
Jake Gyllenhaal
Josh Hartnett
Ethan Hawke
Sally Hawkins
Chris Hemsworth
Hugh Jackman
Tchéky Karyo
Mathieu Kassovitz
Naomi Kawase
Diane Kruger
Michèle Laroque
Melanie Laurent
Vincent Lindon
Benoît Magimel
Kim Min-hee
Helen Mirren
Masatoshi Nagase
Liam Neeson
Charlotte Rampling
Margot Robbie
Jean-Paul Rouve
Michael Shannon
Steven Spielberg
Meryl Streep
Juno Temple
Mélanie Thierry
Justin Timberlake
Guillermo del Toro
Forest Whitaker
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



Mars Distribution   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1166Cote : 53 %


 
CLAP CHIC





Klapisch est un cinéaste populaire. De ceux qui se sont inscrits dans notre paysage sans avoir recours aux astuces des magazines people ou de la surexposition télévisuelle. Chacun de ses films s'est ancré dans notre inconscient comme autant de petits poèmes, de nouvelles adolescentes ou de souvenirs de jeunesse. Klapisch réalise un cinéma plein d'humanisme, et donc dosant avec habileté cynisme et générosité, très observateur, à la fois sympathique, humoristique, et sentimental.
Il a conquis rapidement le coeur des publics du monde entier avec des scénarii originaux et divertissants, des personnages attachants, des répliques mémorables. Son travail de cinéaste semble plus transparent. Ses films sont une mécanique fluide où les scènes s'enchaînent dans un bordel organisé, un chaos régulé. Il s'attarde à décrypter une génération et sa société, à travers son passé, son avenir, son présent. Il construit un passage entre Mai 68 et le XXIème siècle, entre Paris et le reste du monde, entre les femmes et les hommes. Le cinéma klapischien est profondément romantique mais aussi aventurier. Même si l'aventure c'est la recherche d'un chat perdu, l'émigration provisoire à Barcelone ou un saut dans le temps de pure science-fiction. L'aventure est toujours intérieure...

Ses petits histoires de jeunes bourgeois racontent la ville, la famille, une communauté. Que ce soit à travers un voyage d'étudiant, un périple dans le futur, ou un parcours de gangsters. Il impose sa vision gauchiste de son regard. Nous sommes membres d'un groupe, métissé, cosmopolite, qu'il soit inné (Un air de famille, Peut être) ou acquis (Chacun cherche son chat, L'auberge espagnole, Ni pour ni contre). Il en fait l'abri contre l'individualisme, contre les égoïsmes. Une jeunesse étoufée par le système, par la grisaille de son environnement ne peut que se retrouver dans ces capsules d'évasion qu'il offre aux spectateurs. On fuit les dossiers bien rangés et les sourires coincés pour préférer la folie ensoleillée d'un destin moins bien tracé. Il n'y a aucune fatalité nulle part... Il faut juste se lancer. même si pour arriver en Floride, il faut passer par l'arnaque et l'immoralité. Klpaisch n'est pas dupe de cette génération cupide, individualiste. Même s'il rêve de grande famille.

Et Klapisch s'est fait de beaux plongeons. Un film de télé transformé en film de cinéma (Péril Jeune), un petit film mué en énorme succès (Chacun cherche son chat), une pièce de théâtre culte métamorphosée en film à récompenses (Un air de famille), un pari casse-gueule dont les images oniriques nous marquent encore (Peut-être), et un tournage en DV à l'extérieur de son Paris ambiant devenu le plus gros succès français de l'été 2002 (L'Auberge Espagnole). Klapisch est toujours parvenu à attirer un public de 7 à 77 ans, à varier ses sujets, à filmer Bastille, les faubourgs paumés, Montmartre, les Grands magasins, ...
Luchini, Bacri, Belmondo et bien évidemment Duris se glissent naturellement dans cet univers parfois destroy (et pas mollo), parfois rêveur. Libre. Mais toujours contemporain : la solitude, la consommation, le milieu étudiant, l'Europe, le phénomène du passage à l'an 2000 ou encore un anniversaire familial sont autant de thématiques qui lient le spectateur au personnage fictif. Ses films font rire, sourire, et nous émeuvent. Cette simplicité, cette facilité ne peut exister qu'avec un travail que l'on devine, qui ne se voit pas. Tout semble dans l'observation juste, la restitution intelligente, la clairvoyance des symptomes de notre existence. Très actuel, très populaire, le cinéma de Cédric Klapisch est une forme élégante de montrer que nous n'avons pas le choix de nous intéresser ensemble à nos petits désastres....

vincy


 
 
haut