Edward Norton se fait rare depuis Birdman et The Grand Budapest Hotel il y a 5 ans. Oh certes on l'a entendu dans Sausage Party et L'ile aux chiens. On l'a croisé dans Beauté cachée et il a fait un caméo dans Alita. Mais il faut dire qu'il écrivait, préparait, produisait, réalisait et jouait dans le film de sa vie, Brooklyn Affairs.



Mathieu Amalric
Fanny Ardant
Ariane Ascaride
Yvan Attal
Daniel Auteuil
Christian Bale
Damien Bonnard
Dany Boon
Guillaume Canet
Vincent Cassel
Michael Cohen
Toni Collette
Daniel Craig
Matt Damon
Jean-Pierre Darroussin
Rosario Dawson
Anaïs Demoustier
Jean Dujardin
Jesse Eisenberg
Chris Evans
Cécile de France
Charlotte Gainsbourg
Louis Garrel
Eva Green
Jessica Hausner
Ladj Ly
Bill Murray
Robert De Niro
Robert De Niro
Al Pacino
Robert Pattinson
Vincent Perez
Joaquin Phoenix
Denis Podalydès
Melvil Poupaud
Antoine Reinartz
Ludivine Sagnier
Martin Scorsese
Emmanuelle Seigner
Michael Shannon
Emma Stone
Emma Thompson
Karin Viard
Ben Whishaw
Alice Winocour
Michelle Yeoh



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Kirsten Dunst
Sophie Marceau
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



Mars Distribution   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1198Cote : 53 %


 
CLAP CHIC





Klapisch est un cinéaste populaire. De ceux qui se sont inscrits dans notre paysage sans avoir recours aux astuces des magazines people ou de la surexposition télévisuelle. Chacun de ses films s'est ancré dans notre inconscient comme autant de petits poèmes, de nouvelles adolescentes ou de souvenirs de jeunesse. Klapisch réalise un cinéma plein d'humanisme,www.faussefr.com et donc dosant avec habileté cynisme et générosité, très observateur, à la fois sympathique, humoristique, et sentimental.
Il a conquis rapidement le coeur des publics du monde entier avec des scénarii originaux et divertissants, des personnages attachants, des répliques mémorables. Son travail de cinéaste semble plus transparent. Ses films sont une mécanique fluide où les scènes s'enchaînent dans un bordel organisé, un chaos régulé. Il s'attarde à décrypter une génération et sa société, à travers son passé, son avenir, son présent. Il construit un passage entre Mai 68 et le XXIème siècle, entre Paris et le reste du monde, entre les femmes et les hommes. Le cinéma klapischien est profondément romantique mais aussi aventurier. Même si l'aventure c'est la recherche d'un chat perdu, l'émigration provisoire à Barcelone ou un saut dans le temps de pure science-fiction. L'aventure est toujours intérieure...

Ses petits histoires de jeunes bourgeois racontent la ville, la famille, une communauté. Que ce soit à travers un voyage d'étudiant, un périple dans le futur, ou un parcours de gangsters. Il impose sa vision gauchiste de son regard. Nous sommes membres d'un groupe, métissé, cosmopolite, qu'il soit inné (Un air de famille, Peut être) ou acquis (Chacun cherche son chat, L'auberge espagnole, Ni pour ni contre). Il en fait l'abri contre l'individualisme, contre les égoïsmes. Une jeunesse étoufée par le système, par la grisaille de son environnement ne peut que se retrouver dans ces capsules d'évasion qu'il offre aux spectateurs. On fuit les dossiers bien rangés et les sourires coincés pour préférer la folie ensoleillée d'un destin moins bien tracé. Il n'y a aucune fatalité nulle part... Il faut juste se lancer. même si pour arriver en Floride, il faut passer par l'arnaque et l'immoralité. Klpaisch n'est pas dupe de cette génération cupide, individualiste. Même s'il rêve de grande famille.

Et Klapisch s'est fait de beaux plongeons. Un film de télé transformé en film de cinéma (Péril Jeune), un petit film mué en énorme succès (Chacun cherche son chat), une pièce de théâtre culte métamorphosée en film à récompenses (Un air de famille), un pari casse-gueule dont les images oniriques nous marquent encore (Peut-être), et un tournage en DV à l'extérieur de son Paris ambiant devenu le plus gros succès français de l'été 2002 (L'Auberge Espagnole). Klapisch est toujours parvenu à attirer un public de 7 à 77 ans, à varier ses sujets, à filmer Bastille, les faubourgs paumés, Montmartre, les Grands magasins, ...
Luchini, Bacri, Belmondo et bien évidemment Duris se glissent naturellement dans cet univers parfois destroy (et pas mollo), parfois rêveur. Libre. Mais toujours contemporain : la solitude, la consommation, le milieu étudiant, l'Europe, le phénomène du passage à l'an 2000 ou encore un anniversaire familial sont autant de thématiques qui lient le spectateur au personnage fictif. Ses films font rire, sourire, et nous émeuvent. Cette simplicité, cette facilité ne peut exister qu'avec un travail que l'on devine, qui ne se voit pas. Tout semble dans l'observation juste, la restitution intelligente, la clairvoyance des symptomes de notre existence. Très actuel, très populaire, le cinéma de Cédric Klapisch est une forme élégante de montrer que nous n'avons pas le choix de nous intéresser ensemble à nos petits désastres....

vincy


 
 
haut