Hugh Grant nous manquait. Après quelques audaces dans sa filmographies, et en fait une raréfaction sur grand écran depuis une dizaine d'années (à peine dix films depuis 2004), la star britannique a vieilli mais n'a pas perdu ni de son charme ni de sa dérision. Excellent dans Florence Foster Jenkins l'an dernier, le voici fabuleux et jouissif dans Paddington 2. A 57 ans, il se reconvertit dans la farce. En attendant de le voir dans A Very British Scandal, de Stephen Frears, avec Ben Whishaw, sur petit écran.



Ben Affleck
Richard Anconina
Ariane Ascaride
Daniel Auteuil
Christian Bale
Nathalie Baye
Charles Berling
Cate Blanchett
Charlotte Le Bon
Sandrine Bonnaire
Steve Carell
Henry Cavill
Alain Chabat
George Clooney
Benedict Cumberbatch
Matt Damon
Anaïs Demoustier
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Albert Dupontel
Michael Fassbender
Charlotte Gainsbourg
Hugh Grant
Sally Hawkins
Chris Hemsworth
Tom Hiddleston
Jeremy Irons
Oscar Isaac
Oscar Isaac
Val Kilmer
Diane Kruger
Melanie Laurent
Gilles Lellouche
Ezra Miller
Julianne Moore
Julianne Moore
Ellen Page
Joaquin Phoenix
Mark Ruffalo
Elisabeth Shue
Emma Stone
Audrey Tautou
Patrick Timsit
Karin Viard
Ben Whishaw
Michelle Williams
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 17



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3595Cote : 50 %


 
LA PIEUVRE PAR LE TAFF





Evoquer l'acteur Jean-Pierre Darroussin, parler de ses envies et de sa carrière est avant tout affaire de famille : famille de copains, famille de cinéma, des familles qu'il cotoie depuis vingt ans. La plus ancienne, celle du cinéaste Robert Guédiguian de Ki lo sa? au prochain A la place du coeur, cinq films ont scellés une indéfectible amitié. A un jour d'intervalle, il est le cadet de Robert Guédiguian. Ils connaissaient très bien leurs amis d'enfance respectifs. Un lien cinématographique qui leur ressemble. Darroussin le gentil, le gaucho, le généreux, le fidèle aussi...

Avec son air de s'excuser d'être là où il est, Jean-Pierre Darroussin a joué surtout des timides, des lunaires, des naïfs... "Je crois qu'on m'a classé dans le rang des lunaires et qu'on en démord pas ! Quand je suis entré au conservatoire en 1976, j'ai joué Le Misanthrope et entre les deux tours, Marcel Bluwal m'a dit: "C'est bien, mais il faudrait peut-être changer de scène: tu as l'air trop bon, trop gentil pour jouer ça". Cela dit, ça ne m'a pas empêché de le passer aund même et de faire le conservatoire. A l'époque, je ne me posais pas tellement le problème de rentrer dans un cadre qui correspondait à ma crédibilité. C'est quelque chose qui intervient par la suite, quand vous avez affaire au métier... Au cinéma, on n'a pas le temps de travailler, on exploite beaucoup votre nature évidente et c'est vrai que la composition me manque, mais ça viendra ! Il n'y a pas de secret, si on me prend pour ce genre de personnages, c'est sans doute que j'évoque ça... "

Spectateur averti, il reproche au cinéma d'ouvrir le plus souvent un rectangle sur un monde restreint, et d'oublier le reste. "L'idéal serait de filmer aussi le monde autour: parce que c'est ça qui donne le recul, qui donne un sens à l'histoire qu'on raconte. Des metteurs en scène comme Wim Wenders, ou bien Jim Jarmusch avec Stranger Than Paradise, ont ce sens-là. Le cinéma est un art, enfin on le dit, alors comme une peinture ou une musique, ce doit être assez large pour vous faire vibrer sur des choses qui ne sont pas forcément conscientes, mais présentes dans les cases de la mémoire, des émotions, des sensations..."

De Psy à On ne meurt que fois, en passant par Est-ce bien raisonnable, Notre histoire ou le culte et triomphal Un air de famille, il a promené sa longue silouhette, conférant à ses personnages une tendresse et une ironie heureuse.

Car chez Darroussin, il y a une grande humanité, quelque chose de généreux, un peu en retrait, un peu timide. On ne sait pas si c'est de la réserve ou de la timidité. En tout cas, il joue beaucoup sur ces décalages-là. C'est-à-dire, qu'on sent ce fond très humain, cette tendresse aussi, qui fait qu'il n'est jamais caricatural, même quand il joue des personnages qui pourraient l'être.

Ainsi, Darroussin n'aura pas attendu longtemps avant d'imposer, principalement dans le cadre de la comédie, l'image d'un comédien à la nonchalance dite active. Image vécue ou imaginée ? "Y'a une base qui m'est propre, qui est effectivement "je me ballade"", explique Jean-Pierre Darroussin. "Cette nonchalance, elle vient peut-être d'une non-avidité, je ne sais pas... Je ne suis pas très avide de vivre." Mais en même temps, j'ai énormément de plaisir à faire ça, à vivre. Cette soif de vie raisonnable et parfois languissante va culminer avec Mes meilleurs copains, le film partiellement autobiographique de Jean-Marie Poiré.

Le karma du comédien n'a pas toujours été aussi zen. Dans Psy de Philippe de Broca, l'un de ses tout premier film, son personnage de complexé méfiant savait donné des coups et en recevoir.

Changement de physique et de registre dans Le Poulpe, de Guillaume Nicloux, pour un film atmosphérique mêlant polar et répliques impayables. L'histoire d'une enquête qui, comme toujours avec Darroussin, trouvera sa résolution dans l'amitié sur l'écran et hors cadre. Il y a plein de petits détails dans le film qui fonctionnent comme des leures. C'est-à-dire qu'on va s'attacher à des indices à la con...

Pas besoin de preuves pour mesurer sa popularité, le lien affectif qui le lie au public avec une série de hits. Entre les films de potes (15 août, Le coeur des hommes, les fantaisies féminines (les Jeanne Labrune), les comédies de moeurs (Ah si j'étais riche, Mille millièmes, La bûche), il enchaîne les succès. Jusqu'au rôle ingrat de poilu, marié à Jodie Foster, dans un film de Jeunet. Darroussin est incontestablement devenu un de nos comédiens majeurs. Sachant danser le rock comme pouvant draguer Carole Bouquet.

chris, vincy


 
 
haut