Matt Damon est une star complète. l'un des rares à pouvoir rivaliser avec Di Caprio, Pitt ou encore Washington, sans avoir à être un super-héros. Un film avec Damon c'est presque un film de Damon. Un truc à l'ancienne. le Mans 66 est de cette trempe. Doté d'un solide second-degré, il reste malgré tout très soucieux de ses choix. L'an prochain on le verra dans un Ridley Scott, The Last Duel, qu'il a coécrit avec Ben Affleck et un thriller de Tom McCarthy, coécrit par le français Thomas Bidegain.



Mathieu Amalric
Fanny Ardant
Yvan Attal
Daniel Auteuil
Christian Bale
Antonio Banderas
Guillaume Canet
Vincent Cassel
Michael Cohen
Matt Damon
Rosario Dawson
Xavier Dolan
Mélanie Doutey
Jean Dujardin
Jesse Eisenberg
Elle Fanning
Cécile de France
Charlotte Gainsbourg
Louis Garrel
Jessica Hausner
Angelina Jolie
Kiyoshi Kurosawa
Paul Laverty
Ken Loach
Jennifer Lopez
Bill Murray
Robert De Niro
Gary Oldman
Vincent Perez
Michelle Pfeiffer
Joaquin Phoenix
Denis Podalydès
Melvil Poupaud
Jean-Paul Rouve
Ludivine Sagnier
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Sharon Stone
Emma Stone
Meryl Streep
Ben Whishaw



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1200Cote : 47 %


 
COMICS





Jim Carrey, on aime ou pas, c'est une question de (mauvais) goût. Cependant entre ses 10 ans de galère, son entraînement de comédien à la dure, une série TV qui le rendra relativement célèbre, et son statut de mégastar, Jim Carrey s'est forgé un parcours criticable, critiqué mais aussi admirable, et admiré.
Il a joué les seconds rôles durant les années 80, passage cinématographique insipide, malgré le Peggy Sue de Coppola et deux Eastwood. Grand imitateur et improvisateur, il a débuté dans les cabarets, s'essayant et s'exerçant à faire des mimiques, à rendre son visage élastique. C'est le temps des petits cachets.
Ce Canadien qui veut se faire sa place au soleil de Californie se fait même un chèque de 20 millions de $ qu'il touchera dans l'éventualité, le rêve, de l'obtenir par contrat.
Il ne recevra que 350 000 $ pour le premier Ace Ventura. Mais le film, sorti au creux de l'hiver, sera un hit inespéré en Amérique aurpès des ados. Le nouveau roi du comique est né. Section zoophilie, scatologie, humour pour enfants.
La même année il accepte un film des Frères Farrelly, Dumb and Dumber, où l'humour potache et grotesque, aux frontières de la parodie et du cinéma muet (gaguesque). Carrey symbolise le bousculement des conventions du rire, volant la vedette à Robin Williams et Eddie Murphy. Les futurs cinéastes de Mary à tout prix lui permettent un second hit consécutif à Carrey. Hollywood le spécialise dans les comédies-farce grand public ou ados. Et parie sur ce nouveau poulain.
Outre la suite de Ace Ventura, Carrey sera choisi pour le troisième épisode de Batman, en méchant (qui ne meurt pas). Il devient alors homme élastique, hystérique, et atout comique dans un film "comics". Ses grandes dents blanches semblent rayer le parquet, et agacent ceux qui ne rient pas devant ses grimaces; ou pire devant son "anus qui parle". Caca. Boudin. Prout. Clap Clap. Hourra!
4 hits en deux ans, et c'est 20 millions de $ de cachet pour son Cable Guy. Un cap salarial à Hollywood, mais aussi un virage pour la star qui se veut comédien. Avec un rôle tout aussi carnassier mais plus dramatique, il n'accroche pas le public. Un semi-échec qui ne perturbe que les studios et mes médias (avides de détruire tout ce qui réussit trop bien).
Si Carrey est déterminé à jouer autre chose que des comédies, il accepte cependant Liar Liar, l'histoire classique d'un avocat qui promet à son fils de ne plus mentir. On est proche de Louis de Funès tant dans la critique d'une catégorie sociale que dans les réactions en société, et les extrêmes faciaux. Comédie plus sobre, plus sage,, plus grand public, il parvient à faire son premier hit mondial. A y aller plus mollo dans le virage vers le drame.
Cela lui permet de négocier avec plus d'assurance sa transformation en comédien reconnu, dans des films plus sérieux. Second-rôle dans un film pour enfants (Simon Birch), il signe avec Peter Weir puis Milos Forman.
The Truman Show comme Man on the Moon font appel à son registre de comique (avec un ton plus sérieux, plus maîtrisé) et des nuances plus dramatiques. Si le Forman ne répond pas aux attentes, The Truman Show restera longtemps son plus beau film, un de ses plus populaires et sa meilleure interprétation. En prisonnier d'un média, il se sent des envies de liberté. Il nen fait pas trop, mais a l'innocence du gamin qui n'a rien connu, rien vu, rien vécu.
Que ce soit pour sa vie privée ou son statut de célébrité, Carrey aimerait aussi échapper à la pression. Il n'est pas simple de rester au plus haut niveau avec un seul genre de films. Jouer avec les plus grands cinéastes ne suffira pas, il lui faudra aussi choisir avec intelligence ses prochains scripts... pour ne plus être étiquetter de "bouffon" d'Hollywood.
Aussi, il fait le choix de l'alternance. Le rire gras (Me, Myself & Irene), le sentimentalisme aigü (The Majestic) ne paient pas? Il sera lBruce Tout-Puissant, comédie formatée, énorme hit mondial, à la gloire de la star, entre grimaces et excès, personnage paumé et américain moyen. A l'inverse, complètement dépressif, amoureux, humble, en retrait, il sera parfait dans Eternal Sunshine..., film de Michael gondry applaudit par la critique, incompris (dans l'immédiat) par le public. Entre les deux, il ne dit jamais non à enfiler le costume du clown, qu'il soit vert comme un Grinch, ou méchant comme l'Oncle Olaf. Il est un personnage étrange échappé d'un cartoon. Et pourtant, le futur Colonel Steve Austin vaut bien plus que 6 millions de $.
Carrey est l'un des acteurs les plus énigmatiques et les moins discernables d'Hollywood, à son niveau. Comem s'il se cherchait dans galerie de personnages, tous schizophréniques.

vincy


 
 
haut