Ryan Reynolds continue son parcours de héros décalé, passant du jouissif Deadpool au fantasque Pikachu dans l'univers Pokémon. C'est le seul capable de rivaliser avec l'indétrônable Avengers pour le moment. Reynolds est attendu chez Michael Bay et Shawn Levy, dans The Hitman's Wife's Bodyguard et Deadpool 3. Une carrière résolument populaire entre comédie et thriller qui en fait l'acteur le plus cool du moment.



Edouard Baer
Leïla Bekhti
Claire Burger
Tim Burton
Michael Caine
Guillaume Canet
François Civil
Suzanne Clément
François Cluzet
Kevin Costner
Marion Cotillard
Russell Crowe
Catherine Deneuve
Chris Evans
Colin Farrell
José Garcia
Eva Green
Chris Hemsworth
Jonah Hill
Scarlett Johansson
Milla Jovovich
Robert Downey Jr
Michael Keaton
Nicole Kidman
Keira Knightley
Brie Larson
Gilles Lellouche
Barbara Lennie
Julianne Moore
Lupita Nyong'o
Marisa Paredes
Benoit Poelvoorde
Ryan Reynolds
Mark Ruffalo
Niels Schneider
Alexander Skarsgard
André Téchiné
Simon Yam



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 9996Cote : 58 %


 
LE NOUVEAU ROMEO





Un jeune acteur qui refuse de jouer James Dean? Et qui dit non au rôle de Robin dans Batman? Quitte à jouer un gay, autant qu'il ne soit pas ambigüe, il préfèrera incarner Raimbaud dans Total Eclipse (éclipsé au B.O.).
Leonardo Di Caprio a eu la reconnaissance avant les dollars. Le contraire de Tom Cruise. Gamin surdoué, vite repéré avec son côté angélique mais pas dupe, il obtiendra très vite une nomination aux Oscars. Avec un rôle de demeuré.
Il rejoint ainsi la pépinière d'ados-vedettes, label bon acteur. Catégorie qui inclut Winona Ryder (elle aussi nominée). Di Caprio n'a pas fait de télé, n'est donc pas populaire, et il n'a pas un hit à son actif avant 96...
Juste une volonté féroce de jouer et une liberté sauvage de jouer ce qu'il veut. Kid-nappé par Sharon Stone ou rebelle rock and poésie avec Claire Danes, il offre son minoi à toutes les belles, et conquiert rapidement sa réputation de séducteur. Et surtout bon acteur.
Le jeune Américain amateur de pizza et de films pop-corns se voit désormais proposé des rôles en or (Titanic) ou en fer (L'homme au masque de...). Grosses productions costumées made in Hollywood.
Après le hit surprise et rafraîchissant de Romeo + Juliet, devenu culte, le voici en route pour les étoiles. Baz Luhrman le révèle romantique, irrésistible. Avec Titanic, il devient superstar planétaire, à l'instar d'une Lady Di ou d'un Bill Clinton. Incontournable. Sauf pour les Oscars, qui le snobbent. Il est le "King of the World."
Evidemment le phénomène est devenu mondial, et titanesque. Di Caprio, sous la pression, a donc pris une année off avant de se lancer dans les univers de Allen, Boyle, Spielberg et Scorsese. Il est décidé à ne pas jouer les couvertures de magazines pour ado, mais bien à prouver qu'il est avant tout un grand comédien. Il passe de Woody Allen à Danny Boyle, de la critique de sa propre célébrité à un désir aliéanant de liberté. A Cannes, il importe la violence d'un autre siècle, celle de Gangs of New York; car il revient en 2002 avec un doublé unique : Scorsese et Spielberg. Toujours aussi jeune et fringuant, aux limites de la folie et avec la soif de réussir, il incarne on ne peut mieux les oiseaux qui refusent de se laisser enfermer en cage, mais qui acceptent d'être domestiqués. Un aigle qui cherche son Maître.
Insaisissable? Pas pour Scorsese, qui a trouvé son novo uomo, nouveau De Niro. Il incarne Howard Hgues dans The Aviator. DiCaprio y déploie grand ses ailes : homme à femmes (et top models), ambitieux et exigeant, mal à l'aise avec les délires hollywoodiens... Entre gamineries et maturité. Il sera une fois de plus chez Scorsese, face à Matt Damon, dans un polar-remake d'Internal Affairs. Mais aucun doute Leonardo, à défaut d'être le nouveau Tom Cruise dont rêvait Hollywood, est en train de tracer son propre chemin, en attendant de vieillir...

vincy


 
 
haut