Diane Kruger a tourné son premier film dans sa langue maternelle avec In The Fade. Résultat: un prix d'interprétation à Cannes, un Golden Globe du meilleur film étranger. Depuis l'actrice a été à l'affiche de Tout nous sépare, a tourné JT Leroy avec Kristen Stewart, et tourne actuellement The Women of Marwen de Robert Zemeckis. De grands écarts qui payent.



Casey Affleck
Fanny Ardant
Gael Garcia Bernal
Kenneth Branagh
Isabelle Carré
Alain Chabat
Suzanne Clément
François Cluzet
Penelope Cruz
Willem Dafoe
Willem Dafoe
Matt Damon
Johnny Depp
Charlotte Gainsbourg
Hugh Grant
Ethan Hawke
Sally Hawkins
Oscar Isaac
Naomi Kawase
Diane Kruger
Michèle Laroque
Queen Latifah
Rooney Mara
Kim Min-hee
Helen Mirren
Masatoshi Nagase
Pierre Niney
Alexander Payne
Michelle Pfeiffer
Melvil Poupaud
Julia Roberts
Audrey Tautou
Marine Vacth
Christoph Waltz
Ben Whishaw
Kristen Wiig



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



(c) Mars Distribution   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1971Cote : 55 %


 
FANTAISIE





Elle pétille. Lorsqu'elle sourit, ses paumettes se réhaussent, ses yeux brillent, ses joues rosissent, et sa nuque girafienne, mise en valeur par son chignon bordélique et blond, Michèle Laroque a un air coquin. Taquin. Faussement ingénue. Elle ferait presqu'exprès de ne pas écouter les questions pour ne pas avoir à y répondre...
Simplement, Laroque est très demandée. Elle en serait presque devenue une vedette, discrètement, avec des personnages souvent très bien choisis, dans des films attachants.
Il lui a fallu un accident terrible (de voiture), qui la paralysa de nombreux mois, pour qu'elle se décide à jouer, à être comédienne. Pour combler l'ennui. Ou l'effacer. Bonne ou mauvaise actrice, ce n'est pas ce qui comptait, là n'était pas le défi.
Elle en a pourtant une certaine vocation; elle souhaite rendre les gens heureux, avec des rires, des larmes, des effets de bouche ou des textes bien dits. Elle aime ce publicheureux qui la rend heureuse. Elle apprécie son succès. Et profite de sa liberté.
La carrière de Michèle Laroque se divise en 3 étapes : ses débuts, l'année 96, et l'après Pédale Douce. Elle doit ainsi beaucoup à Leconte, qui l'engage en mère adoptive ou en femme infidèle. Toujours ce côté bourgeois que plusieurs cinéastes décèleront, exploiteront, surdoseront. En second-rôle ou dans des petits films, le visage de cette Française d'origine Roumaine s'inscrit dans nos têtes. Mais on ne sait encore rien de sa légèreté, de sa jovialité.
Qu'elle pête les plombs tout en donnant des leçons dans La Crise, ou qu'elle monte les marches grâce à Planchon et son Louis Enfant Roi, Laroque cherche à ne pas se coller des étiquettes. Hélas, même Sautet, dans le magnifique Nelly et Mr Arnaud, en fait une matérialiste snobinarde Neuilly Auteuil Passy.

Le plus beau métier...
Mais en 96, en femme de Depardieu-prof, dans un polar moyen (Girod) ou une comédie ratée (Jugnot), entourée de grands acteurs, Laroque explose. Aghion la choisit pour être la femme trompée de Berry, et accessoirement pour effectuer une fellation d'anthologie sous la table. Elle ose tout, avec élégance, et sans vulgarité. Une Jacqueline Maillan avec la silhouette d'une Claude Gensac. Son De Funès c'est Palmade avec qui elle va partager la scène durant deux spectacles désopilants qui massacrent le couple.
Ca lui vaut une nomination au césar du meilleur second-rôle, et le blanc-seing de la profession. Elle rentre dans la cour des grands, se copine avec tout le monde, et devient, honneur suprême!, Enfoiré pour Les Restos du Coeur.
Businesswoman (elle a créé Achetez Nos Films Merci), refusant de faire la une des magazines people, têtue mais gardant son chic, l'actrice écrit, produit...
En fait, Pédale Douce est un formidable accélérateur; elle choisit des premiers films, des films de genre, des rôles variés; elle acquiert une légitimité et une popularité définitives grâce aux planches. Dans "Ils s'aiment", elle obtient un triomphe. Mis en scène par Muriel Robin, c'est un hit pluriannuel, un bonheur pour les best of télévisuel. Elle sort un peu plus de son image de femme en tailleurs. Et continue de montrer que sous la couche sage, l'image peut se briser jusqu'à la névrose.
Le meilleur exemple est sans doute son plus beau rôle, dans son plus beau film, Ma Vie en Rose. Sa poésie cartonne à l'étranger, obtient le Golden Globe, et devient culte aux USA. En maman dépassée par les événements, ne comprenant rien à son films (qui lui l'aime beaucoup trop), elle perd tout : son équilibre comme son confort. Même en atteingant le paysage surréaliste de son Ludovic, elle laisse échapper la solution...
Dans Serial Lover, la transformation est radical. Film noir et décalé, polar loufoque, où elle tue malgré elle tous ses amants. Dans Epouse-moi, elle manipule le destin, joue avec le temps, et cherche à récupérer son mari (par tous les moyens). Entre folie et dérision, entre cascades et drame, la tragédie et le burlesque se mélangent facilement avec Laroque au milieu des conflits. Les films sont tendres, mignons, cultes, mais ne cartonnent pas en salle.

Pourtant elle est devenue une figure de proue de la comédie française; elle se défonce sur scène dans une pièce grand public ou triomphe dans de multiples téléfilms. Toujours attachante, prêt à la dérision et avec un véritable plaisir du jeu, elle promène sa silhouette dans les publicités et les films aux humours variés.
Avec Le Placard, elle sort de son plus gros succès. Elle devient ainsi l'une des dix actrices françaises les plus aimés du public. Elle le gâche un peu avec Pédale dure qui ne la méritait pas. Mais le succès de Malabar Princess compense un creux de vague incontestable, artistiquement et populairement. Elle se perd un peu, se disperse entre ses deux pays. Se chercherait-elle, Michèle?

vincy


 
 
haut