Gaspard Ulliel, on l'a quitté en révolutionnaire dans un peuple et son roi. Après l'avoir vu dans 9 doigts et Eva cette année, le voici dans un 4e film, Les confins du monde. Son César en 2017 l'a conduit à être très sollicité. Si il ajoute Jacquot, Schoeller et Nicloux à son tableau de chasse, il continue surtout à choisir des projets exigeants. Il sera à l'affiche du prochain film de Justine Triet, avec Exarchopolous, Schneider et Efira!



Mathieu Amalric
Jean-Hugues Anglade
Daniel Auteuil
Leïla Bekhti
Emmanuelle Bercot
Juliette Binoche
Damien Bonnard
Elodie Bouchez
Guillaume Canet
Christian Clavier
Bradley Cooper
Benedict Cumberbatch
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Johnny Depp
Jamie Dornan
André Dussollier
Vincent Elbaz
Colin Farrell
Marina Foïs
Jamie Foxx
José Garcia
Adèle Haenel
Peter Jackson
Agnès Jaoui
Naomi Kawase
Sandrine Kiberlain
Nadine Labaki
Vincent Lacoste
Jude Law
Virginie Ledoyen
Gilles Lellouche
Stacy Martin
Ezra Miller
Chloë Grace Moretz
Masatoshi Nagase
Liam Neeson
Pierre Niney
Benoit Poelvoorde
Eddie Redmayne
Jean-Paul Rouve
Ludivine Sagnier
Pierre Salvadori
Tilda Swinton
Audrey Tautou
Sylvie Testud
Gaspard Ulliel
Jonathan Zaccaï



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 18



© Diaphana Films   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 1327Cote : 54 %


 
ARTISTE ENGAGÉ

Dès son tout jeune âge, Lucas Belvaux éprouve le désir de devenir acteur. Depuis les Ardennes de sa Belgique natale, rien n'est moins évident. En côtoyant quelques acteurs méconnus qui exerçaient leur passion à Paris, il réalise que l'on peut vivre de ce métier sans nécessairement avoir le statut de star. Il est discret, Lucas, et il n'a cure du star système. Et que pouvait-il espérer de mieux dans son pays ? À 16 ans, il quitte tout et débarque à Paris pour prendre des cours de comédie. Rapidement, il emploie les services d'un agent et débute des tournages pour la télévision. Tout s'enchaîne sur-le-champ et avec sa gueule de jeunot, il rencontre Yves Boisset qui prépare Allons z'enfants, il n'a alors que 19 ans. Peu à peu, il construit sa carrière de manière discrète, croisant le chemin de Joseph Losey et d'Andrzej Zulawski, déclarant déjà un intérêt certain pour le cinéma d'auteur. La Nouvelle vague le repère : Jacques Rivette lui offre un rôle dans Hurlevent, librement adapté du roman des sœurs Brontë, tandis que Claude Chabrol lui propose le facteur manipulateur de Poulet au vinaigre, qui lui vaudra une nomination au César du meilleur espoir. Ce dernier refera appel à lui pour jouer le clerc de notaire séduisant sa Madame Bovary. Il croise les acteurs les plus talentueux, en vrac Jean Carmet, Isabelle Huppert, Jean-Pierre Cassel, Jeanne Moreau, Francis Huster, Lambert Wilson, Jean Poiret, Michel Bouquet… et saura retirer de cet apprentissage le meilleur et un amour particulier pour les acteurs.

Bien des années plus tard, il sautera le pas et passera derrière la caméra, réalisant son premier film, Parfois trop d'amour, sans jamais cesser de jouer. Cette ambivalence d'acteur/réalisateur lui donne non seulement un supplément d'âme mais également un regard différent sur la mise en scène et la direction d'acteurs. Malheureusement, son premier film ne trouve pas son public. Cela ne suffit pas à le décourager et il reprend la manivelle en 1996 pour signer une agréable comédie, Pour rire ! avec Ornella Muti et Jean-Pierre Léaud dans les rôles-titres. 2002 représente l'année de la consécration, avec la sortie de l'œuvre de sa vie, la Trilogie, Un couple épatant, Cavale et Après la vie, triptyque passionnant offrant trois versions de la même histoire, sous trois genres cinématographiques différents, la comédie, le polar et le drame. La profession reconnaît le formidable travail accompli, et les récompenses pleuvent, malgré une cruelle absence du palmarès des César, desquels il ne repartira qu'avec celui du meilleur montage. Fidèle à ses thèmes chers, engagés politiquement et socialement, à ses acteurs, à ses techniciens, il renouvelle le cinéma de genre. Réutilisant les codes du cinéma classique, il insuffle une modernité et une puissance de discours de plus en plus rare en France. Véritable boulimique de travail, il scénarise, interprète et réalise la quasi-totalité de ses films, ce qui ne l'empêche pas de jouer dans ceux des autres (les récents Joyeux Noël de Christian Carion et Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier). Sa dernière œuvre en date, La Raison du plus faible, en sélection officielle au dernier Festival de Cannes, restera peut-être comme l'un de ses projets les plus personnels. Tournant en Belgique et s'appuyant sur un fait-divers sordide, il livre un film noir épuré à la violence sociale sous-jacente, et prouve une nouvelle fois son talent après le succès de la Trilogie. De la comédie rurale au drame social, en passant par le polar et le film noir, il s'essaie à tous les styles sans jamais nous lasser, proposant toujours un réel point de vue et des prises de risques considérables. Lucas Belvaux a tracé son petit bonhomme de chemin, discrètement mais sûrement et s'impose comme l'un des cinéastes les plus brillants de sa génération.







Florine


 
 
haut