Brillante Mendoza est prolifique: en moins de 15 ans, il a tourné près de 20 longs métrages, fiction ou docu, des courts, des segments de films, des séries TV. Il revient avec Alpha the right to kill, thriller sur la drogue, prix spécial du jury à San Sebastian. Et on attend toujours Lakbayan, présenté à Busan l'automne dernier, coréalisé avec Lav Diaz et Kidlat Tahimik.



Ben Affleck
Edouard Baer
Edouard Baer
Leïla Bekhti
Claire Burger
Tim Burton
Michael Caine
François Civil
Suzanne Clément
Russell Crowe
Xavier Dolan
Colin Farrell
Cécile de France
José Garcia
Eva Green
Kit Harington
Garrett Hedlund
Oscar Isaac
Benoît Jacquot
Michael Keaton
Sandrine Kiberlain
Nicole Kidman
Brie Larson
Vincent Lindon
Fabrice Luchini
Stacy Martin
Yolande Moreau
Laszlo Nemes
Thandie Newton
Lupita Nyong'o
Benoit Poelvoorde
Natalie Portman
Susan Sarandon
Niels Schneider
Simon Yam



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Leonardo DiCaprio




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



© 20th Century Fox   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 3961Cote : 52 %


 
AVEC UN NOM D'ACTEUR PORNO





Comme la plupart des acteurs, James Franco a débuté sa carrière avec des seconds rôles. Et pourtant, à chacune de ses apparitions, il crève l’écran et dévoile un charisme qui lui donne des allures de héros digne d’un rôle titre. Fils rebelle de Robert de Niro dans le polar City by the Sea, beau danseur dans Company, frère ennemi de Tobey Maguire dans la série des Spider-Man, l’acteur enchaîne les rôles et connaît une ascension rapide.
Le premier talent de James Franco c’est bien sûr son physique. Un sourire ravageur, un fin mélange de virilité et de vulnérabilité font de lui une coqueluche de plus en plus convoitée à Hollywood. Cependant il doit avant tout son succès à son travail d’acteur et à sa ténacité pour réussir. Rentré dans le cinéma par la petite porte, originaire d’une famille modeste, il est doté d’une curiosité intellectuelle et développe un sens artistique bien à lui. Chemin difficile pour ce jeune originaire de Californie, très timide, qui voulait devenir acteur, au grand désespoir de ses parents qui le voyaient plutôt poursuivre ses études. Inscrit en 1996 à l’Université d’UCLA, James Franco suit parallèlement des cours de théâtre pour surmonter ses difficultés de communication, avant de poursuivre ses études de comédie au Robert Carnegerie’s Playhouse West. En 1999, il décroche le rôle principal de la série "Freaks and Geeksé mais ce n’est pas encore pour lui le moment du succès. La série ne marche pas et s’arrête rapidement. La même année, il enchaîne le tournage de To serve and protect pour la télévision et donne la réplique à Drew Barrymore dans la comédie College Attitude. La carrière de James est désormais lancée. Il a 21 ans.

En 2001, il fait sa première vraie percée avec James Dean, biopic, un film TV consacré au légendaire acteur. James Franco, qui par certains côtés lui ressemble un peu, prend ce rôle à bras le corps et reçoit ainsi un Golden Globe.
Par la suite l’acteur est sollicité pour de nombreux rôles. Outre ses interprétations dans la trilogie Spider-Man, le beau gosse se voit courtisé de toutes parts. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il interprète en 2005 le jeune guerrier anglais de la légende de Tristan et Yseult dans une adaptation signée Kevin Reynolds. Fimm peu mémorable qui ne rééditera pas le coup d'un DiCaprio dans Romeo+Juliet.

On connaît le James Franco acteur mais beaucoup moins l’artiste et le créateur. Peintre, curieux de musique, ce jeune homme sait impulser et organiser. Il fonde son entreprise de production cinématographique Rabbit Bandini Production et met en scène la comédie The Ape dans laquelle il joue lui-même. En 2005 et 2006, il met aussi en scène Fool’s or et Good Time max.
Dans l’usine à rêve d’Hollywood James Franco a trouvé sa place mais demeure discret. Il n’a pas toujours su convaincre. Sam Raimi, par exemple, lui a refusé le rôle titre dans Spider-Man pour lui donner le second rôle. Sa renommée n’est donc pas celle d’un Tobey Maguire ou autre icône des années 2000, alors que sa sensibilité artistique s’avère rare et très développée, ses talents réels. Mais finalement on peut considérer qu’il s’agit là d’un bon signe. L’acteur, dans sa carrière future, saura probablement préserver son indépendance et son originalité créatrice sans se laisser happer par un star system toujours tenté de l’enfermer dans son image de jeune beau gosse au sourire craquant.
Nul doute que le parcours de James Franco peut réserver encore bien des surprises car elle ne fait que commencer.

pierre v.


 
 
haut