Sara Forestier passe derrière la caméra pour son premier long métrage M, un film bancal, imparfait, naïf, fragile mais empli d'une irrépressible envie de faire du cinéma. La jeune comédienne a fait du chemin depuis L'Esquive et son prix de jeune espoir féminin en... 2004.



Ben Affleck
Halle Berry
Cate Blanchett
Sandrine Bonnaire
Jeff Bridges
Pierce Brosnan
Henry Cavill
Jackie Chan
Suzanne Clément
Daniel Craig
Benedict Cumberbatch
Anaïs Demoustier
Catherine Deneuve
Gérard Depardieu
Emilie Dequenne
Emmanuelle Devos
Albert Dupontel
Vincent Elbaz
Adèle Exarchopoulos
Colin Farrell
Colin Firth
Eva Green
Chris Hemsworth
Tom Hiddleston
Anthony Hopkins
Jeremy Irons
Nicole Kidman
Diane Kruger
Shia LaBeouf
Benoît Magimel
Kad Merad
Ezra Miller
Julianne Moore
Julianne Moore
Liam Neeson
Vincent Perez
Joaquin Phoenix
Mark Ruffalo
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Channing Tatum
Mélanie Thierry
Karin Viard
Michelle Williams
Kate Winslet



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Brad Pitt
Penelope Cruz




 




 (c) Ecran Noir 96 - 17



© BVI   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 156Cote : 69 %


 
L'HOMME DE RIO





Il appartient à cette élite brésilienne, toujours nomade, polyglotte, cultivée, prospère. Fils d’ambassadeur, Walter Salles est devenu en une décennie le plus respecté des représentants du 7e Art de son pays. Sa figure de proue. Et lorsqu’il ne réalise par deux des films latino-américains majeurs de ces quinze dernières années, il les produit (La cité de Dieu). Pourtant quelque chose d’imperceptible met le cinéaste en dehors de la caste des grands réalisateurs contemporains. Sans doute la sensibilité qui émane de chacune de ses histoires déplaise aux amateurs de radicalisme. Ou alors la mélancolie séduisante et mélodramatique fait croire à une œuvre romanesque plus que dramatique. Pourtant, documentariste et conteur, Salles n’oublie jamais d’insérer le social, le passé, la religion, bref tous les symptômes de son pays dans chacun de ses drames. Il aime évoquer l’exil et la fatalité, l’entraide et le désir individuel. On retrouve ses thèmes dans son segment de Paris je t’aime, où il suit une jeune immigrée passant de la banlieue aux beaux quartiers, abandonnant son enfant pour s’occuper de ceux de sa patronne.

Walter Salles a d’abord posé sa caméra dans les grandes villes de son continent. Mais ses personnages voulaient toujours s’en échapper : à Lisbonne ou au centre du pays et même jusqu’aux Andes. Il aime suivre les destins de personnages solitaires, en marge de leur famille ou de leur monde. Comme Van Sant et son Mala Noche, le premier film de Salles, Terra Estrangeira est en noir et blanc, et véhicule ce formalisme un peu brut, très sauvage, où la liberté s’imprègne de chaque plan, alors que le héros est à bout de souffle.
Il suffira du deuxième film, trois ans plus tard, pour que la consécration ait lieu. La barre est presque trop haute, trop tôt. Quand Central do Brasil reçoit l’Ours d’or à Berlin, il ne se doute pas du chemin pavé d’or qui l’attend. Un succès, public et critique, qui émeut le monde entier. Dépaysant et familier, humaniste et touchant, le film dialogue entre les races, les croyances et les générations et offre un visage inquiet et apaisé de ce Brésil à la fois idyllique et cauchemardesque.

Salles, contrairement à de nombreux réalisateurs de son pays, opte pour un cinéma poétique. L’allégorie n’est jamais loin dans ce miroir d’une société courant après sa propre vitesse d’accélération. Il entretient ainsi le temps, qu’il suspens, l’espace, qui enferme malgré son horizon illimité. Dans Avril brisé, entre cirque bohème et traditions familiales, le héros est piégé par les ordres qu’il reçoit, sans être capable de conjurer son sort et d’assouvir ses désirs. Parabole de la violence brésilienne qui n’a plus d’autres explications que sa propre démence, le film prouve définitivement la singularité et le talent de cet auteur. Surtout il s’avère être un remarquable directeur d’acteur. Et après avoir fait renaître la grande Fernanda Montenegro, après avoir révélé le très beau Rodrigo Santoro, il va sacraliser Gael Garcia Bernal.

En 2004, il présente à Cannes, Diarios de Moticicleta, traduit en Carnets de voyages. La jeunesse du Che à travers son périple andin qui le conduira jusque dans une léproserie. Le film emporte une fois de plus le public, avide de liberté et de paysage décoiffant. Subtils fragments de vie qu’il réassemble pour mieux nous donner envie de défier nos vies.
D’ailleurs, dès qu’il s’aventure en dehors de ses fables, ses chroniques, ses courts amusants coréalisés avec Daniela Thomas, Salles perd de son style. Le remake hollywoodien de Dark Water en est la meilleure preuve, oubliable. Hors de son territoire, il se perd. Il nous bluffe davantage avec son segment de Chacun son cinéma, pour le 60e festival de Cannes, où il enchante le public. J’écrivais alors : « Un plan fixe, deux brésiliens. Les 400 coups, film peut-être porno vu le titre, au fronton du cinéma. Il s’agit d’un moment de grâce gai et optimiste, où l’on apprend tout ça par Internet. Un rêve inaccessible, mais la plus belle salle de cinéma du monde, avec un certain Gil (mais pas Gilberto) à la Présidence. Un slam redoutable qui définit le Festival. Festif, fidèle, cosmopolite, superficiel, cinéphilique. »

Capable avec un événement triste de nous réconcilier avec la vie. Pour lui son pays, son continent sont en construction. Il observe ce qui l’entoure, le raconte et trouve toujours les images oniriques imprimant nos mémoires.

vincy


 
 
haut