Belle année pour Robert Pattinson. Engagé pour être le nouveau Batman de DC Comics, encensé pour sa prestation dans The Lighthouse de Robert Eggers, le comédien est visible désormais sur Netflix dans l'épopée Le Roi de David Michôd. L'année prochaine sera sans doute encore plus belle avec Waiting for the Barbarians de Ciro Guerra, The Devil All The Time de Antonio Campos, et surtout Tenet de Christopher Nolan.



Mathieu Amalric
Fanny Ardant
Yvan Attal
Daniel Auteuil
Christian Bale
Antonio Banderas
Damien Bonnard
Dany Boon
Guillaume Canet
Vincent Cassel
Michael Cohen
Matt Damon
Rosario Dawson
Xavier Dolan
Jean Dujardin
Jesse Eisenberg
Elle Fanning
Cécile de France
Charlotte Gainsbourg
Louis Garrel
Jessica Hausner
Angelina Jolie
Kiyoshi Kurosawa
Paul Laverty
Ken Loach
Ladj Ly
Bill Murray
Robert De Niro
Gary Oldman
Robert Pattinson
Vincent Perez
Michelle Pfeiffer
Joaquin Phoenix
Denis Podalydès
Melvil Poupaud
Ludivine Sagnier
Matthias Schoenaerts
Emmanuelle Seigner
Steven Soderbergh
Sharon Stone
Emma Stone
Meryl Streep
Ben Whishaw



Brigitte Bardot
François Truffaut
Gérard Lanvin
Sophie Marceau
Kirsten Dunst
Keanu Reeves
Ryan Gosling
Johnny Depp
Penelope Cruz
Juliette Binoche




 




 (c) Ecran Noir 96 - 19



© Miramax Films   







 Coeurs transis ou coeurs brisés, en
 un clic fixez sa cote.
 
Votes : 749Cote : 52 %


 
TIMIDE MAIS IL SE SOIGNE





Sa parole est douce, discrète. Il semble extrêmement modeste. Timide. Il n’a rien d’un jeune homme à la réplique qui tue ou prêt à lancer la bonne vanne. Pourtant sa mère était clown… Mais, sans doute, pour évacuer une nervosité latente, il a d’abord opté pour la musique (la batterie) et le théâtre. Jesse Eisenberg est plutôt du genre à rester dans sa chambre, et à la contempler. Cela ne l’a pas empêché de créer un réseau social en ligne (OneUpMe.com), et de se faire connaître en incarnant le Dieu des réseaux en ligne : Mark Zuckenberg, créateur de Facebook. The Social Network a changé sa vie. David Fincher l’a sorti de sa caverne et l’a placé sous le feu des spotlights. 7 prix d’interprétation, une nomination aux Oscars : le jeune comédien est désormais reconnu.

Il est loin le temps où il grandissait dans le Queens de New York. Il débute sa carrière professionnelle dans le groupe The Broadway Kids. Cela lui permet d’échapper à l’école. Du théâtre pour enfants. À 14 ans, il peut prendre le bus tout seul, et aller jouer des pièces adultes à Manhattan. Chanceux selon lui, doué selon d’autres qui y voient un nouveau Dustin Hoffman.
Certes il est petit pour sa génération (1m75), pas vraiment la gueule d’une couverture de magazine, frisé… Un canard dans la basse cour de coqs. Le slogan de la campagne de pub de Dr. Pepper, pour laquelle il prêtera son talent s’intitulait : Qu’est ce qui peut vous arriver de pire ?

Un physique à la Dustin Hoffman ? Dans la lignée des Paul Dano, Jesse Eisenberg trace son chemin, confiant dans son talent, se souciant peu de sa carrière. Il assume des personnages excentriques ou peu conventionnels dans des films indépendants, mais remarqués. Dans Roger Dodger, il est le neveu d’un playboy de Manhattan. En 2005, il frappe les esprits avec la jolie comédie dramatique Les Bekham se séparent, en ado supportant mal le divorce de ses parents tout en s’initiant à sa future vie d’adultes, en arbitrant ses premiers choix.

Eisenberg vit aussi grâce à des cachets obtenus dans des films d’horreur (Cursed, Camp Hope), loin de ses personnages décalés (comme dans Holly Rollers, où il interprète un juif hassidique devenant dealer d’ecstasy). On le croise aussi dans Le Village de M. Night Shyamalan. Mais c’est dans Bienvenue à Zombieland, en meneur de bande effrayé par le moindre clown (ironique !), qu’il perce l’écran. Le film est un carton inattendu. Une suite est d’ailleurs prévue. Dans Adventureland, comédie devenue rapidement culte, il est un jeune diplômé qui va expérimenter la vie à travers un job insignifiant dans un parc d’attractions. Cette capacité à jouer dans tous les gens le dessert en terme d’image, mais le valorise : il peut tout jouer dès lors qu’un réalisateur recherche un gars banal d’apparence.

Mais en étant casté par David Fincher pour The Social Network, il est rentré dans la cour des grands. Il ne surjoue jamais, compose son personnage avec des petites touches assez subtiles.
Lui qui a joué avec des monstres comme Al Pacino, Kevin Kline ou Laura Linney, il a compris que son physique créait le personnage. Que Marc Zuckenberg aurait désormais son visage. Colérique, tendre, sensible : il dévoile des facettes qui sont sans doute loin de sa nature mais qui, pour le spectateur, dégage une belle intensité. À même pas trente ans.

vincy


 
 
haut