LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Juin 2005

RIEN NE VA PLUS
Casino sentimental...

Un spectacle de Sentimental Bourreau; mise en scène et réalisation du film Mathieu Baueur
Du 31 mai au 26 juin 2005, à la Maison de la Culture de Bobigny
Carte blanche à Mathieu Bauer et Judith Henry au MK2 Quai de Seine avec la projection de La Baie des Anges le 9 juin
conseil : arrivez dès 20 heures... pour profiter de l'ambiance.


Rien ne va plus. Définit ainsi : dramatique, élégant, définitif, sans appel. Cela correspond bien à la pièce. Une fois de plus les Sentimental Bourreau nous étonnent. Raflent-ils la mise?
Dans un style qui est le leur, mélange de véritable histoire - un directeur de troupe touche une subvention de 46 000 euros et décide d'aller la doubler à Las Vegas - et de textes magnifiques (Le Joueur de Dostoïevski, 24 heures de la vie d'une femme de Zweig, La part maudite de Georges Bataille, et même du Dean Martin!), la pièce est aussi un cocktail de musique (entraînante) et d'images (plan fixe de webcam ou longs travellings de cinéma). En flirtant au passage avec les genres du 7ème art qui se complaisent dans la débauche d'une Las Vegas (violence, femme fatale, ...). Mais ce qui surprend davantage c'est évidemment la scène. Vous voici, spectateurs, assis à de petites tables de jeux. Et tout autour de vous, le décor vous cerne. Le bar est derrière, le piano d'ambiance sur la gauche, le juke box sur la droite. Les pantins valseront d'un point à un autre, les actrices joueront parfois les serveuses. Et avant que le spectacle ne commence, durant une bonne de mi heure, lumières allumées, le piano joue, le bar est ouvert, les comédiens s'apprêtent, les musiciens s'habillent. Nous voici immergés dans le show, partageant les préparatifs.
Evidemment ce n'est qu'un artifice. Factice, comme une ville de casino en plein No Man's Land. Et le sujet est ailleurs. Le sujet est forcément le jeu. Mais aussi le je. L'enfer du je. D'en faire du jeu. Les deux fusionnent. Le je joue. Le jeu devient une affaire d'ego. Damnation du joueur. Le calvaire ira jusqu'à la traversée du désert. Ce n'est pas tant l'obsession de l'argent qui est enjeu, mais bien la perte d'identité face à ce "vice", jouer, cette auto destruction spirituelle sous le poids de la perte matérielle, qui intéresse. Car derrière le plaisir des mots, il y a une forme de satisfaction à décrire le plaisir des maux.
Un régal verbal. Un phrasé léché. La passion du jeu. Et pas seulement celui d'une bille dans une roue. Le jeu qui brûle les planches. Les comédiens chantent, dansent, échangent, s'amusent. Ludique et tragique, comique et faussement pathétique, la troupe se soucie, paradoxalement, peu de son ego ni même de son jeu. Le principal est ailleurs.
Dans le texte. La signification des phrases dîtes. Tandis que les peuples occidentaux pratiquent de plus en plus les jeux de hasard, tandis que la précarité gagne les classes moyennes, tandis que la culture est de moins en moins bien financée, que le risque artistique est de plus en plus méprisé, Rien ne va plus ne fait pas que dépeindre un univers factice dédié au fric et surtout à notre volonté inconsciente de s'en débarrasser. La pièce pose surtout des questions sur les motifs d'un système prêt à écraser l'inutile : les artistes en faisant partie. Critique de l'utilitarisme, du productivisme purement intéressé. De l'utilité gratuite d'être créateur, auteur, acteur, chanteur, batteur... Où va le monde si tout doit être utile, quantifiée, monétisé? Et si il y avait un monde au delà de ce que l'on voit?
Les Sentimental Bourreau apportent une réponse, certes partielle, partiale, à cette spirale infernale où nous parions sur nos destins à chaque choix, à chaque intuition. Hasard ou chance. Cela dépend du résultat, vous dira-t-on. Mais ils plaident clairement pour la liberté de créer (cela se voit sur scène) et sur l'utilité de leur inutilité. Certes, il y a deux trois moments de flottements dans les transitions. Les images de désert ne suffisent pas à nous captiver durant cinq longues minutes, tournant un peu à vide. Baisse de tension, d'intention. Infime comparé à l'audace de l'ensemble, à la beauté du motif initial : prouver que la création peut être originale, contemporaine, multimédia, divertissante, spectaculaire. Du vivant. L'argent, nature morte, n'est finalement que le cadavre, exquis, de ce film noir qui se déroule sous nos yeux. Peu importe le coupable, le criminel (nous, vous), puisque la rédemption est proche : l'art fait place à l'amour. Que vous perdiez 46000 dollars et que vous reveniez avec une allemande sexy, et le tour est joué. Vous êtes gagnant.
- vincy    


Bobigny  - la pièce précédente