LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Janvier 2004

PARADIS
Enfers paradisiaques

Paradis ; mise en scène de Pascal Rambert
Au Théâtre National de la Colline jusqu'au 23 janvier 2004

Plus qu'une pièce de théâtre, "PARADIS" est un spectacle qui interroge le spectacle, un objet théâtral / plastique / chorégraphique. Pascal Rambert met en pratique une "écriture en temps réel" sur la scène et ne retient que les principes du poème de Dante, le déplacement du centre vers sa périphérie. Un carré, au centre de la scène, devient l'espace autour duquel évoluent les comédiens. Dans le mouvement perpétuel - jusqu'au chaos parfois - de l'espace scénique, un univers se crée avec des individus se questionnant sur ce qu'était l'humanité. Les acteurs disposent de moments d'interventions et de création, en fonction de leur façon de vivre le spectacle. Pour l'auteur et metteur en scène, cela permet aux acteurs de "vivre le spectacle comme un monde dans lequel ils sont".
Plusieurs questions se confrontent : fait-on des spectacles avec des idées ? ne peut-on plus rien raconter ? as-tu jamais eu peur ? est-ce que tu es un artiste ? Le texte se compose d'interpellations, d'interrogatioons, d'inserts. Des interventions qui, progressivement, développent un propos. Pascal Rambert évoque "les vexations/expulsions que l'homme a subies depuis qu'on lui a fait comprendre qu'il n'était plus au centre de rien".
Le progrès, la recherche et la science ont désacralisé la place de l'homme dans le monde et dans l'univers. Ces déséquilibres conduisent l'homme à un désenchantement. Le paradis de Pascal Rambert est le négatif de la réalité d'aujourd'hui. C'est le rêve qu'hier était meilleur. C'est le regret d'avoir été chassé d'un âge d'or.

Dans le cadre de création de "PARADIS", le dernier spectacle de Pascal Rambert, le Théâtre National de la Colline présente le film S'éloigner du théâtre de Jean-Christian Riff. Ce film retrace le processus de construction du spectacle : des échanges entre l'auteur et les acteurs, de la recherche de sens de chaque mot, de chaque geste.
Première projection exceptionnelle le lundi 12 janvier à 20h30.

- serge