LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Octobre 2009

IONESCO
Ce formidable bordel : l'avenir est dans les vieux

Ionesco, 6 octobre 2009 - 3 janvier 2010
BnF - Site François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, Paris XIIIe, Galerie François 1er
Du mardi au samedi 10h > 19h, dimanche 13h >19h, Fermé lundi et jours fériés.
Entrée 7euros, tarif réduit : 5 euros

Pour le centenaire de la naissance d’Eugène Ionesco, immense auteur, dramaturge et même peintre, la Bibliothèque nationale de France organise une exposition unique à date puisqu’il s’agit de montrer des pièces rares, issues de la donation de la famille d’Ionesco à la Bibliothèque.

Extraits vidéos de pièces de théâtre, manuscrits, correspondances, notes sur bristol, dessins de décors, photos, tableaux, costumes (dont celui de Michel Bouquet)… le trésor est inestimable. Les cinéphiles reconnaîtront ainsi Tatie Danielle (la grande Tsilla Chelton) dans Les chaises, ou encore le récent disparu Jean-Paul Roussillon dans La soif et la faim. Les connaisseurs apprécieront Claude Piéplu racontant ses délires de médecin. La cantatrice chauve, la pièce la plus jouée de l’histoire scénique parisienne, ouvre le bal. Pour le fermer, il y a Rhinocéros. Et comble de bonheur, après des photos d’Eli Wallach, de Joan Woodward, Alec Guiness… nous retrouvons d’abord une lettre de confirmation : Orson Welles mettra en scène la version anglaise de Rhinocéros à Londres. Avec Lawrence Olivier dans le rôle principal. Une photo des deux mastodontes et une critique d’un journal local (à l’époque ce genre d’événements prenait une pleine page) illustrent cette renommée.

Pour le néophyte, l’exposition nécessitera un fort effort de concentration. Loin d’être absurde, ou même drôle, elle institutionnalise le bonhomme à travers des thèmes aussi lourd que la mort, l’illumination, le langage, la peinture… Riche intellectuellement, elle est faible esthétiquement et décousue chronologiquement. Il manque à cela la caution cinéma. Ionesco avait tâté de la réalisation avec un segment des Sept péchés capitaux en 1962, aux côtés de Godard, Chabrol, Demy, Vadim, Molinaro, De Broca… Avec l’aide de Max Douy, il a filmé son scénario, La colère, avec Marie-José Nat.

- vincy    


Exposition à la BnF