LE VOYAGE DE G. MASTORNA

HARRY POTTER - L'EXPOSITION

PASOLINI ROMA

CARO/JEUNET

LES PIXELS DE PAUL CEZANNE

GOSCINNY ET LE CINÉMA




  A-C  D-K  L-O  P-Z







 (c) Ecran Noir 96 - 17


Octobre 2004

LUCKY LUKE : LA BELLE PROVINCE
C'est encore loin l'Amérique?

BD, série Lucky Luke
auteurs : Achde, Laurent Gerra

A la fois raté et réussie, le nouveau Lucky Luke est rafraîchissant et réchauffé. Laurent Guerra, peu réputé pour son humour subtil, a manqué le coche en visant un public plus beauf qu'averti. Le Québec est dépeint de manière excessivement clichée. Certains clins d'oeil sont réservés aux initiés du show biz local (Denise Bombardier, Charlebois et ses bières) et la plupart sont reconnaissables par le lecteur lambda. Ceci dit tout le problème se situe dans un choix : pourquoi Céline Dion et son mari René? Après tout, il aurait plus rôle et plus fidèle à l'esprit de Goscinny de se moquer d'une Linda Lemay. Cela prenait un peu de sens. Et quitte à se moquer de Dion, pourquoi ne pas en faire alors une propriétaire de saloon plutôt qu'une chanteuse qui brise les tympans? Tout cela est bien facile et c'est regrettable de ne pas insuffler plusieurs degrés de lecture comme le faisait l'auteur original. D'autant que la particularité du Québec est d'être un village francophone dans un empire anglophone (suivez mon regard). Il y avait un lien invisible à tisser entre Astérix et Lucky Luke. cela donne aux Québécois un esprit de résistance (l'année du débarquement voilà un sujet d'importance) et une mentalité villageoise (chaque star mondiale du Québec devient une propriété nationale). Céline Dion, c'est "notre" Céline. Jacques Villeneuve, c'est "notre" Jacques. De même la langue est peu utilisée comme source de gag, sale acte manqué.
Bref on a un le droit à un gros mélange de choses grasses et de sauce piquante. De la poutine mais aucune mise en bouche. Heureusement, le scénario sauve la bande dessinée. Bonne histoire, classique mais bien ficelée, l'aventure tient la route. Le dessin est fidèle à celui de Morris, même s'il manque des grands espaces. Galop d'essai, il met en vedette Jolly Jumper. En attendant le retour des Dalton, il serait peut-être temps que Lucky Luke, à défaut de rengainer, s'ancre un peu plus dans son époque, s'inspire du Western, de notre civilisation, se confronte au progrès et pourquoi pas à la Guerre de sécession; Ah si Luke rencontrait Scarlett... C'est autrement plus sexy que Céliiiiiiiiiiiiiine. Qui elle a migré à Vegas.
- vincy    


Commandez la BD