Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love. seks shop | sex shop | seks shop | sex shop istanbul


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 19






Festival de cinéma européen des Arcs 2010
du 11 au 18 décembre 2010

Le site du festival
Le festival sur le blog d'Ecran Noir

LES TEMPS FORTS

- la compétition européenne
- le panorama européen
- Focus sur le Danemark
- les avant-premières
- les journées DIRE
- le village des coproductions
- le village des écoles
- l’European Cinema Ski Cup

LE JURY

Président du jury : Thomas Vinterberg (réalisateur danois),
- Connie Nielsen (actrice danoise)
- Jonathan Zaccai (acteur belge)
- Déborah François (actrice belge)
- Zbignew Preisner (compositeur polonais) - Philippe Djian (romancier français)

FILMS EN COMPETITION

- Neds de Peter Mullan (Royaume Uni)
- Chico et Rita de Fernando Trueba, Javier Mariscal et Tono Errando (Espagne)
- Un chic type de Hans Petter Moland (Norvège)
- Oxygène de Hans van Nuffel (Belgique)
- Essential Killing de Jerzy Skolimowski (Pologne)
- Beli, beli svet de Oleg Novkovic (Serbie)
- Kray de Aleksei Uchitel (Russie)
- R de Michael Noer et Tobias Lindholm (Danemark)
- Drei de Tom Tykwer (Allemagne)
- También la lluvia de Iciar Bollain (Espagne, Mexique, France)
- Adrienn Pal de Agnes Kocsis (Hongrie, Autriche)
- Tilva Rošde de Nikola Ležaic (Serbie)



2e Festival de cinéma européen des Arcs 2010





UN ARC-EN-CIEL DE FILMS



On est toujours heureux d’assister à la naissance d’un nouveau festival, mais cela n’est rien par rapport au bonheur de le voir perdurer et croître, s’installer dans le cycle naturel des événements cinématographiques et créer année après année un besoin auquel il se charge ensuite de répondre de son mieux. C’est, on le souhaite, le destin qui attend le tout jeune Festival des Arcs alors qu’il s’apprête à souffler sa deuxième bougie.

Forts du succès de la première édition (9000 spectateurs), les organisateurs gardent la même ligne, à savoir une volonté forte de faire du Festival des Arcs un lieu d’échanges ouvert à tous ceux qui aiment le cinéma, qu’ils soient professionnels ou cinéphiles, personnalités du 7e art ou skieurs en vacances ! Pendant une semaine (du 11 au 18 décembre), le cinéma indépendant européen est en effet à l’honneur dans une sélection qui prend garde à en refléter toute la diversité tout en se voulant parfaitement accessible au grand public. Parce que populaire et exigeant ne sont pas des adjectifs antinomiques, le programmateur Frédéric Boyer a choisi une soixantaine de films mêlant avant-premières attendues, découvertes incontournables et rétrospectives d’envergure.

Ainsi, en compétition, on retrouve douze longs métrages qui donnent la mesure de la grande qualité de la production européenne contemporaine. On se réjouit notamment de (re)voir Neds de Peter Mullan qui a été récompensé à San Sebastian, Essential killing de Jerzy Skolimowski qui a reçu deux prix à Venise et A Somewhat Gentle Man de Hans Petter Moland qui a apporté une vraie touche d’humour et d’originalité lors de la Berlinale 2010.

Le panorama européen propose quant à lui les films qui ont eu du succès dans leurs pays respectifs, histoire de comprendre ce qui plait à nos voisins européens. En Pologne, c’est par exemple All that I love de Jacek Borcuch, l’histoire d’adolescents qui utilisent leur groupe de rock comme instrument de contestation au début des années 80, qui a séduit public et professionnels, au point de représenter son pays dans la course aux Oscars. En Suède, c’est un documentaire sur Berlusconi et son rôle dans la transformation de la télévision italienne : Videocracy de Erik Gandini. En Allemagne, c’est Der Albaner de Johannes Naber, l’histoire d’un jeune Albanais parti travailler en Allemagne pour pourvoir payer la dot de sa fiancée.

Enfin, le cinéma danois est à l’honneur avec une rétrospective présentant 11 longs et 4 courts métrages parmi lesquels deux films de Thomas Vinterberg (Festen, The boy who walked backwards) le Grand Prix de la Semaine de la Critique 2010 (Armadillo de Janus Metz), le multiprimé Brothers de Susanne Bier et bien sûr le chef d’œuvre de Lars von Trier Breaking the waves.

Un programme riche et varié auquel s’ajoutent quelques avant-premières telles que Je suis un no man’s land de Thierry Jousse et Harry Brown de Daniel Barber et plusieurs événements professionnels : le village des corproductions, qui permet à des projets de films de trouver des co-financements ; les journées DIRE (Distributeurs Indépendants Réunis Européens), qui donneront l’occasion à chacun des 11 distributeurs formant le groupement de présenter l’un de ses films à un public d’exploitants et de journalistes ; le village des écoles qui met à l’honneur les apprentis producteurs européens…

La semaine s’annonce d’ailleurs si dense que l’on se demande s’il sera possible de profiter du cadre idyllique (à 2000 mètres d’altitude, en plein cœur de la montage et sous la neige) et de ses nombreuses activités sportives. A moins bien sûr de participer à l’European Cinema Ski Cup, le challenge des professionnels du cinéma, où il sera probablement moins utile d’être le chouchou du public que de tenir sur ses skis !



MpM