copie montre | sex shop




Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 20









Les nominations pour les César 2000 réconcilient films populaires et films d'auteur en plaçant en tête La fille sur le pont de Patrice Leconte et Jeanne d'Arc de Luc Besson, mais aussi Venus Beauté (Institut) de Tonie Marshall.
Ces versions françaises des Oscars américains sous la présidence d'Alain Delon, lors de la 25e Nuit des César, sont présentée au Théâtre des Champs-Elysées à Paris par Alain Chabat, le 19 février (jour de la Saint Gabin)



Les femmes à l'honneur





Almodovar et ses espagnoles, Viard et le regard de ses réalisatrices, Josiane Balasko et le triomphe de Tonie Marshall...les Césars étaient tendance : au féminin et pluriel. Du court métrage au long métrage, du montage au scénario, tous les grands prix furent gagnés par des femmes. La cérémonie des César fut contrastée : d'un côté les blagues drôles et décalées d'Alain (le vrai Nul), de l'autre les discours ampoulés et didactiques d'Alain (lui-même).

Quand Delon commence cela donne : "Aujourd'hui le 19 février, jour de la St Gabin... On sait d'avance que le cinéma français va mal, que nous allons tous mourrir ("événement incontournable" comme il dit). Quand Chabat donne le ton : "Je me souviens pour mes 25 ans, mes copains m'avaient offert une pute. Mais là on est un peu nombreux." La Star offre un César à Georges Cravenne,"seconde condition sine qua non" à sa présence ici (depuis qu'il a mis les pieds aux Césars, Delon est omniprésent). Quand le Showman parle de Cravenne, c'est pour préciser qu'il n'est pas "le père de Wes Craven". Voilà. dans le duel des deux Alain, Chabat est largement le meilleur. Le plus caustique, se permettant pirouettes et blagues scatos. Ne faisant pas rire Jack Lang, mais faisant rire Agnès Jaoui.

Et sinon? On ne retiendra rien, si ce n'est une longue litanie de vainqueurs qui remercient, de larmes et de baisers, le résultat d'un vote démocratique qui sanctionne les deux favoris et couronne l'outsider. Les bons moments: Natasha Régnier citant un poême sur l'espoir signé Barbara, le baiser goulu de Josiane Balasko à Claude Berri, le non discours d'Emmanuelle Castro pour Voyages, Sigourney Weaver... Elle qui a combattu aliens et gorilles, dira : "Il suffit d'une robe de soirée et d'une enveloppe pour angoisser 5 hommes en même temps." Il y eut de moins beaux moments... La nécro mettant en vedette Roger Vadim, plutôt que Poiré ou Bresson. La rétrospective de Scorsese omettant des films tels que New York New York, La Valse des pantins. La compil "Danse" qui oublie tous les Demy et le Boléro de Ravel (Lelouch). Ou encore le trop long discours d'Emmanuel Finkiel et de ses productrices (Voyages). Et puis cette manie un peu usée d'utiliser un humoriste-improvisateur de la maison (C+) pour remettre les Césars Techniques.

Il y eut aussi un moment irrationnel: en 2000, que des artistes noirs revendiquent le droit à l'image est proprement scandaleux pour un pays comme la France. Ils ont eu raison de défendre les "minorités visibles" (Un sixième de la population française) absentes de la Télé, de la pub et du Ciné. Ils ont eu raison de défendre un cinéma multi-racial, pluri-culturel. Au nom de tous les leurs, ils ont rendu hommage à ces acteurs qui sont dans l'ombre, qui sont oubliés des auteurs. Ils ont rendu hommage à Darleen Légitimus, oubliée de la nécro, et pourtant primée à la Mostra de Venise, et décédée l'an dernier. Bourges était gêné. Delon agacé. Chabat en rajouta une couche. Les Césars furent soudain trop blancs. Trop gaulois.

Et finalement Astérix n'était-il pas le vrai vainqueur? Dans le match Astérix (et Obélix) contre César, le producteur Claude Berri, le réalisateur de la suite (Alain Chabat) étaient continuellement à l'écran. Avec ses 9 millions de spectateurs, il est bien le César du public. Même Almodovar a dédié son César à Julien Rassam, fils de son producteur, Claude Berri. Et Josiane Balasko qui sort à ce même Berri, apparemment remis de sa débandade : "Tu vas faire comique parce que d'habitude c'est sinistre".

Les hommages ne le furent pas. Nathalie Baye décerna un César poétique et nostalgique à Jean-Pierre Léaud, héritier de Truffaut. Ils tournèrent ensemble dans La Nuit Américaine et Détective, chez Truffaut et Godard. Léaud ne s'est pas remis de ses 400 coups. Berri fit plus cocasse avec une Josiane à plumes, avec des extraits la montrant sous son aspect le plus comique, le plus forcé. Enfin Deneuve qui dialogue sur la musique avec Scorsese. Il distribua Belle de Jour aux USA, et leur respect mutuel est connu à travers la profession. En recevant le César du meilleur court-métrage, la réalisatrice de Sales Batards évoquera le cinéaste de Taxi Driver:" J'espère que Monsieur Scorsese va se remettre de sa grippe, parce que c'est important pour le cinéma.". Contraste saisissant : Léaud, Balasko, Scorsese. Cela révèle à la fois une grande diversité du 7ème Art, mais aussi un amour évident pour les stars.

Le reste n'est que futilités. Contrairement à ce que craignait ce matin Libération, les Césars ne furent ni conservateurs, ni consensuels. Au contraire, ils ont suivit la tendance, les opinions des médias dits intellos : Voyages, la technique d'Himalaya, Karine Viard (choix audacieux), François Berléand (choix évident)... On notera les rares cumuls: Charlotte Gainsbourg (La Bûche), deuxième César, sans larmes ce coup-ci, 14 ans après le meilleur espoir; Emmanuelle Castro, deuxième César pour le montage, 12 ans après Au revoir les enfants; et aussi Daniel Auteuil (La fille sur le pont, favori avec 8 nominations, un seul César), 13 ans après Jean de Florette, qui enlève son second César du meilleur acteur, en 8 nominations. Auteuil était sur scène lors de l'ouverture de l'enveloppe. On se demandait presque si Canal + allait interrompre la représentation. Auteuil rejoignit in extrémis la cérémonie pour le photo call.

Le véritable sacre fut pour Tonie Marshall. En trustant toutes les nominations côté actrices (pour une seule gagnante: Audrey Tautou), elle ne se doutait pas qu'elle serait récompensée en tant que scénariste, réalisatrice (une première en 25 ans, il était temps), et surtout le César du meilleur film. Vénus beauté (Institut) ne pouvait que séduire: hit surprise, film classé intime et d'auteur, ayant plu aux critiques exigeants, et aucun background aux Césars... Il était lêché comme La fille sur le pont, populaire comme Jeanne d'Arc, classique comme La Bûche, social comme Ma Petite entreprise, passionné comme Est-Ouest. Bref, symbolique de l'an 99. On notera surtout que les caméras et remerciements furent braqués sur Micheline Presle, fière de sa fille Tonie. Et que Vénus Beauté sortit en salles face à Astérix... César a pris sa revanche. fake watches replica watches



Vincy