Dear White People, prix du public à sundance, est une satire sociale où des personnages de Spike Lee seraient plongés dans des méli-mélos à la Almodovar, pour résumer. Une comédie intelligente et loufoque qui dénonce le racisme sans l'enferme dans une case.



300 hommes
A trois on y va
Cendrillon
Dear White People
Diversion
El Evangelio de la carne
Enfances nomades
L'homme des foules
La sapienza
Le petit homme
Paris of the North
Un amour
Voyage en Chine
Waste Land



Timbuktu
Whiplash
L'affaire SK1
Les nouveaux sauvages
Snow Therapy
It Follows
Kingsman: Services secrets
Citizenfour
Selma
Tu dors Nicole



La famille Bélier
Invincible
Les souvenirs
Une merveilleuse histoire du temps
Into the Woods: Promenons-nous dans les bois
Imitation game
Frank
Jupiter: Le destin de l'univers
La grande aventure de Maya l'abeille
Les jours venus
Papa ou Maman
L'enquête
Les merveilles
Les nouveaux héros
Mon fils
Cinquante nuances de Grey
Bob l'éponge: Un héros sort de l'eau
American Sniper
Max et Lenny
Things People Do
Vincent n'a pas d'écailles
Projet Almanac
Tracers
Loin de mon père
Les chevaliers du Zodiaque - la légende du Sanctuaire
Le dernier loup
Hungry Hearts
Birdman (ou la surprenante vertu de l'ignorance)
Inherent Vice
L'Art de la fugue
Le cercle
Tokyo Fiancée
1001 grammes
Le dernier coup de marteau
The Voices
Big Eyes
Divergente 2: L'insurrection
Furyo
Hacker
Still Alice
Un homme idéal






 (c) Ecran Noir 96 - 15


  

Production : Bastiana Films
Distribution : Bodega Films
Réalisation : Hernán Belón
Scénario : Hernán Belón, Valeria Radivo
Montage : Natalie Cristiani
Photo : Guillermo Nieto
Son : Fernando Soldevila
Musique : Antonio Fresa, Luigi Scialdone
Costumes : Anna Franca Ostrovosky
Durée : 84 mn
 

Dolores Fonzi : Elisa
Leonardo Sbaraglia : Santiago
Matilda Manzano : Matilda
Juan Villegas : Alberto
 

 

 
El campo



Argentine / 2011

13.06.2012
 

Elisa et Santiago se rendent avec leur fille de deux ans, Matilda, dans leur maison de campagne afin d'y passer quelques jours de vacances et d'envisager les premiers travaux. Loin de la civilisation, Elisa fini très vite par perdre pieds. En prise avec des crises de panique constantes et des peurs nocturnes, elle va se sentir peu à peu angoissée par ce lieu qui soulève en elle des peurs fantasques et enfouies depuis qu'elle est mère.
 
 

haut