Have A Nice Day, en compét à Berlin en 2017, vaut plus que le détour. Un polar à la Tarantino animé et azimuté qui dénonce une Chine bien pourrie par la corruption et la mafia.



A genoux les gars
Bécassine
Have a nice day
How to Talk to Girls at Parties
Jerico
Kuzola, le chant des racines
Le doudou
Rose piment
Sans un bruit
Une prière avant l'aube



L'île aux chiens
La route sauvage
Deadpool 2
En guerre
Senses



Taxi 5
Avengers : Infinity War
Everybody knows
Gringo
Gueule d'ange
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Manifesto
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Solo: A Star Wars Story
Mon Ket
Une année polaire
Opération Beyrouth
L'extraordinaire voyage du Fakir
3 jours à Quiberon
Hedy Lamarr: From Extase to Wifi
Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
The Cakemaker






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  

Production : Main Journey, Free Range Films, Quad Productions, Title Media
Distribution : Gaumont
Réalisation : Armando Iannucci
Scénario : Armando Iannucci, David Schneider, Ian Martin, Peter Fellows, d'après la BD de Fabien Nury et Thierry Robin
Montage : Peter Lamber
Photo : Zac Nicholson
Décors : Cristina Casali
Musique : Christopher Willis
Durée : 106 mn
 

Steve Buscemi : Nikita Khrouchtchev
Simon Russell Beale : Lavrenuy Beria
Jeffrey Tambor : Georgy Malekov
Olgra Kurylenko : Maria Yudina
Michael Palin : Vyacheslav Molotov
Andrea Riseborough : Svetlana Stalin
Jason Isaacs : Georgy Zhukov
Rupert Friend : Vasily Stalin
Paddy Considine : Camarade Andryev
 

La bande dessinée
 

 
La mort de Staline (The Death of Stalin)



Royaume Uni / 2017

21.03.2018
 

Staline contrôle tout le monde et n'hésite pas avec son fidèle Beria à envoyer jusqu'à ses proches au Goulag, quand ils ne sont pas torturés ou exécutés. Mais Staline a une attaque cérébrale. Et laisse son entourage désemparé. Dans les jours qui suivent, les ministres composant la garde rapprochée de Staline se livrent à un combat acharné pour prendre le contrôle, certains souhaitant un changement positif en Union Soviétique, d'autres nourrissant des ambitions plus funestes. Mais tous sont dans la même urgence : lutter à tout prix pour rester, simplement, en vie.


 
EN

 

haut