Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes. www.reeftiger.fr



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Epithète Films, Le Studio Canal +, Cinéa, France 3 Cinéma, PolyGram, CNC
Réalisation : Patrice Leconte
Scénario : Rémi Waterhouse, Michel Fessler, Eric Vicaut
Montage : Joëlle Hache
Photo : Thierry Arbogast
Musique : Antoine Duhamel
Costumes : Christian Gasc
Durée : 102 mn
 

Charles Berling : Le Marquis Grégoire Ponceludon de Malavoy
Jean Rochefort : Le Marquis de Bellegarde
Fanny Ardant : Madame de Blayac
Judith Godrèche : Mathilde de Bellegarde
Bernard Giraudeau : L'Abbée de Vilecourt
Albert Delpy : Baron de Guéret
Urbain Cancelier : Le Roi Louis XVI
Bernard Dhéran : Monsieur de Montalieri
Jacques-François Zeller : Maurepas
 

 

 
Ridicule



France / 1996

14.05.96
 

La contrée du noble Ponceludon de Malavoy s'inondent et tranforment les champs en marais vaseux. Afin de pouvoir financer un complexe ouvrage hydrolique empêchant ce carnage rituel, le jeune noble part naïvement à Versailles pour plaider sa cause auprès du roi.
Simplement, une fois sur place, rien n'est plus difficle que d'atteindre le roi. Et pour passes droits, il faut savoir user d'esprit. De mots d'esprits. C'est grâce à ce jeu d'apparences, ces faux semblants plus importants que les vrais sentiments, que l'on peut ouvrir toutes les portes.
De Malavoy l'apprendra à ses dépens, piégé par une Madame de Balyac jalouse et orgueilleuse.
 
vincy
 

haut