copie montre | sex shop




Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 20









Le cinéma français primé dans le monde

- Le Pianiste: Palme d'or Cannes, Meilleur film Critiques de Boston, Meilleur film Critiques de San Francisco

- Bord de mer: Caméra d'or

- Huit Femmes: meilleures actrices European Film Awards, Contribution artistique extraordinaire Berlin

- Etre et avoir: meilleur documentaire European Film Awards

- Laissez Passer: meilleur acteur et meilleure musique Berlin

- Parlez moi d'amour: meilleure réalisatrice FFM Montréal

- L'Homme du train : prix du public Festival de Venise









NOMINATIONS

Cérémonie présentée par Géraldine Pailhas





La controverse aura lieu, à n'en pas douter. Les 12 nominations de 8 femmes ne feront pas oublier l'absence de Deneuve, Béart, Richard et Ledoyen. Partout, les 8 actrices ont reçu un prix collectif, sauf en France. Adjani est pareillement snobbée. De même côté acteurs, il faudra nous expliquer comment Adrien Brody, acteur remarquable, mais néanmoins américain dans une production en langue anglaise, a trouvé sa place dans une catégorie meilleur acteur. Ou alors, dans ce cas, pourquoi pas Suleiman et un jour Lynch en meilleur réalisateur (puisque celui-ci est aussi produit par Alain Sarde)? Ne passons pas à côté de ce non sens : Emilie Dequenne, premier rôle du film de Claude Berri, prix d'interprétation à Cannes en 99, nommée dans la catégorie meilleur espoir en 2003?!

En fait les Césars vont subir les pires critiques : on savait ce genre de rituels plus ou moins vains, on les devine désormais absurdes. Il va nous falloir décoder le règlement pour comprendre ces contradictions. Si cette édition 2003 souligne en creux la faiblesse artistique du cinéma français - malgré sa richesse et sa diversité que nous essayons de défendre à longueur d'années - en 2002, comment ne pas s'indigner que des films comme Bord de mer, Caméra d'or à Cannes, ou des expériences plus audacieuses, plus singulières comme Novo, Irréversible, Sex is comedy, ou L'homme du train soient à ce point méprisées? Deux productions internationales (Le Pianiste et Amen), anglophones et plutôt européennes tant dans leur sujet que dans leur montage financier et artistique, trustent les places. Il n'y a rien à dire à ce sujet : les films sont produits en France, réalisés par des français. La langue, grand débat des Césars dans les années 80 (notamment avec les films d'Annaud) n'est plus un critère. Mais la nomination d'Adrien Brody a franchit une ligne jaune inimaginable pour les acteurs/actrices français(es).

Ces paradoxes, qui du coup maquillent les bonnes initiatives (César pour un film européen) et les heureuses surprises, contribuent à la baisse de crédibilité d'une cérémonie qui n'enthousiaste plus personne (la faute à la mise en scène). Comment accorder de l'importance à une telle liste? Quand Berléand, second rôle de Mon idole est nommé meilleur acteur ; ou encore Jamel, qui est le rôle principal d'Astérix, nommé que "meilleur second rôle"? De même Altman, cinéaste américain, concours dans la catégorie Meilleur film européen (de fait le financement est britannique...); et Intervention divine, si choyé par la critique, est inexistant. Gamblin, primé à Berlin, Tavernier, Bellucci, Dupontel, Stévenin, Deville, où sont-ils? Tout un pan du cinéma français est oublié : celui des indépendants, celui des auteurs à poigne, celui des films militants. Un carnaval? une farce? Les César cette année seront comiques, involontairement.

MEILLEUR FILM
- Huit Femmes (12 nominations)
- Amen (7 nominations)
- Etre et avoir (3 nominations)
- L'Auberge espagnole (6 nominations)
- Le Pianiste (10 nominations

MEILLEUR REALISATEUR
- Costa-Gavras (Amen)
- Cédric Klapisch (L'Auberge espagnole)
- François Ozon (Huit Femmes)
- Nicolas Philibert (Etre et avoir)
- Roman Polanski (Le Pianiste)

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION
- Michel Blanc (Embrassez qui vous voudrez)
- Costa-Gavras et Jean-Claude Grumberg (Amen)
- Ronald Harwood (Le Pianiste)
- Cédric Klapisch (L'Auberge espagnole)
- François Ozon et Marina de Van (Huit Femmes)

MEILLEUR ACTEUR
- Daniel Auteuil (L'Adversaire)
- François Berléand (Mon idole)
- Adrien Brody (Le Pianiste)
- Bernard Campan (Se souvenir des belles choses)
- Mathieu Kassovitz (Amen)

MEILLEURE ACTRICE
- Fanny Ardant (Huit Femmes)
- Ariane Ascaride (Marie-Jo et ses deux amours)
- Juliette Binoche (Décalage Horaire)
- Isabelle Carré (Se souvenir des belles choses)
- Isabelle Huppert (Huit Femmes)

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE
- François Cluzet (L'Adversaire)
- Gérard Darmon ( Astérix et Obélix: mission Cléopâtre)
- Jamel Debbouze (Astérix et Obélix: mission Cléopâtre)
- Bernard Le Coq (Se souvenir des belles choses)
- Denis Podalydès (Embrassez qui vous voudrez)

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE
- Dominique Blanc (C'est le bouquet!)
- Danielle Darrieux (Huit Femmes)
- Emmanuelle Devos (L'Adversaire)
- Judith Godrèche (L'Auberge espagnole)
- Karin Viard (Embrassez qui vous voudrez)

MEILLEUR JEUNE ESPOIR MASCULIN
- Lorant Deutsch (3 zéros)
- Morgan Marinne (Le Fils)
- Jean-Paul Rouve (Monsieur Batignole)
- Gaspard Ulliel (Embrassez qui vous voudrez)
- Malik Zidi (Un moment de bonheur)

MEILLEUR JEUNE ESPOIR FEMININ
- Emilie Dequenne (Une femme de ménage)
- Mélanie Doutey (Le frère du guerrier)
- Marina Foïs (Filles perdues, cheveux gras)
- Cécile de France (L'Auberge espagnole)
- Ludivine Sagnier (Huit Femmes)

MEILLEURE PREMIERE OEUVRE DE FICTION
- Carnages (Delphine Gleize)
- Filles perdues, cheveux gras (Claude Duty)
- Irène (Ivan Calbérac)
- Mon idole (Guillaume Canet)
- Se souvenir des belles choses (Zabou Breitman)

MEILLEUR FILM DE L'UNION EUROPEENNE
- 11'09"01 September 11 (France)
- Gosford Park (USA)
- L'homme sans passé (Finlande)
- Parle avec elle (Espagne)
- Sweet Sixteen (R.Uni)

MEILLEUR FILM ETRANGER
- Bowling for Columbine (USA)
- Ivre de femmes et de peinture (Corée du Sud)
- Le Voyage de Chihiro (Japon)
- Minority Report (USA)
- Ocean's Eleven (USA)

MEILLEUR SON
- Jean-Marie Blondel, Gérard Hardy et Dean Humphreys (Le Pianiste)
- Dominique Gaboriau et Pierre Gamet (Amen)
- Pierre Gamet, Benoît Hillebrant et Jean-Pierre Laforce (Huit femmes)

MEILLEURE MUSIQUE ECRITE POUR UN FILM
- Armand Amar (Amen)
- Antoine Duhamel ( Laissez-passer)
- Wojciech Kilar (Le Pianiste)
- Krishna Levy (Huit femmes)

MEILLEURE PHOTO
- Patrick Blossier (Amen)
- Pawel Edelman (Le Pianiste)
- Jeanne Lapoirie (Huit femmes)

MEILLEURS COSTUMES
- Pascaline Chavanne (Huit femmes)
- Philippe Guillotel, Tanino Liberatore et Florence Sadaune ( Astérix et Obélix: mission Cléopâtre)
- Anna Sheppard (Le Pianiste)

MEILLEURS DECORS
- Thanh At Hoang (Astérix et Obélix: mission Cléopâtre)
- Emile Ghigo (Laissez-passer)
- Arnaud de Moléron (Huit femmes)
- Allan Starski (Le Pianiste)

MEILLEUR MONTAGE
- Hervé de Luze (Le Pianiste)
- Nicolas Philibert (Etre et avoir)
- Francine Sandberg ( L'Auberge espagnole)

MEILLEUR COURT-METRAGE
- Candidature de Emmanuel Bourdieu
- Ce vieux rêve qui bouge de Alain Guiraudie
- Peau de vache de Gérald Hustache-Mathieu
- Squash de Lionel Bailliu

HONNEURS
- Bernadette Laffont
- Spike Lee
- Meryl Streep



Chris