Ne croyez pas que je hurle est le joyau tant attendu de l'année. Film expérimental et sentimental, audace narrative et visuelle, cette expérience signée Frank Beauvais est aussi délicate que mélancolique, curieuse que hypnotique.



Betty Marcusfeld
Cervin, la montagne du monde
Chambre 212
Donne-moi des ailes
Jacob et les chiens qui parlent
Joker
La fameuse invasion des ours en Sicile
La grande cavale
Nos défaites
On va tout péter
Papicha
Pour Sama
Quelle folie
Soeurs d'armes
Tout est possible



Parasite
Le Roi Lion
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi
Un jour de pluie à New York
Bacurau
Ne croyez surtout pas que je hurle
Alice et le Maire
Les mondes imaginaires de Jean-François Laguionie



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour
De sable et de feu
Ad Astra
Trois jours et une vie
Portrait de la jeune fille en feu
Au nom de la terre
Downton Abbey
Port Authority
Atlantique
Gemini Man






 (c) Ecran Noir 96 - 19


ocean films  

Production : Wiedeman & Berg Filmproduktion GmbH, CreadoFilm/ Constance, Arte
Distribution : Ocean Films
Réalisation : Florian Henckel von Donnersmarck
Scénario : Florian Henckel von Donnersmarck
Montage : Patricia Rommel
Photo : Hagen Bogdanski
Décors : Gabriele Binder
Musique : Gabriel Yared, Stéphane Moucha
Durée : 137 mn
 

Ulrich Mühe : Hauptmann Gerd Wiesler
Sebastian Koch : Georg Dreyman
Martina Gedeck : Christa-Maria Sieland
Ulrich Tukur : Anton Grubitz
Thomas Thieme : Le ministre Bruno Hempf
Hans-Uwe Bauer : Paul Hauser
 

site officiel
site officiel de stéphane moucha
festival de locarno
 

 
La vie des autres (Das Leben der Anderen)



Allemagne / 2006

31.01.2007
 

En 1984 à Berlin-Est, Gerd Wiesler, officier de la stasi, se voit confier la surveillance de l’écrivain de théâtre, sans se douter qu’il s’agit d’une intrigue orchestrée par le ministre de la Culture Bruno Hempf qui, amoureux de son amie l’actrice Christa Maria Sieland, souhaite le faire disparaître. Le lieutenant supérieur Grubitz espère quant à lui en tirer bénéfice pour sa carrière. Wiesler, célibataire, pour ainsi dire sans vie privée, découvre au cours de ses surveillances, le monde de l’art, de l’amour et de l’ouverture d’esprit, horizons qui lui étaient jusqu’alors inconnus. Il n’intervient pas lorsque Dreymann, bouleversé par le suicide d’un ami réalisateur dont la carrière a été détruite par le régime, écrit un article sur la fréquence des suicides d’intellectuels en RDA.
Dreymann, utilise pour taper cet article une machine à écrire de contrebande fournie par le magazine ouest–allemand “Der Spiegel” à qui l’article est destiné.
Wiesler, connaissant la démarche de Dreymann et de ses amis, le protège en écrivant de faux rapports. Christa-Maria Dieland, menacée de plus pouvoir exercer son métier d’actrice, accepte les avances du ministre et dénonce les agissements clandestins de son amant. Wiesler fait en sorte que Dreymann apprenne cette liaison mais celui-ci pardonne à Christa Maria et cette preuve d’amour séduit définitivement Wiesler. Grâce au double des clés, Wiesler, prend chez Dreymann, la machine à écrire compromettante...
 
in DP
 

haut