L'ornithologue est peut-être le plus beau film de Joao Pedro Rodrigues. Entre mythes, martyrs et résurrection, le cinéaste portugais nous hypnotise au fil de cette errance poétique, érotique, fantastique et naturaliste.



Banana
Dark Show
Enfin des bonnes nouvelles
Kangchenjunga
L'ornithologue
La fine équipe
Le Gang des Antillais
Le voyage au Groenland
Les enfants de la chance
Ma' Rosa
Oppression
Rocco
Sausage Party
Sully
Vaiana, la légende du bout du monde
Wolf and sheep



Aquarius
Le ciel attendra
Voyage à travers le cinéma français
Willy 1er
Ma vie de Courgette
Sing Street
Mademoiselle
Réparer les vivants
2 nuits jusqu’au matin
Dernières nouvelles du Cosmos
Tu ne tueras point
Close encounters with Vilmos Zsigmond
Swagger
Wallace & Gromit : les inventuriers



Juste la fin du monde
Miss Peregrine et les enfants particuliers
Captain Fantastic
L'Odyssée
La fille inconnue
Brice 3
Jack Reacher: Never Go Back
Le Teckel
Les Trolls
Mal de Pierres
The Happiest Day in the Life of Olli Mäki
L'Attrape-rêves
Doctor Strange
La Fille du train
Moi, Daniel Blake
Mr Wolff
Snowden
Inferno
L'Histoire de l'amour
Le client
Planétarium
Les Animaux Fantastiques
Polina, danser la vie
Trashed
Alliés
La fille de Brest
Louise en hiver
Seul dans Berlin






 (c) Ecran Noir 96 - 16


  

Production : La petite reine, Remstar, Novo RPI
Distribution : Pathé distribution
Réalisation : Jean-François Richet
Scénario : Abdel Raouf Dafri, d'après l'oeuvre de Jacques Mesrine L'instinct de mort
Montage : Hervé Schneid
Photo : Robert Gantz
Décors : Emile Ghigo
Son : Jean Minondo, François Groult, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loic Prian
Musique : Marco Beltrami
Costumes : Virginie Montel
Durée : 113 mn
 

Vincent Cassel : Mesrine
Cécile de France : Jeanne Schneider
Gérard Depardieu : Guido
Gilles Lelouche : Paul
Roy Dupuis : Mercier
Elena Anaya : Sofia
Florence Thomassin : Sarah
Michel Duchaussoy : le père
Myriam Boyer : la mère
 

Qui est Jacques Mesrine?
site internet du film
Mesrine : l ennemi public n°1
 

 
Mesrine : l'instinct de mort



France / 2008

22.10.2008
 

En 1959, Jacques Mesrine rentre d’Algérie, où il a servi pendant trois ans. Promis à un avenir modeste mais bourgeois dans l’univers de la dentelle, il a vite fait d’envoyer balader les conventions au profit d’une vie d’argent et de plaisirs faciles. D’abord quelques cambriolages dans des maisons cossues, puis sa première attaque de banque.

« Quand un homme vit par les armes, la violence et le vol,
c'est très rarement qu'il meurt dans son lit.
Face à un type comme moi,
y’ a pas tellement de cadeaux à faire.
Je n'en fais pas non plus de mon côté.
Bien sûr, certaines personnes pourraient dire :
il y a d'autres manières de vivre,
mais je n'avais plus tellement le choix non plus.
Et à la finale, j'ai assumé ma criminalité jusqu'au bout.
Certains vont faire de moi un héros,
alors qu’en fin de compte,
y’ a pas de héros dans la criminalité.
Y’ a que des hommes qui sont marginaux.
» - Mesrine
 
MpM

 

haut