Snow Therapy est la dernière pépite de Ruben Östlund qui aime filmer là où ça fait mal. Un film inconfortable, drôle, et froid. De quoi faire réfléchir sur le rôle du mâle à notre époque. Un régal.



2 temps, 3 mouvements
Hope
Imitation game
Into the Woods: Promenons-nous dans les bois
L'interview qui tue
Lea, un ange dans la maison
Les nuits d'été
Nuits blanches sur la jetée
Phoenix
Pioneer
Sam
Snow Therapy
Sud eau nord déplacer
Toute première fois



Mommy
Gone girl
Mr. Turner
White God
Le chant de la mer
Timbuktu
Juillet de sang
Whiplash
L'affaire SK1
My Two Daddies
Bébé Tigre
Les nouveaux sauvages
Discount



Interstellar
Hunger Games: La révolte - 1ère partie
Astérix et le Domaine des Dieux
Iranien
La French
Les Héritiers
Paddington
Le Hobbit: La bataille des cinq armées
Nos enfants
Qu’Allah bénisse la France
Charlie's Country
Coming home
Dumb & Dumber De
La famille Bélier
Le temps des aveux
Terre battue
Les Pingouins de Madagascar
Captives
Hard Day
Invincible
L'affaire SK1
La rançon de la gloire
My Two Daddies
Queen and Country
A girl walks alone at night
Alda et Maria
Joker
Les souvenirs
The Smell of Us
Wild
Foxcatcher
Listen Up Philip
Rendez-vous à Atlit
Tak3n (Taken 3)
Une merveilleuse histoire du temps






 (c) Ecran Noir 96 - 15


  

Production : La petite reine, Remstar, Novo RPI
Distribution : Pathé distribution
Réalisation : Jean-François Richet
Scénario : Abdel Raouf Dafri, d'après l'oeuvre de Jacques Mesrine L'instinct de mort
Montage : Hervé Schneid
Photo : Robert Gantz
Décors : Emile Ghigo
Son : Jean Minondo, François Groult, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loic Prian
Musique : Marco Beltrami
Costumes : Virginie Montel
Durée : 113 mn
 

Vincent Cassel : Mesrine
Cécile de France : Jeanne Schneider
Gérard Depardieu : Guido
Gilles Lelouche : Paul
Roy Dupuis : Mercier
Elena Anaya : Sofia
Florence Thomassin : Sarah
Michel Duchaussoy : le père
Myriam Boyer : la mère
 

Qui est Jacques Mesrine?
site internet du film
Mesrine : l ennemi public n°1
 

 
Mesrine : l'instinct de mort



France / 2008

22.10.2008
 

En 1959, Jacques Mesrine rentre d’Algérie, où il a servi pendant trois ans. Promis à un avenir modeste mais bourgeois dans l’univers de la dentelle, il a vite fait d’envoyer balader les conventions au profit d’une vie d’argent et de plaisirs faciles. D’abord quelques cambriolages dans des maisons cossues, puis sa première attaque de banque.

« Quand un homme vit par les armes, la violence et le vol,
c'est très rarement qu'il meurt dans son lit.
Face à un type comme moi,
y’ a pas tellement de cadeaux à faire.
Je n'en fais pas non plus de mon côté.
Bien sûr, certaines personnes pourraient dire :
il y a d'autres manières de vivre,
mais je n'avais plus tellement le choix non plus.
Et à la finale, j'ai assumé ma criminalité jusqu'au bout.
Certains vont faire de moi un héros,
alors qu’en fin de compte,
y’ a pas de héros dans la criminalité.
Y’ a que des hommes qui sont marginaux.
» - Mesrine
 
MpM

 

haut