Split signe le grand retour de M. Night Shyamalan. Son thriller inspiré, et gros succès aux USA, est transcendé par la performance de James McAvoy, avec un personnage de psychopathe désormais culte du 7e art.



4.48
Certaines femmes
Chez nous
De sas en sas
Fences
John Wick 2
La dormeuse Duval
Les derniers parisiens
Les Fleurs bleues
Lion
Madame B, histoire d'une nord-coréenne
Noces
Seule... mais pas trop
Si j'étais un homme
Split



Premier contact
Manchester by the Sea
Rogue One : A Star Wars Story
Your name
Neruda
La mécanique de l'ombre
La La Land
Lumière! L'aventure commence
Jackie
Moonlight
Les Nouvelles aventures de Ferda la fourmi
L'Empereur



Paterson
Harmonium
Entre les frontières
Dalida
Jamais contente
La Grande Muraille
The Birth of a Nation
The Last face
Corniche Kennedy
Fleur de tonnerre
Il a déjà tes yeux
La communauté
Live by Night
Un sac de billes
Notre révolution intérieure
The Boyfriend : Pourquoi lui ?
Tous en scène
Gimme Danger
Inertia
Raid Dingue
Sahara
American Honey
Cinquante nuances plus sombres
Lego Batman, le film
Silence
Seuls
Alibi.com
L'indomptée
Loving
Rock'n Roll
Underworld: Blood Wars






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  

Production : La petite reine, Remstar, Novo RPI
Distribution : Pathé distribution
Réalisation : Jean-François Richet
Scénario : Abdel Raouf Dafri, d'après l'oeuvre de Jacques Mesrine L'instinct de mort
Montage : Hervé Schneid
Photo : Robert Gantz
Décors : Emile Ghigo
Son : Jean Minondo, François Groult, Gérard Hardy, Alexandre Widmer, Loic Prian
Musique : Marco Beltrami
Costumes : Virginie Montel
Durée : 113 mn
 

Vincent Cassel : Mesrine
Cécile de France : Jeanne Schneider
Gérard Depardieu : Guido
Gilles Lelouche : Paul
Roy Dupuis : Mercier
Elena Anaya : Sofia
Florence Thomassin : Sarah
Michel Duchaussoy : le père
Myriam Boyer : la mère
 

Qui est Jacques Mesrine?
site internet du film
Mesrine : l ennemi public n°1
 

 
Mesrine : l'instinct de mort



France / 2008

22.10.2008
 

En 1959, Jacques Mesrine rentre d’Algérie, où il a servi pendant trois ans. Promis à un avenir modeste mais bourgeois dans l’univers de la dentelle, il a vite fait d’envoyer balader les conventions au profit d’une vie d’argent et de plaisirs faciles. D’abord quelques cambriolages dans des maisons cossues, puis sa première attaque de banque.

« Quand un homme vit par les armes, la violence et le vol,
c'est très rarement qu'il meurt dans son lit.
Face à un type comme moi,
y’ a pas tellement de cadeaux à faire.
Je n'en fais pas non plus de mon côté.
Bien sûr, certaines personnes pourraient dire :
il y a d'autres manières de vivre,
mais je n'avais plus tellement le choix non plus.
Et à la finale, j'ai assumé ma criminalité jusqu'au bout.
Certains vont faire de moi un héros,
alors qu’en fin de compte,
y’ a pas de héros dans la criminalité.
Y’ a que des hommes qui sont marginaux.
» - Mesrine
 
MpM

 

haut