Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


Sony  

Production : Sony Pictures Animation
Distribution : Gaumont Columbia TriStar
Réalisation : Jill Culton, Roger Allers, Anthony Stacchi
Scénario : Steve Bencich, Ron J. Friedman, Nat Mauldin, d'après une histoire de Steve Moore et John Carls
Musique : Paul Westerberg, Ramin Djawadi
Effets spéciaux : Doug Ikeler
Directeur artistique : Andy Harkness
Durée : 90 mn
 

Martin Lawrence : Boog
Ashton Kutcher : Elliot
Jon Favreau : Reilly
Gary Sinise : Shaw
Debra Messing : Beth
Billy Connolly : McSquizzy
Pascal Legitimus : Boog en vf
Julien Courbey : Elliot en vf
 

bande annonce
site officiel vf
 
 
Les rebelles de la forêt (Open Season)


USA / 2006

18.10.2006
 

Un des rares succès de ces deux derniers mois aux USA : Open Season n'a pas relancé la saison. Mais ce film d'animation, avec ses 70 millions de $ de box office, limite la casse pour Sony. Sa nouvelle tentative dans l'animation se solde par un succès correct, et non pas un échec relatif. Certes ces Rebelles de la forêt sont très loin des scores de Cars et L'Age de glace 2. Mais, sans être un triomphe, le film fait aussi bien que Monster House et largement mieux que le Disney du même genre, The Wild, un vrai flop. Pour Sony c'est la fin d'un mauvais sort. Après le fiasco de Final Fantasy, le studio avait attendu pour se lancer dans la course d'un des marchés les plus fructueux du cinéma, l'animation, si rentable pour Disney, DreamWorks, Fox et même Paramount, qui ont tous aligné des films box office à 100 millions de $ et largement plus. En moins de deux mois, Sony fait donc coup double avec deux productions peu originales mais efficaces et rentabilisées. Open Season, 85 millions de $ de budget, a déjà rapporté plus dans les 25 pays où il est sorti.




1223 plans pour essayer de faire rire un public qui risque de se blaser rapidement si les scripts sont si vite bâclés. On pourra toujours s'extasier sur le nombre de poils : 3 500 000 pour Elliot, 1 600 000 pour Boog, 150 000 cheveux pour Beth. Côté voix, Sony a enrôlé le comique Martin Lawrence (Big Mamma) et le playboy Ashton Kutcher (L'effet papillon). En France, cela donne Pascal Legitimus (qu'on verra bientôt dans Madame Irma) et Julien Courbey (Il était une fois dans l'Oued). Rien de révolutionnaire...
 
v.
 
 
 
 

haut