Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Focus Features, American Zoetrope, Elemental Films
Distribution : Pathé
Réalisation : Sofia Coppola
Scénario : Sofia Coppola
Montage : Sarah Flack
Photo : Lance Acord
Musique : Kevins Shields, Brian Reitzell, Air
Durée : 102 mn
 

Bill Murray : Bb Harris
Scarlett Johansson : Charlotte
Giovanni Ribisi : John
Anna Faris : Kelly
 

site officiel
 
 
Lost in Translation


USA / 2003

07.01.04
 

Acte manqué? Cannes n'a pas pu avoir le nouveau film de Sofia Coppola, révélée sur la Croisette avec le culte Virgin Suicides, qui avait mis sur orbite Kirsten Dunst, comme ce Lost in Translation catapulte la jeune Scarlett Johansson. Venise eut le droit à l'avant-première mondiale du film.




Bizarrement, montre femme le film fut relégué dans une sélection parrallèle. Quelques jours plus tard, le film embrase la critique américaine. Film de l'année (National Board of Review, Critiques de Toronto et de San Francisco), meilleur réalusateur (Critiques de Boston et de New York), meilleur scénario (à Toronto), meilleur acteur (à Boston, San Francisco, Toronto et New York), meilleure actrice (à Boston), sans parler des nominations aux Golden Globes (5) et aux Independant Spirit Awards (4). En attendant les Oscars, forcément, évidemment, qui seront là pour booster les ventes vidéo/DVD du film (sortie prévue le trois semaines avant les Oscars). En effet, sorti début septembre en salles, ce film a rapporté plus de 31 millions de $ (soit 7 fois son budget!). Il ne peut pas espérer un résultat beaucoup plus important dans les multiplexes...

Mais déjà ce triomphe inattendu consacre la fille de (Francis Ford Coppola) et femme de (Spike Jonze). Tourné en à peine un mois dans Tokyo, le film avait été imaginé à la suite de nombreux voyages dans la capitale nippone : la réalisatrice/scénariste avait rapporté de nombreuses photos (ultérieurement restituées en séquences entières du film) et collecté de multiples "souvenirs d'instants précis, très courts, qu'on garde toute sa vie." Aidée de son frère (Roman, assistant réalisateur) et de son chef op' (Lance Accord qui avait éclairé son court métrage Lick the star), Sofia Coppola n'a pas suivi les conseils de son père (tourner en vidéo haute définition) et a préféré la pellicile (pour "la texture romantique").
Pour compléter le désir de faire ce film, Coppola précise qu'elle a écrit le rôle spécifiquement pour Bill Murray (elle aurait abandonné le projet en cas de refus). Murray, comique issu du Saturday Night Live, a navigué entre navets (Meatballs, Stripes, Caddysack), blockbusters (S.O.S. Fantômes, Charlie's Angels), second rôles chez de bons cinéastes (Pollack, Burton, Robbins)... Mais c'est Wes Anderson avec Rushmore, the Royal Tenenbaums, The Life Aquatic que sa carrière prend de l'épaisseur et lui permet de sortir de cette schizophrénie entre blues man et clown.
Sofia Coppola l'a entouré de Scarlett Johansson (vue chez Redford, Coen, et dans La jeune fille à la perle), Giovanni Ribisi (voix off de Virgin Suicides, et soldat chez Spielberg, paumé chez Lynch, voyou chez Sena), et Anna Faris (Scary Movie).

À audemars piguet replica watches cela s'ajoute la présence indossicable de la musique ; supervisée par Brian Reitzell (du groupe Redd Kross), composée par Kebon Shields (du groupe My Bloody Valentine), la compilation regroupe de la pop jamponaise, du Simon et Garfunkel, du Chemical Brothers et bien entendu un morceau (sublîme) de Air (Virgin Suicides).
Le film devrait enthousiasmer la critique française. Et séduire ce public si particulier de cinéphiles qui n'ira pas voir le nouveau Tom Cruise et qui baille un peu devant les comédies françaises... Pour le coup, la V.O.S.T. s'impose. Pour ne rien perdre à la traduction. 
 
Vincy
 
 
 
 

haut