Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Azor films, Love Streams Productions, arte France Cinéma, CNC, Conseil Général 44
Distribution : Pyramide
Réalisation : Patrice Chéreau
Scénario : Patrice Chéreau, Anne-Louise Trividic, d'après le roman de Philippe Besson
Montage : François Gédigier
Photo : Eric Gautier
Musique : Angelo Badalamenti, Marianne Faithfull
Costumes : Caroline de Vivaise
Maquillage : Kuno Schlegelmilch
Durée : 95 mn
 

Bruno Todeschini : Thomas
Eric Caravaca : Luc
Nathalie Boutefeu : Claire
Sylvain Jacques : Vincent
Fred Ulysse : le père
Antoinette Moya : la mère
Catherine Ferran : la docteur
Robinson Stévenin : Manuel
Pascal Greggort : le docteur
Maurice Garrel : le vieil homme
 

 
 
Son frère


France / 2003

10.09.03
 

Le film a obtenu l'Ours d'argent du meilleur réalisateur au dernier Festival de Berlin. Consécration personnelle et inattendue pour Chéreau, qui avait déjà emporté un Ours d'or pour son précédent film Intimité. La surprise provient du fait que Son frère était avant tout une commande pour ARTE, la chaîne télévisée franco-allemande et très culturelle. Quelques mois plus tard, le film s'offre une sortie modeste en salles (40 copies) ; le sujet est sombre et l'oeuvre ne peut séduire qu'avec d'excellentes critiques (Chéreau a toujours eu ses défenseurs, même au théâtre). Chéreau superstar cette année : "Phèdre" au Théâtre de l'Odéon (raté) , Président du jury à Cannes (rescapé) et à l'affiche avec un film (plutôt bon).




Alors qu'il préparait "son" Napoléon pour Al Pacino, le réalisateur lit le roman de Philippe Besson, Son frère. Il faut que le projet napoléonnien soit reporté pour qu'il songe alors à l'adapter. Chéreau se lance dans ce projet avec un dogme : aller vite, dans l'urgence, avec peu de moyens. Alors que le film parle d'apaisement!
Il s'offre de sérieuses libertés avec le matériau original : c'ets désormais l'aîné qui sera atteint par la maladie, de même la maladie a débuté il y a plusieurs mois quand le film commence. "On ne renonce pas à vivre comme ça, du jour au lendemain. Or, dans cette histoire, Thomas perd réellement l'envie de vivre, il ne semble plus trouver en lui le courage de se battre ni d'affronter l'angoisse permanente de cette hémorragie qui peut survenir à tout instant. Ce refus, ce renoncement à la vie, ne peut pas venir en l'espace de 6 mois et j'ai préféré que Thomas fasse une rechute et que ce soit cette rechute qui l'amène enfin à capituler", explique Chéreau.
Ce qui fascinait le réalisateur c''était la peau, les corps, qui étaient déjà les vedettes d'Intimité. "C'est un film sur les corps et sur la manipulations des corps en particulier. C'est un film sur les peaux, sur la dégradation d'un corps..." Il a souhaité, aussi, changé sa façon de mettre en scène. "Je me suis mis à tenter des plans plus larges que d'habitude. Tout en étant conscient du paradoxe de me poser la question brusquement le jour où je faisais un film pour la télévision." Chéreau poursuit sa motivation à l'avoir réalisé ainsi : "On songe à ce qu'on a raté dans les films précédents, on essaie de se corriger. La mise en scène d'un film tient beaucoup à cela : au dialogue que l'on entretient avec soi-même et avec ses propres films." Téchiné ne dit pas autre chose.
Autre trait marquant : l'absence de musique! Il se justifie ainsi : "Pour la musique, j'avais dès le départ décidé qu'il n'y en aurait qu'une seule, une seule fois. C'était un essai que je voulais faire. J'ai l'habitude parfois d'en mettre beaucoup..." Le film apparait presque comme une oeuvre expérimentale... Il réunit Pascal Greggory pour un caméo, Robinson Stévenin pour une apparition, Sylvain Jacques (Ceux qui m'aiment prendront le train) pour un second rôle autour de Bruno Todeschini et Eric Caravaca. Le premier a souvent joué avec Chéreau (c'est leur quatrième film ensemble), mais aussi chez Brigitte Rouan, Arnaud Desplechin, André Téchiné, Pascale Ferran, Jacques Rivette, Michael Haneke, Guillaume Nicloux et Frédéric Schoendoerffer. Eric Caravaca a été révélé grâce à François Dupeyron (C'est quoi la vie, La Chambre des Officiers), mais il a aussi tourné pour Noémie Lvovsky, Michel Spinosa et Guillaume Nicloux.  
 
vincy
 
 
 
 

haut