alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







L'Adieu de Lulu Wang est à la fois un portrait de famille et un portrait de la Chine contemporaine qui refuse de reconnaître ses faiblesses. Un voyage initiatique sensible et touchant, porté par une mise en scène qui oscille entre le burlesque et le documentaire.



1917
3 aventures de Brooke
Douze mille
Je ne rêve que de vous
L'Apollon de Gaza
Le fleuve sera jour et nuit
Marche avec les loups
Selfie
Swallow
Système K
The Grudge
Une belle équipe



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Monstres contre Aliens (Monsters vs. Aliens)


USA / 2009

01.04.2009
 



L’ATTAQUE DE LA FEMME GEANTE





«- Ton ombre à toi, elle me fait de l’ombre ».

DreamWorks n’a pas finit d’exploiter l’ensemble des genres pour rendre ces dessins animés divertissants et diablement efficaces. Après les safaris, les arts martiaux, les contes de fée, voici les films de science-fiction dans ce Monstres contre Aliens. Mais pas n’importe lesquels. Certes il y a quelques références à de récents blockbusters inspides ou à des classiques : de Star Trek (code : Nimoy) à Alice au pays des merveilles (la femme grandissant dans l’église) en passant par Christine (la voiture malicieuse), Mel Brooks et les Blues brothers.

Mais il faut surtout apprécier les hommages aux réalisations de Spielberg (pastiche tordant de Rencontres du Troisième Type, clin d’œil sonore et visuel à E.T., aviateur fou façon Belushi dans 1941) et aux films de SF, ces séries B aux titres improbables, des années 50 et 60. Cette époque où la paranoïa de la guerre froide et la crainte du progrès scientifique (notamment nucléaire et génétique) ont inspiré des films de légumes mutants et d’insectes géants, d’aliens fantasmés et de zombies symboliques.

Monstres contre Aliens vient de là. Il puise son délire visuel, son histoire fantastique et ses personnages déviants de ces navets cultes. Les auteurs y ont superposé une histoire dans l’air du temps : une jeune femme va se marier, mais grâce à une météorite va retarder son « Oui » à l’homme de sa vie. Ca tombe bien, il ne semble pas fait pour elle… surtout après avoir changé Paris par Fresno comme lieu de la lune du miel.
Dans les années 50, la fin aurait été téléphonée : ils se marièrent et eurent de nombreux enfants (blonds). Dans les années 2000, le féminisme a grillé les politesses. Monstres contre Aliens, malgré son aspect kiss kiss bang bang, est un dessin animé essentiellement féminin puisque les mâles y sont ridiculisés, castrés, égoïstes, stupides, caricaturaux. C’est sans doute la véritable surprise du film.

Pour le reste, DreamWorks continue de progresser techniquement dans la 3D. On les savait doués pour les scènes d’action, désormais leurs hamburgers sont plus vrais que nature. Les réalisateurs se sont amusés avec la 3D, sans en abuser. C’en est même presque surprenant tant l’effet le plus « relief » se situe au début du film avec une balle qui va et vient sur une raquette. Côté scénario, l’histoire, sans être dévastatrice, suit les bons rails, et ironise sur les faucons de Washington (Docteur Follamour n’est pas loin).

Dans la dernière partie du film, l’humour absurde et délectable prend le dessus, avec quelques répliques irrésistibles. Car, après dix ans de concurrence avec Pixar/Disney, on s’aperçoit que le producteur Jeffrey Katzenberg a opté pour des films d’animations spectaculaires et déjantés, là où son rival parie sur l’émotion et les personnages. Monstres cntre Aliens doit ainsi faire confiance à la surenchère pyrotechnique et destructrice, oubliant, parfois, au passage, de prendre le temps de nous attaché à ce groupe sympathique de « freaks ». Mais ces Monstres existent, ont du potentiel (y compris en merchandising) et ils n’ont plus qu’à attendre la suite de leurs aventures…
 
vincy

 
 
 
 

haut