Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 30

 
Bécassine, le trésor Viking


France / 2001

12.12.01
 



BECASSINE, C'EST MA COUSINE !!!





"- C'est à cause de la grosse en vert, elle est hyper balaize celle là !"

S'il y a tout d'abord un mérite qu'on pourra accorder à l'équipe d'Ellipsanime, c'est d'avoir conscience du riche potentiel que renferme notre patrimoine culturel national souvent ignoré, souffrant d'un complexe par rapport à la concurence internationale ou trop balisé par les références encombrantes que sont Tintin et Astérix. Faire entrer Bécassine dans le XXI ème siècle, cela pourrait sembler absurde au premier abord. Le personnage est daté historiquement par sa condition sociale même et l'époque à laquelle il évolua. Bécassine, c'est la France des premiers congés payés, une anti-héroïne qui fut un support pour toute une communication sociale, voir même de propagande durant la guerre. Dépassée ? Ce serait oublier qu'elle fut aussi le symbole de l'émergence d'une nouvelle conception d'éducation libérale; l'anticipation de la femme active et émancipée du rôle dans lequel elle était confinée, alors qu'elle n'était pas même encore en position d'exprimer ses convictions politiques. Sans la placer comme l'étendard revendicatif du MLF, elle peut dégager un parfum d'avant-guarde, plus dans le prolongement de la France moderne des années progressistes Cinquième République que du modèle figé "travail, famille, patrie" réactionnaire. C'est donc un compromis intéressant auquel ce sont tenus les créateurs du long métrage pour ne pas trahir l'oeuvre originale. Evitant le choc générationnel trop violent avec le contemporain, ils ont choisi d'évoquer de façon libre les années 50-60, plus fraiches dans la mémoire des parents des jeunes enfants d'aujourd'hui. Au carrefour de multiples références. Le jardin de Loulotte n'est pas s'en rappeler celui de Mon oncle de Tati, le Paris du film l'esprit de Doisneau, le rythme des péripéties la dynamique et la naïveté des Tribulations d'un chinois en Chine de De Broca… Bref, une certaine nostalgie des plus agréables souffle sur ce cartoon qui s'il touchera assurément les parents, ne trainera pas les enfants dans la naphtaline pour autant.
Les créatifs ont planché dur pour mettre en place un graphisme plaisant et actuel, délaissant l'univers aquarellé d'origine pour prévilégier une mise en couleur attractive sans être agressive. La trame de l'histoire des plus mouvementée soutiendra l'attention des tous petits et sait rester très accessible. La réalisation ne peut cependant pas éviter certains écueils. Le rythme échevelé du récit se heurte à ses limites et ne permet pas toujours aux personnages de trouver une réelle existence à l'écran. Bécassine reste un faire valoir, abonnée aux impairs parfois plus maladroits et systématiques que véritablement inspirés et source de rires (les enfants semblent peu réactifs à la vision du film). Misant tout sur le ressort comique, c'est pourtant dans les scènes sentimentales (touchant flashback sur l'enfance de Loulotte, personnages plus nuancés des parents de Charlotte) que les auteurs réussissent à trouver une véritable dimension. Le reste tend hélas à devenir trop vite anecdotique et mécanique et un peu digne du pire du Gendarme à St Tropez. Ce manque d'ambition pénalisant dans le slapstick est d'autant plus regrettable que d'autres aspects du film font preuve d'une grande inspiration. Les choix musicaux notamment, hommages divers et réussis aux yéyé, Gainsbourg en tête.

En cette période de fête, on recommandera tout de même ce divertissant dessin animé. Sa tâche ne sera pas facile pour s'imposer vis à vis du chapeauté et ultra médiatisé Harry Potter. Bécassine reste cependant plus adapté aux plus jeunes que le dernier Disney (Atlantide). Après les succès Kirikou, on sait que le cartoon français peut espérer trouver son public en France. Sans compter que l'aspect très cartes postales des aventures de la nounou ouvre grandement les portes de l'exportation, surfant sur la vague d'engouement international pour le Paris intemporel et idéal d'Amélie.
 
petsss

 
 
 
 

haut