Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Blood simple (Sang pour sang)


USA / 1984

01.85
 



ECHANTILLON DECENT





Blood Simple est un film magnifique, un polar noir, très noir inspiré des œuvres de Raymond Chandler et James Mc Bain, le récit d’un engrenage fatal menant à la violence et au crime, une simple histoire d’adultère qui se transforme en bain de sang.
Le premier film des frères Coen est un coup de maître, abordant déjà des thèmes omniprésents dans leurs œuvres futures : l’argent qui pousse au crime, le petit grain de sable qui fait déraper l’histoire dans la folie et la violence.
Non seulement le scénario est pour les amoureux de polar un vrai plaisir, mais la réalisation magnifie l’histoire, lui donnant des airs de tragédie antique. Le jeu sur la lumière, la photographie remarquable de Barry Sonnenfeld (futur réalisateur de La Famille Adams et Men In Black) contribuent à créer cette ambiance crépusculaire. Les acteurs aux visages fatigués sont dépassés par les évènements, ne réagissant qu’instinctivement. Sans dévoiler l’histoire, rarement un meurtre n’aura été si douloureux, si difficile. Les critiques américains avait comparé à la sortie initiale du film les frères Coen à Hitchcock. Il est vrai que rarement la violence n’avait été aussi terrifiante, jamais le suspense aussi brillamment mis en scène depuis les films du maître anglais. Chaque détail est important, chaque plan recèle une part de vérité.
En plus d’être de remarquables scénaristes et d’excellents réalisateurs, les frères Coen sont de grands directeurs d’acteurs. Les comédiens, John Getz et Dan Hedaya en tête sont exceptionnels et interprètent à merveille des personnages marqués, désabusés, en proie au doute. Et puis, dans Blood Simple, il y a déjà la touche Coen Brother, cette distance ironique, cet humour noir si grinçant. Par des travelling virtuoses au dessus d’un pochetron dans un bar ou sur les chaussures de Meurice, par la gouaille et les réflexions du détective privé, ils parviennent à arracher de nombreux rires à nous, spectateurs qui avons pourtant la gorge noué par le suspense.
Blood Simple est donc le polar de l’été, peut-être même de l’année. Comme tout chef d’œuvre, il n’a pas pris une ride et sa ressortie n’est à manquer sous aucun prétexte tant le style, la réalisation trouvent un écho supplémentaire sur grand écran.
Il annonçait le génie des frères Coen qui signeront avec Miller’s Crossing et Fargo, deux nouveaux films noirs magnifiques. A part John Dahl (Red Rock West, Kill Me Again), personne n’a réussi comme eux des polars à l’ancienne ces vingt dernières années.
 
yannick

 
 
 
 

haut