Damien Chazelle retrouve Ryan Gosling pour un biopic bipolaire: First Man est à la fois un drame intime et un ballet spatial. Immersif dans les étoiles et intériorisé sur terre, le film démontre une ambition cinématographique à l'écart du formatage hollywoodien.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Blood simple (Sang pour sang)


USA / 1984

01.85
 



ECHANTILLON DECENT





Blood Simple est un film magnifique, un polar noir, très noir inspiré des œuvres de Raymond Chandler et James Mc Bain, le récit d’un engrenage fatal menant à la violence et au crime, une simple histoire d’adultère qui se transforme en bain de sang.
Le premier film des frères Coen est un coup de maître, abordant déjà des thèmes omniprésents dans leurs œuvres futures : l’argent qui pousse au crime, le petit grain de sable qui fait déraper l’histoire dans la folie et la violence.
Non seulement le scénario est pour les amoureux de polar un vrai plaisir, mais la réalisation magnifie l’histoire, lui donnant des airs de tragédie antique. Le jeu sur la lumière, la photographie remarquable de Barry Sonnenfeld (futur réalisateur de La Famille Adams et Men In Black) contribuent à créer cette ambiance crépusculaire. Les acteurs aux visages fatigués sont dépassés par les évènements, ne réagissant qu’instinctivement. Sans dévoiler l’histoire, rarement un meurtre n’aura été si douloureux, si difficile. Les critiques américains avait comparé à la sortie initiale du film les frères Coen à Hitchcock. Il est vrai que rarement la violence n’avait été aussi terrifiante, jamais le suspense aussi brillamment mis en scène depuis les films du maître anglais. Chaque détail est important, chaque plan recèle une part de vérité.
En plus d’être de remarquables scénaristes et d’excellents réalisateurs, les frères Coen sont de grands directeurs d’acteurs. Les comédiens, John Getz et Dan Hedaya en tête sont exceptionnels et interprètent à merveille des personnages marqués, désabusés, en proie au doute. Et puis, dans Blood Simple, il y a déjà la touche Coen Brother, cette distance ironique, cet humour noir si grinçant. Par des travelling virtuoses au dessus d’un pochetron dans un bar ou sur les chaussures de Meurice, par la gouaille et les réflexions du détective privé, ils parviennent à arracher de nombreux rires à nous, spectateurs qui avons pourtant la gorge noué par le suspense.
Blood Simple est donc le polar de l’été, peut-être même de l’année. Comme tout chef d’œuvre, il n’a pas pris une ride et sa ressortie n’est à manquer sous aucun prétexte tant le style, la réalisation trouvent un écho supplémentaire sur grand écran.
Il annonçait le génie des frères Coen qui signeront avec Miller’s Crossing et Fargo, deux nouveaux films noirs magnifiques. A part John Dahl (Red Rock West, Kill Me Again), personne n’a réussi comme eux des polars à l’ancienne ces vingt dernières années.
 
yannick

 
 
 
 

haut