M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Blood simple (Sang pour sang)


USA / 1984

01.85
 



ECHANTILLON DECENT





Blood Simple est un film magnifique, un polar noir, très noir inspiré des œuvres de Raymond Chandler et James Mc Bain, le récit d’un engrenage fatal menant à la violence et au crime, une simple histoire d’adultère qui se transforme en bain de sang.
Le premier film des frères Coen est un coup de maître, abordant déjà des thèmes omniprésents dans leurs œuvres futures : l’argent qui pousse au crime, le petit grain de sable qui fait déraper l’histoire dans la folie et la violence.
Non seulement le scénario est pour les amoureux de polar un vrai plaisir, mais la réalisation magnifie l’histoire, lui donnant des airs de tragédie antique. Le jeu sur la lumière, la photographie remarquable de Barry Sonnenfeld (futur réalisateur de La Famille Adams et Men In Black) contribuent à créer cette ambiance crépusculaire. Les acteurs aux visages fatigués sont dépassés par les évènements, ne réagissant qu’instinctivement. Sans dévoiler l’histoire, rarement un meurtre n’aura été si douloureux, si difficile. Les critiques américains avait comparé à la sortie initiale du film les frères Coen à Hitchcock. Il est vrai que rarement la violence n’avait été aussi terrifiante, jamais le suspense aussi brillamment mis en scène depuis les films du maître anglais. Chaque détail est important, chaque plan recèle une part de vérité.
En plus d’être de remarquables scénaristes et d’excellents réalisateurs, les frères Coen sont de grands directeurs d’acteurs. Les comédiens, John Getz et Dan Hedaya en tête sont exceptionnels et interprètent à merveille des personnages marqués, désabusés, en proie au doute. Et puis, dans Blood Simple, il y a déjà la touche Coen Brother, cette distance ironique, cet humour noir si grinçant. Par des travelling virtuoses au dessus d’un pochetron dans un bar ou sur les chaussures de Meurice, par la gouaille et les réflexions du détective privé, ils parviennent à arracher de nombreux rires à nous, spectateurs qui avons pourtant la gorge noué par le suspense.
Blood Simple est donc le polar de l’été, peut-être même de l’année. Comme tout chef d’œuvre, il n’a pas pris une ride et sa ressortie n’est à manquer sous aucun prétexte tant le style, la réalisation trouvent un écho supplémentaire sur grand écran.
Il annonçait le génie des frères Coen qui signeront avec Miller’s Crossing et Fargo, deux nouveaux films noirs magnifiques. A part John Dahl (Red Rock West, Kill Me Again), personne n’a réussi comme eux des polars à l’ancienne ces vingt dernières années.
 
yannick

 
 
 
 

haut