Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 32

 
Hot Fuzz


Grande Bretagne / 2007

18.07.2007
 



Y-A-T'IL UN FLIC POUR SAUVER LE FILM D'ACTION?





Hot fuzz ou « chauds poulets ». Les créateurs de Shaun of the dead, parodie de film de zombies, revisitent pour leur deuxième film le mythe du superflic, du genre Die Hard, L'Arme fatale ou Police Fédérale Los Angeles. Deux références majeures sont clairement revendiquées : Bad Boys II et Point Break. Deux nanars testostéroné que Danny Butterman (Nick Frost), le flic rondouillard, vénère par-dessus tout. Lui aussi veut lever son flingue au ciel et tirer en gueulant, pour épater la galerie. Ou ponctuer ses hauts faits d'armes par des répliques brillantes du type « maintenant, finie la récré » ou le magnifique « Par le pouvoir du crâne ancestral ».

Mais son admiration béate trouve un autre modèle, plus réel, lorsque Nicholas Angel (Simon Pegg, excellent), superflic de Londres, est muté à Sandford, devenant son coéquipier. La charte de l'action movie est respectée : voilà un duo bien mal assorti qui va devoir faire corps pour combattre les méchants. Angel est une caricature de flic intègre, tellement bon que ses collègues londoniens, à qui il faisait de l'ombre, ont préféré le débarquer à la campagne. Hyper zélé, toujours en service, imperturbable. A la limite de la folie. Et donc très drôle.

Ce qui est amusant au début, c'est la volonté désespérée du « good cop » à trouver, coûte que coûte, un délit quelque part. Faire du chiffre pour faire du chiffre, pas facile quand la seule infraction du village est une bande de jeunes buvant une bière alors qu'ils sont mineurs. Heureusement pour lui, Sandford n'est pas aussi paisible qu'elle peut le laisser paraître. Des accidents (meurtres ?) très très suspects (si gores qu'ils en sont hilarants) viennent titiller le flair de l'intraitable Angel. La traque peut commencer.

Après cette première partie estampillée « un étranger arrive en ville », très western, le film bascule dans le grand guignol délirant, à base de courses de voitures, explosions et kalashnikovs. Sortez le pop corn. L'humour se fait plus gras. Le réalisateur a bien compris qu'une bonne parodie ne fonctionne que lorsqu'elle respecte le genre qu'elle détourne. Mais sa vacuité peut aussi en faire un exercice trop facile pour le cinéphile. Ici, le tandem de flics est attachant, et les seconds rôles soignés. Et tout cela avec l'accent british, ce qui ne gâche rien. Contrat rempli pour une série ZZ.
 
Eric

 
 
 
 

haut