Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Affaire de famille


France / 2008

04.06.2008
 



FAMILY BUSINESS





“- C’est ça, joue-la nous pathos.
- Tu me traites pas de thos ! T’as compris ?”


Comme le récent Angles d’attaques, Affaire de famille joue sur la pluralité des points des vue. D’ailleurs, comme Angles d’attaques, il s’achève sur une narration classique. Ce type de construction a un avantage certain. Décliner la même histoire sous plusieurs regards différents (ici, trois) permet d’organiser un maximum de rebondissements sans avoir à donner dans la surenchère évènementielle. Surtout quand il s’agit de tester les rapports de confiance entre membres d’une même famille, terreau inépuisable des malentendus et des non-dits qui font mal.
Ce premier film de Claus Drexel exploite de façon cohérente ce procédé narratif sans toutefois livrer quoique ce soit de génial ni même de véritablement original. Déjà, s’il évite les répétitions, il n’y parvient qu’à grand renfort d’ellipses temporelles qui nuisent considérablement à la fluidité du récit. Ensuite, il souffre de ses effets de révélations convenus et prévisibles, point fort regrettable pour un polar. Si le film demeure malgré tout agréable à regarder, c’est en grande partie grâce à son côté comédie noire et à ses comédiens. Dussollier, pourtant en sous-régime, apporte quand même sa cote de sympathie. Et, surtout, Miou-Miou offre une prestation épatante en bourgeoise étriquée et un tantinet naïve. Le film mise beaucoup sur l’insolite avec des décors kitchissimes et une ambiance musicale adéquate (mais dont l’omniprésence finit toutefois par agacer).
Les personnages typés sont identifiables par leurs obsessions et tics, lesquels sont incarnés par des objets. A chaque personnage son attribut : un ballon de foot décoratif, une boîte de chocolats, une paire de rollers, un peigne, un couteau. Ces objets donnent lieu à de bons moments de drôlerie (comme la scène où Eric Caravaca produit quelques notes de musiques avec les dents de son peigne métallique) mais le tout manque d’audace, de folie. La mise en scène aurait gagné à être aussi farfelue que son sujet. On est loin des ambiances délirantes de Caro & Jeunet et on ne peut que le regretter. Tiède à tous les niveaux, Affaire de famille aurait tout aussi bien pu se contenter de passer directement à la télévision. Cela aurait fait un téléfilm brillant pour une première partie de soirée. Là, il manque l'essentiel de ce qui fait le cinéma : une forme d'irréalisme qui nous emporterait dans l'absurdité des situations, écrites mais pas filmées.
 
Karine

 
 
 
 

haut