Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 220

 
Sword of the Stranger (Sutorejia: Mukô hadan)


Japon / 2009

27.05.2009
 



EPEES EPIQUES





"Je l'aurai"

Sword of the Stranger est un chambara (un wu xia pian en chinois, un film de sabre ). L’histoire se déroule durant l’époque Sengoku, l' époque des Provinces en Guerre, une période d'instabilité politique où les seigneurs faisait régner la loi du plus fort et où les trahisons étaient quotidiennes. C’est aussi une période où les relations - notamment commerciales- avec la Chine, s'intensifient .

Andô nous conte une belle histoire d'amitié mâtinée de combats. Le scénario - original - reprend les codes des films de samouraïs et mais fait référence aux westerns occidentaux. Ainsi, le personnage de Sans-Nom a des airs de Clint Eastwood . Il semble blasé, parle peu, est un brin antipathique et tue sans émotion à la manière d'un Dirty Harry. De son côté, Luo-Lang évoque par son physique le cowboy américain mais aussi les guerriers de la mythologie gréco-latine - ou les chevaliers - pour qui l'honneur et les combats comptent plus que la vie et les considérations géopolitiques. Sans-Nom est selon lui l’adversaire idéal, et on sent un mélange d'admiration et de sadisme dans le combat final (voire des illusions homo-érotiques avec leur sabre). Sans- nom et Luo-Lang sont des vieux de la vieille : il combattent à l'épée et sont tous les deux surpris par l'ajout du pistolet aux combats. Luo-Lang préfère ainsi trancher les deux bras de son infatigable et vieux chef, prêt à abattre Sans-Nom avec un fusil, pour pouvoir le combattre à l'ancienne, au sabre. Scène violente, choquante, mais qui fait rire (jaune , diront certains) avec les commentaires de Luo-Lang et du vieux chinois à la recherche de la vie éternelle.

La violence est réaliste mais ne constitue pas l'essentiel du récit : Avec cette routine précisément décrite, les personnages sont vraiment incarnés. La psychologie et les gestes réalistes contribuent à en faire un destin animé plus qu'un simple dessin animé.
On en prend donc plein les yeux dans les scènes d'actions (les âmes sensibles les fermeront peut-être),et on se régale dans les scènes plus contemplatives. Andô affirme d'ailleurs que son film est à voir plusieurs fois pour saisir certains détails et on le croit volontiers ce virtuose de l'animation. Prenons par exemple la scène du duel final sous la neige : c'est spectaculaire, vertigineux, virevoltant, d'une rapidité à couper le souffle. En 2D artisanale.
Ce perfectionnisme dans l'image se trouve aussi dans la bande son, jusque dans la langue. Dans un souci d'exactitude, les personnages parlent chinois.
De quoi prendre la relève d'un Miyazaki?
 
claire

 
 
 
 

haut