C'est reparti pour le casse de l'année, avec cette fois Debbie Ocean (sœur de) aux manettes ! C'est clairement son beau casting féminin qui fait le charme de cet Ocean's 8 qui réunit Sandra Bullock, Anne Hathaway, Cate Blanchett ou encore Rihanna.



3 jours à Quiberon
7 minuti
Comment tuer ma mère
Désobéissance
Filles du feu
Hérédité
Kaala
Le cercle littéraire de Guernesey
Madame Fang
Midnight sun
Ocean's 8
Pororoca, pas un jour ne passe
Sicilian Ghost Story
Voyage en pleine conscience



L'île aux chiens
La route sauvage
Deadpool 2
En guerre
Senses



Pierre Lapin
La mort de Staline
Red Sparrow
Kings
Taxi 5
Place publique
Game Night
Avengers : Infinity War
Comme des garçons
Une femme heureuse
Cornelius, le meunier hurlant
Daphne
Everybody knows
Gringo
Gueule d'ange
L'homme qui tua Don Quichotte
La révolution silencieuse
Manifesto
Plaire, aimer et courir vite
Rampage - Hors de contrôle
Solo: A Star Wars Story
Mon Ket
Une année polaire
Opération Beyrouth
L'extraordinaire voyage du Fakir
3 jours à Quiberon
Hedy Lamarr: From Extase to Wifi
Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
The Cakemaker






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 48

 
Sword of the Stranger (Sutorejia: Mukô hadan)


Japon / 2009

27.05.2009
 



EPEES EPIQUES





"Je l'aurai"

Sword of the Stranger est un chambara (un wu xia pian en chinois, un film de sabre ). L’histoire se déroule durant l’époque Sengoku, l' époque des Provinces en Guerre, une période d'instabilité politique où les seigneurs faisait régner la loi du plus fort et où les trahisons étaient quotidiennes. C’est aussi une période où les relations - notamment commerciales- avec la Chine, s'intensifient .

Andô nous conte une belle histoire d'amitié mâtinée de combats. Le scénario - original - reprend les codes des films de samouraïs et mais fait référence aux westerns occidentaux. Ainsi, le personnage de Sans-Nom a des airs de Clint Eastwood . Il semble blasé, parle peu, est un brin antipathique et tue sans émotion à la manière d'un Dirty Harry. De son côté, Luo-Lang évoque par son physique le cowboy américain mais aussi les guerriers de la mythologie gréco-latine - ou les chevaliers - pour qui l'honneur et les combats comptent plus que la vie et les considérations géopolitiques. Sans-Nom est selon lui l’adversaire idéal, et on sent un mélange d'admiration et de sadisme dans le combat final (voire des illusions homo-érotiques avec leur sabre). Sans- nom et Luo-Lang sont des vieux de la vieille : il combattent à l'épée et sont tous les deux surpris par l'ajout du pistolet aux combats. Luo-Lang préfère ainsi trancher les deux bras de son infatigable et vieux chef, prêt à abattre Sans-Nom avec un fusil, pour pouvoir le combattre à l'ancienne, au sabre. Scène violente, choquante, mais qui fait rire (jaune , diront certains) avec les commentaires de Luo-Lang et du vieux chinois à la recherche de la vie éternelle.

La violence est réaliste mais ne constitue pas l'essentiel du récit : Avec cette routine précisément décrite, les personnages sont vraiment incarnés. La psychologie et les gestes réalistes contribuent à en faire un destin animé plus qu'un simple dessin animé.
On en prend donc plein les yeux dans les scènes d'actions (les âmes sensibles les fermeront peut-être),et on se régale dans les scènes plus contemplatives. Andô affirme d'ailleurs que son film est à voir plusieurs fois pour saisir certains détails et on le croit volontiers ce virtuose de l'animation. Prenons par exemple la scène du duel final sous la neige : c'est spectaculaire, vertigineux, virevoltant, d'une rapidité à couper le souffle. En 2D artisanale.
Ce perfectionnisme dans l'image se trouve aussi dans la bande son, jusque dans la langue. Dans un souci d'exactitude, les personnages parlent chinois.
De quoi prendre la relève d'un Miyazaki?
 
claire

 
 
 
 

haut