Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Un pays qui se tient sage
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 125

 
Life during Wartime


USA / 2009

28.04.2010
 



I’M NOT THERE





« - C’est bon d’être avec quelqu’un de… normal.
- pas avec un tordu…
- ou pervers.
»

Voici une bonne dose de vitamine acidulée. Life during Wartime est une de ces chroniques décalées, à la fois ensoleillée et pleine de détresse, profondément humaine et cynique à souhait, comme Todd Solondz sait si bien les écrire. Il s’agit certainement de l’un de ses films les plus aboutis.
Cette famille déglinguée par ses secrets et ses silences, ses égoïsmes et ses visions du monde radicalement antagonistes peut aussi bien attrister que faire rire. Dès la première scène, les sarcasmes des dialogues se mélangent aux paradoxes de la situation. Une femme, petit oiseau, Joy, bien mal nommée, pleure en se disant heureuse. Non dits et révélations vont la faire craquer, subtilement. Ses névroses s’ajoutent aux péchés de son compagnon, révélés en creux. Le cadrage est sobre, se reposant entièrement sur les acteurs. Les crimes semblent abominables et pourtant règnent une atmosphère douce, calfeutrée, amoureuse.

Solondz manie parfaitement ces contradictions entre l’image et le propos, avec un cadrage très épuré et des mots très crus. Ce décalage produit des scènes parfois très fortes en émotion ou au contraire, cocasses. La franchise s’avère souvent le meilleur déclencheur de rires dns une séquence partie pour être dramatique ou romantique. Ces portraits de personnes esseulées, combattant chacune leurs démons, essayant de renoncer à leurs pulsions, incapables de communiquer pour transmettre leur malaise, apeurées par l’échec n’empêchent pas une tendresse palpable tout au long du film.

Mais Solondz n’a rien perdu de son sens de la provocation. Hilarante scène où une mère raconte à son pré-ado de fils, le candide au QI élevé, qu’elle a mouillé quand son courtisan lui a effleuré le coude. Loin du politiquement correct, les petites horreurs d’humains très faillibles flirtent avec l’absurde.
La guerre est ici familiale, et les obus ne sont que petites humiliations et grandes perversions. Les apparences glaciales font place à une cruauté insidieuse et brisent les cœurs fragiles. Mensonges, trahisons, lâchetés se cumulent avec des histoires de suicides, pédophilie, hypocrisies. Le réalisateur maquille tout ça d’un vernis judéo-chrétien et freudien pour mieux s’en moquer : le pardon, l’oubli, la reconstruction. Il déclare sa guerre à la civilisation américaine, moribonde, décadente, désagrégée. Comme le récit est fragmenté. Une Amérique maudite, à l’instar de cette famille déjà fantomatique. « Les gens n’y peuvent rien s’ils sont des monstres. »
 
vincy

 
 
 
 

haut