Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
True Grit


USA / 2010

23.02.2011
 



A CRAN





"Les gens ne croient pas qu'une fille de quatorze ans puisse quitter sa maison pour aller venger la mort de son père en plein hiver."

Les frères Coen avaient envie de réaliser un western, et considéraient que No country for old men n'en était pas rigoureusement un. D'où l'idée d'adapter le roman de Charles Portis, culte aux Etats-Unis, qui raconte non sans humour le combat effréné d'une adolescente à la répartie acide pour punir l'homme qui a tué son père. D'emblée, on voit bien ce qui a pu séduire les frères Coen dans cette histoire rocambolesque de vengeance mais aussi de découverte et d'initiation. Les deux personnages masculins ont ce petit quelque chose que l'on retrouve à des degrés divers dans la plupart de leurs films : ce sont des êtres solitaires et presque marginaux, mi losers magnifiques, mi farfelus irrécupérables. Ils sont entourés d'une brochette de seconds rôles truculents, souvent inventés par les réalisateurs, comme le croque-mort et sa drôle de manière de parler ou le dentiste ambulant, amateur de cadavres frais. Ils sont d'autant plus décalés qu'on les découvre tels que les voit Mattie. Or, cette dernière porte un regard souvent caustique sur cet univers foncièrement masculin dont au fond elle méconnaît toutes les règles.

Pour les réalisateurs, c'est comme une manière de se réapproprier le genre du western en en déconstruisant une partie des codes et notamment le manichéisme un peu simpliste. On sent que les "gentils" pourraient facilement basculer de l'autre côté comme les allusions au passé trouble de Rooster le laissent penser. A l'inverse, les "méchants" ne sont pas si terribles. Ned Pepper se montre même plutôt humain. Ce sont plus les circonstances que leur nature qui ont poussé chacun des personnages à embrasser la carrière qui est la sienne.

Ce qui persiste malgré tout du western traditionnel, en plus de l'époque et du "décor", c'est la notion de "virilité" qui s'immisce dans la moindre relation sociale. Le film insiste ainsi sur la rivalité entre les deux policiers aux méthodes rigoureusement opposées. A travers ces deux personnages se rejoue la guerre de Sécession (chacun estimant que l'autre a combattu dans un bataillon "honteux") et c'est comme si deux pans d'une Amérique à peine réconciliée rejouaient le match à plus petite échelle. Si ce n'est, bien sûr, que leur opposition tourne à la chamaillerie puérile et presque grotesque. La 'Coen touch', encore et toujours... même si Charles Portis lui-même n'était guère tendre envers ses deux héros, utilisant Mattie comme arbitre.

Il fallait bien tous ces éléments pour donner un peu de chair et de profondeur à une intrigue sans cela relativement pauvre en action et rebondissements (les frères Coen en ont d'ailleurs supprimé certains, comme pour épurer la partie la plus ouvertement narrative). Et cela fonctionne, en partie grâce à un récit nerveux qui met en valeur dialogues enlevés et situations piquantes sans s'appesantir en explications inutiles. Certaines séquences surgissent au milieu de l'histoire comme autant de saynètes aux accents tantôt satiriques, tantôt édifiants. A travers ces chevauchées, ces camps de nuit et ces (rares) fusillades, c'est une partie de l'histoire du western qui défile sous nos yeux. On sent bien que l'intrigue ne compte pas tant que l'atmosphère et les interactions entre les êtres. Tout est d'ailleurs fait pour mettre en valeur la personnalité des personnages, incarnés par des acteurs en pleine forme. Jeff Bridges est une nouvelle fois irrésistible en baroudeur usé que rien ne peut pourtant atteindre. Même les plus petits rôles sont écrits avec ce sens du détail qui caractérise Joël et Ethan Coen.

Ample et riche en plans larges, la mise en scène évite l'imagerie spécial western. Les grands espaces sont là, mais l'on n'est pas dans une carte postale. Cela évite un lyrisme artificiel qui dénoterait avec la relative légèreté du ton. Car même si le film n'a rien d'optimiste (notamment dans son épilogue, particulièrement cynique, et dans sa vision assez sombre de l'existence), il se refuse aussi à toute dramatisation. Il n'est pas tant question d'honneur et de hauts faits glorieux que de la vie avec ce qu'elle a de plus hasardeux et ironique. Un jour on gagne, le suivant on perd, et parfois c'est les deux à la fois. Peut-être faut-il même connaître le goût de la défaite pour apprécier ensuite celui de la victoire, accepter de prendre des risques pour défendre ses convictions.

Pas très étonnant qu'avec tous ces ingrédients, True grit s'impose comme un divertissement populaire doublé d'une oeuvre cinématographique aboutie. Les Coen prouvent une nouvelle fois qu'ils excellent dans tous les genres et que définitivement, ils ont du cran.
 
MpM

 
 
 
 

haut