Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Les Voyages de Gulliver 3D (Gulliver s Travels)


USA / 2010

23.02.2011
 



Film suédé , naufrage et vraie galère...





"Je voulais un bracelet, pas une grosse bête poilue !"

Ce n'est pas la première fois que le livre de Jonathan Swift (écrit en 1721) est adapté sur les écrans (petit ou grand).

Mais cette fois-ci est peut-être celle de trop. En réalisant Les voyages de Gulliver sous la forme d'une comédie, Rob Letterman n'a pas forcément tiré le bon numéro. Tout cela à cause d'un scénario lourd et mal ficelé. L'histoire et le film paraissent au final longs et sans vraiment d'intérêt.

Une adaptation très libre voire carrément fantasque, au 21e siècle, pourquoi pas, mais avec des trucages et une réalisation réussis ! Ici on ne retient que les mésaventures de Gulliver (en fortement condensées, c'est à peine si on le voit aux prises avec les géants).

Seul avantage (?), la présence de Jack Black dans le rôle de Gulliver. Jack et son capital sympathie sauvent - un peu- le film grâce à ses pitreries et à sa performance. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il donne de sa personne et n'a pas peur du ridicule (il est même déguisé en petite fille par une géante). Il est tout simplement énorme ! Les fans de la première heure apprécieront donc ce côté grand enfant "geek" qui joue à la Guitar héro, fan de Star wars, et qui prend confiance en lui (parfois trop).

Certaines scènes passent (de justesse) et font sourire. Par exemple, lorsque Gulliver reprend une chanson du chanteur Prince ("Kiss") pour permettre à l'un de ses mini-amis, Horatio, de faire la cour à la princesse de Lilliput. La scène reste savoureuse, car ce Cyrano géant se cache derrière le château, sa voix est trop forte, et son discours peu adapté à la princesse royale. Et voilà qu' Horatio, qui parle un langage très châtié et emprunté, se retrouve à répéter des paroles "sexy" ! Autre bon moment, le home cinéma ou le baby foot humain. Horatio alias le comique Jason Segel (au demeurant bon acteur /scénariste) est totalement fade ici - c'est peut-être voulu, mais c'est dommage : son duo avec Black aurait pu être superbe .

D'une manière générale, Jack Black écrase, éclipse et phagocyte les autres acteurs (les belles Emily Blunt et Amanda Peet , les comiques Segel et Billy Connolly)... Mais qu'allaient-ils faire dans cette galère ? Black laisse éclater sa mégalomanie, est-ce pour imiter Gulliver ? Demi-dieu du film, on a l'impression qu'il fait ce qui lui plait. Tiens, si pour pallier au scénario, on finissait en chantant un bon vieux tube à la School of Rock? Mais pourquoi ces scènes pipi-caca : pluie de pisse pour éteindre un feu ou Lilliputien écrasé dans la raie des fesses de l'énorme bête (Jack Black) qui ne feront pas rire les spectateurs âgés de plus de 4 ans ?

Encore une fois, la 3D ne sert pas à grand chose. Les effets visuels ne sont pas aussi effarants qu'on aurait pu le penser : pour un film jouant sur les contrastes de taille, c'est un comble. Et surtout, ne cherchez pas d'allusions aux réflexions philosophiques de l'œuvre originale sur le pouvoir, l'humanité, la guerre... Elles sont restées dans le Triangle des Bermudes. Alors un conseil, (re)lisez l'œuvre de Swift qui vaut bien mieux que cette adaptation très lointaine.
 
Claire, Elodie

 
 
 
 

haut