Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
La fille du puisatier


France / 2011

20.04.2011
 



TON MALHEUR EST À MOI





« - C’est une déclaration d’amour ?
- Ou de faiblesse
».

Pagnol c’est toujours synonyme de cinéma populaire, avec son accent, ses bons sentiments, ses costumes d’époque et le soleil de Provence. La fille du Puisatier n’échappe pas à la règle. Dans la lignée du diptyque La gloire de mon père / le château de ma mère, Daniel Auteuil, dont c’est le premier film, réalise un téléfilm fastueux mais sans emphase autour d’une histoire de répudiation. Si le texte est toujours aussi beau, l’histoire paraît désuète, et ses enjeux dépassés.
On peut comprendre cependant l’envie d’Auteuil de mettre Pagnol en images. Cet enfant d’Avignon qui doit tant à son personnage d’Ugolin dans Jean de Florette et Manon des Sources (César, Emmanuelle Béart…) a pu se sentir en confiance pour faire ses premiers pas derrière la caméra. Ce n’est pas raté, on a vu largement pire, mais il n’y a aucune audace, aucune envolée, rien de spécifique ou de singulier.

La fille du puisatier a quand même quelques atouts non négligeables qui permettent d’être agréablement portés par certains moments. Auteuil (qui a les plus belles réparties et les scènes les plus fortes), Darroussin, Azéma et Duvauchelle sont impeccables chacun dans leurs rôles. Darroussin nous offre même la première bonne scène du film après un prologue fastidieux et longuet. Ce que l’on retient surtout de ce mélo sur fond de luttes des classes c’est … la musique. Alexandre Desplats signe une partition sublime, qui, même envahissante, permet de faire oublier la vacuité de certaines images naturalistes ou de séquences s’inspirant du Patient Anglais (sans l’ampleur). Desplats, avec justesse, donne du souffle, du drame, de la beauté avec sa douce symphonie envoûtante.

A l’inverse, Kad Merad est risible en gars du sud, jouant toujours le même rôle de benêt au grand cœur. Et surtout Astrid Bergès-Frisbey, nouvel espoir du cinéma français, sonne faux dès sa première phrase. Son jeu est maladroit. Elle ne parvient jamais à construire un personnage nuancé et intriguant. Elle fait cruche. Sa beauté n’est pas en question. Elle se fait juste bouffer tout cru par chacun de ses partenaires.

Dans ce marivaudage plein de manigances, où le malheur, l’honneur et l’amour sont une saïte trinité, la faconde de Pagnol aurait été valorisée par un peu plus de nervosité et de personnalité. En se reposant trop sur le texte et sur le jeu des comédiens, Auteuil a encore à prouver qu’il a l’étoffe d’un cinéaste.
 
vincy

 
 
 
 

haut