Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary
Effacer l'historique
Ema
Enorme
La daronne
Lux Æterna
Peninsula
Petit pays
Rocks
Tenet
Un pays qui se tient sage



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 27

 
Mes meilleures amies (Bridesmaids)


USA / 2011

10.08.2011
 



VERY GIRL TRIP





"Moi aussi, je me suis fait blanchir l’anus. Et tu sais quoi ? J’adore mon nouvel anus."

Une fois n’est pas coutume, Mes meilleures amies met en scène un personnage de super loser au féminin. Annie, anti-héroïne poissarde et maladroite, n’a rien à envier à ses équivalents mâles, certes plus fréquents au cinéma, mais certainement pas plus drôles. Au contraire, elle apporte un certain renouvellement au genre en exploitant la veine du "film de filles" et l’un de ses plus beaux spécimens, celui du film de mariage.

Sorte de pendant féminin à Very bad trip, Bridesmaid (son titre original) joue ainsi de tous les clichés propres à la comédie romantique : préparatifs de mariage, enterrement de vie de jeune fille, essayages… et les détourne à sa sauce. Cela donne quelques scènes de bravoure parfois trash, souvent en-dessous de la ceinture, qui n’hésitent pas à tourner en ridicule l’idéal romantique et rose bonbon des fiancées américaines. Les mœurs propres aux groupes de fille sont également bien observées, comme les crises d’hystérie collective, la jalousie délirante qui oppose les différentes amies de la mariée ou encore les conversations crues sur les préférences sexuelles masculines.

Paradoxalement, ce qui surprend, ce n’est pas la crudité des propos, mais plutôt la retenue que s’impose malgré tout le film, au-delà de ses apparences très libérées. Un peu à l’image de ses équivalents plus "masculins", Mes meilleures amies semble ne pas réussir à aller au bout de son désir de transgression. Comme s’il existait une frontière invisible entre les sujets dont on peut plaisanter (le sexe, les rituels romantiques) et ceux qui seraient intouchables (le mariage lui-même, l’amitié), frontière que les scénaristes se seraient efforcés de ne surtout pas dépasser. De ce fait, le film retombe régulièrement dans une intrigue plus convenue, dans laquelle le cheminement de l’héroïne ne diffère guère d’une comédie sentimentale classique. En jouant sur les deux tableaux, la production espère peut-être ratisser large et s’assurer malgré tout l’appréciation d’un public féminin plus fleur bleue, mais ce faisant, elle renonce à réaliser la grande comédie radicale grand public qui pousserait véritablement l’humour trash à son paroxysme.
 
mpm

 
 
 
 

haut