Avec Tolkien n'est pas seulement le récit de la jeunesse du célèbre écrivain, incarné par Nicholas Hoult. C'est aussi un assemblage des influences et inspirations qui ont conduit l'auteur à écrire la saga culte du Seigneur des anneaux.



Anna, un jour
Beaux-parents
Bernard Natan, le fantôme de la rue Francœur
Bunuel après l'âge d'or
Child's Play
Contre ton cœur
Dirty God
Le choc du futur
Le Daim
Les Frenchmen
Little
Nevada
Noureev
Porte sans clef
Silence
Tolkien



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir



Triple frontière
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Hunger Games


USA / 2012

21.03.2012
 



DU PAIN ET DES ENJEUX





"Si je dois mourir, je veux rester moi-même."

Hunger Games s’impose dès les scènes d’exposition comme un conte moderne glaçant opposant la belle société du Capitole, extravagante et bigarrée telle la cour de Versailles, aux "districts", ces ghettos ouvriers où règnent des degrés divers de pauvreté et de détresse. Au centre de l’intrigue, des "jeux de la faim" qui permettent au pouvoir central de garder un contrôle absolu sur son peuple (lui faisant éternellement expier le pêché impardonnable de s’être rebellé) tout en maintenant un climat d’angoisse mêlée d’entertainment. Le principal complice de cette autorité liberticide est en effet la télévision, qui surmédiatise les jeux, transformant un principe barbare (des adolescents qui s’entretuent sans raison) en spectacle viril et ludique.

On le comprend, ce qui est présenté comme le "nouveau phénomène adolescent", (comprendre grosse source de profits dans la lignée d’Harry Potter ou de Twilight) s’avère une dystopie plutôt noire doublée d’une critique sociale et médiatique à la fois violente et cynique. Mais attention, pas question de mettre les pieds dans le plat en laissant le propos politique prendre le pas sur le divertissement. On est face à une intrigue assez classique de parcours initiatique et sentimental, où les aspects les plus fâcheux (autoritarisme, lutte des classes, exploitation des travailleurs, misère sociale, cruauté des puissants…) ne sont jamais soulignés. Gary Ross fait appel à l’intelligence du spectateur qui doit lui-même tirer les conclusions de l’arrière-plan du récit, ou de répliques en apparence anodines. C’est malin (le film reste policé et consensuel) et ça évite un certain didactisme pompier.

D’autant que les parallèles dressés entre la société futuriste et la nôtre sont transparents, et ne manquent pas d’interroger cruellement notre bonne conscience. Ainsi, les guerres en Irak et en Afghanistan ne sont pas loin, où des milliers de jeunes Américains se sont engagés pour toucher un salaire et rêver à un avenir meilleur, et n’ont trouvé que la mort, ou le cauchemar éveillé d’un conflit absurde et sans fin. Même chose pour la division drastique du travail entre ceux qui produisent (mineurs, agriculteurs…) et ceux qui profitent (les riches oisifs du Capitole)

KOH LANTA TRASH

Mais le plus flagrant, c’est la transformation des "Hunger games" en émission de téléréalité retransmise sur écran géant, entretenant l’espoir des spectateurs, leur "fierté régionale" et leur compassion, mais surtout leur voyeurisme. Car dans ce jeu décadent, ce sont des adolescents, et donc le symbole d’un avenir meilleur, qui sont sacrifiés sur l’autel de la cohésion nationale. Comme dans une sorte de Koh Lanta trash, chacun lutte pour sa survie, mais les chances ne sont pas égales. Les rebondissements sont scénarisés, l’organisation intervient en changeant les règles en cours de route, des "sponsors" permettent aux plus populaires d’être avantagés… Tout est fait dans un but d’émotion immédiate et de spectacle le plus émouvant possible. Quitte à ce que chaque affrontement s’achève dans un bain de sang.

Des bains de sang qui restent toutefois majoritairement hors champ, dans un refus assez net de montrer des images chocs. Gary Ross utilise en effet divers stratagèmes pour limiter la violence physique présente à l’écran, notamment en s’imposant un montage très découpé, presque onirique, et en évacuant le son réel pour adoucir les séquences les plus dures. Bien sûr, cela s’explique en partie par la contrainte économique imposée par la production : en aucun cas le film ne pouvait se permettre une interdiction lors de sa sortie en salles. Mais surtout, le cinéaste a sans doute voulu éviter le piège de ce qu’il dénonce : à savoir devenir lui-même le pourvoyeur d’un programme ultra-violent flattant le voyeurisme du spectateur. Autant le récit est calqué durant toute la seconde partie sur celui d’une émission de télé réalité traditionnelle (un show devant sans cesse relancer l’attention du spectateur et jouer un rôle de catharsis), autant il s’interdit de fournir des contenus trop visuellement explicites. L’horreur et la cruauté sont donc reléguées au niveau symbolique, transformées en une épreuve psychologique tout aussi insupportable et efficace, mais plus facile à tenir à distance.

PARI TENU

C’est vrai, à titre purement cinéphile, on aurait préféré une adaptation plus sombre et plus "adulte", qui recrée un univers moins superficiel et plus dense. Car à plusieurs reprises, on déplore derrière le vernis post-apocalyptique des facilités de scénario et même des tentations de bons sentiments. Mais on ne peut enlever à Gary Ross de réussir une œuvre captivante qui tient son pari (s’adresser à un public familial) et laisse la suite complètement ouverte. Par ailleurs, le choix de Jennifer Lawrence s’avère excellent tant la jeune actrice a exactement ce qu’il faut de dureté combative et de douceur rentrée pour donner une certaine complexité au personnage de Katniss Everdeen.

Quant à savoir ce que deviendra la saga, c’est probablement le film suivant qui en décidera. Quoi qu’il en soit, on est tellement heureux de voir une œuvre "pour adolescents" aborder intelligemment des questions actuelles primordiales qu’on souhaite à ce premier volet de ne pas démériter au box-office. En effet, qui sait, peut-être un premier succès donnera-t-il suffisamment de crédit à l’aventure pour oser une suite plus grave et plus profonde, permettant ainsi à Hunger games de rivaliser avec les plus grandes franchises… tout en continuant à propager quelques idées salutaires sur la désobéissance civique et le refus de l’injustice.
 
MpM

 
 
 
 

haut