Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde. sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | istanbul escort | sex toys | vibrators



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 25

 
Les adieux à la reine


France / 2012

21.03.2012
 



VICES ET VERSAILLES





« - Avez-vous déjà été attirée par une femme au point de souffrir horriblement de son absence ? »

Dans Les Adieux à la reine, Benoit Jaquot filme les coulisses d’une royauté à l’agonie à travers le regard de ses serviteurs et plus précisément de ses servantes, brodeuses, habilleuses, dames de compagnie… L’idée semble pleine d’intérêt et plutôt originale. En effet, la prise de la Bastille et la chute de Louis XVI ont souvent été vues à travers les yeux du roi ou bien de ceux du peuple de Paris mais ont très rarement été présentés par le biais des serviteurs de Versailles et encore moins par celui des femmes.
Les rumeurs circulent. Le peuple se serait soulevé, révolté mais que croire réellement ? Où réside la vérité ? Benoit Jacquot suit Léa Seydoux, jeune lectrice complètement dévouée à sa reine, Marie-Antoinette, qui refuse d’admettre la réalité et de quitter celle pour qui elle vit.
Le rythme se veut un mélange de langueur (quand les nobles quittent le château, ils prennent le temps de remplir leurs malles, de s’apprêter…) et de tension où chacun s’agite au milieu de la nuit, pris de panique. Mais l’effet est étrange et donne au film une lenteur presque assommante. Les personnages ne sont pas attachants, parfois même un brin agaçant et tout sonne faux, du roi (un Xavier Beauvois étrange) qui ne semble en être un (c'était sans doute son problème) à la reine qui en fait trop, en passant par Sidonie qui, à vouloir trop jouer l’amoureuse jalouse ne le paraît pas. Il n’y a guère que Julie-Marie Parmentier qui réussit à donner au film un brin de réalisme, l’ancrant ainsi dans un contexte auquel le spectateur peut se raccrocher.

Concernant l’intrigue de cour qui file durant tout le film, elle est finalement assez mince. Benoit Jacquot met en scène un triangle amoureux qui n'a d’intéressant que l'implication de trois jeunes femmes. La reine est amoureuse de la duchesse de Polignac, qui le lui rend bien, à première vue. Mais Sidonie est également secrètement amoureuse de la reine qui, pour le coup, ne le lui rend pas. Voilà, tout est dit. Le réalisateur en reste là, ou presque, et n’approfondit pas ce triangle amoureux peu banal. Le lesbiannisme est effleuré comme on caresse de la soie. La cruauté des sentiments, et les fractures sociales qui sont ainsi soulignées en creux, ne surpasse pas les manigances de Mme de Merteuil et M. Valmont dans Les liaisons dangereuses.
L’intérêt du film est donc ailleurs. Dans cette façon qu’a Benoit Jacquot de présenter cet événement historique primordial en se contentant de l’enfermer dans le monde clos du château de Versailles sans laisser entrer la moindre parcelle populaire parisienne. Le monde change tout autour, l’ordre des choses va s’en trouver bouleverser mais la Cour, en s’adaptant, continue de tourner durant quelques jours. Son approche de l’Histoire intrigue parce qu’elle laisse une Révolution grondante aux portes de Versailles et s’attache à présenter un microcosme particulier dans lequel noblesse et serviteurs se retrouvent mélangés, piégés par la même Histoire. Et justement, c’est finalement la petite histoire dans la grande qui a ici de quoi retenir quelque peu notre attention.
 
morgane

 
 
 
 

haut